Amap – Association Maintien Agriculture Paysanne par Denise Vuillon

Histoire de la première AMAP
par Denise Vuillon

En 2001 est créée l’AMAP (Association pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne). A l’heure de la crise alimentaire mondiale et de la disparition dramatique des paysans, elle séduit rapidement consommateurs et agriculteurs. Cet ouvrage étudie les étapes pratiques de la création, définit l’éthique indispensable et amène méthodiquement les futurs partenaires à mettre en place leur alternative économique. Des témoignages d’expériences viennent l’enrichir.

La consommation collaborative
par Alain Decrop

Depuis quelques années, l’économie collaborative, souvent qualifiée d’économie du partage, connaît un succès fulgurant, bousculant les principes traditionnels de l’économie basés sur l’acquisition d’un bien. Cette consommation collaborative est née de la conjoncture de plusieurs facteurs incluant les nouvelles technologies qui facilitent le contact entre les individus, la baisse des ressources face à la crise économique, mais aussi les évolutions sociales et un certain militantisme suite aux changements des valeurs de la génération « Y ».

Vente directe & circuits courts
par François Moinet

Face à la demande croissante des consommateurs, ce guide pratique aidera tous ceux qui souhaitent se lancer dans la vente directe de vins et de produits fermiers ou qui s’intéressent aux circuits courts. A l’aide de nombreux exemples, il présente tout ce qu’il faut savoir pour bien réussir ses ventes directes (à la ferme, sur les marchés, sur les salons, Amap, magasins collectifs, vente par Internet…) et multiplier son efficacité en faisant appel à des intermédiaires (les circuits courts). L’auteur donne de précieux conseils pour mieux vendre. Il passe en revue les différents outils techniques utilisés lors de la vente directe et leurs contraintes réglementaires. II tient compte de la réglementation spécifique par produit, détaille le calcul de rentabilité et présente les structures utiles pour démarrer rapidement. A jour des plus récentes évolutions de ce secteur en pleine expansion, cet ouvrage donnera des arguments de vente à ceux qui ont choisi une commercialisation directe dans le respect de leurs produits, du consommateur et de l’environnement.

Slow management
par Claudio Vitari, Arvind Ashta, Roxana Bobulescu, Marjolijn Bloemmen, Michel Lepesant, Diana Bratu, Isabelle Né, Nhu Tuyền Lê

Tout comme le mouvement slow food est l’alternative au fast food, le slow management est une réponse au contexte actuel de crise et de course perpétuelle contre la montre, assorti d’exigences accrues de rentabilité et de productivité qui pèsent sur les managers. Prenant le contre-pied des tendances actuelles, il pose des limites au “toujours plus” et impose au “toujours plus vite” une lenteur réfléchie.

Véritable “pas de côté”, il invite à entreprendre la transition dans les entreprises et notamment à :
• Construire des relations de qualité, stables et de longue durée, avec les salariés, les clients et les fournisseurs
• Éliminer les facteurs de stress des salariés
• Améliorer les conditions de travail
• Réduire, hiérarchiser, organiser les demandes
• Repenser la relocalisation, l’organisation de la participation, le partage du temps de travail et le développement des connaissances
Changer sa vision, mais aussi sa pratique du management, est possible.

Écrit par un collectif d’auteurs engagés, cet ouvrage apporte des éléments de réflexion et des pistes d’action concrètes (grilles d’évaluation, cas d’entreprises). Il rappelle également l’importance du bien-être au travail et des enjeux humains dans l’entreprise. Les managers de tous horizons y trouveront les clés pour faire du slow management une pratique quotidienne.


Sociologie des mondes agricoles
par Bertrand Hervieu, François Purseigle

Pendant soixante ans, les sociologues ont observé le déclin des paysans et annoncé parfois leur disparition. De leur côté, les démographes constatent aujourd’hui que les producteurs agricoles n’ont jamais été aussi nombreux à la surface d’une planète à dominante urbaine. Cette contradiction constitue une question majeure pour les sciences sociales des mondes ruraux.
Dans cette perspective, les auteurs proposent une relecture des « classiques ». Comment s’est structuré le débat entre ceux qui annoncent la fin des paysans et ceux qui pronostiquent leur maintien dans un état transformé ou prolétarisé ?
L’ouvrage revient sur les grands bouleversements qui ont affecté les campagnes françaises et le métier d’agriculteur. Il analyse la place singulière et paradoxale occupée dans la société française par les agriculteurs : minoritaires mais segmentés, dispersés mais pourtant bien repérables comme force sociale et politique. Il propose enfin d’appréhender la recomposition des paysanneries dans la globalisation autour de trois pôles : la famille, la firme et la subsistance.

“Pourquoi faut-il repenser le monde agricole ?
“Parce que les agriculteurs apparaissent encore comme un groupe social facilement repérable dans la société française et parce cette population-là porte, à travers ses activités, de nombreux enjeux: économiques, environnementaux, alimentaires. Il faut repenser le monde agricole à l’aune de la réorganisation des formes productives, de la réorganisation des formes d’agriculture”.
Un monde à repenser, Sud-Ouest, 7 février 2013
(ITW de François Purseigle et Bertrand Hervieu)


Catégorie