Aujourd’hui En France [No 1162] Du 03/02/2005 – Quartiers Chics – Quartiers Populaires – Les Ados Et Le Sexe -… par OECD

États de fragilité 2018
par OECD

Il est déjà évident, trois ans après l’adoption du Programme 2030, que les populations vivant dans des contextes fragiles sont celles qui sont accusent le plus de retard. Toutes les formes de fragilité ne sont pas connues du public : la fragilité est un mal polyforme, qui se montre parfois au grand jour, qui se meut souvent dans l’ombre, mais qui, toujours, est un obstacle au progrès. Les conflits, les déplacements forcés, l’extrémisme violent, la famine, etc. sont autant de causes, et de conséquences, de la fragilité. D’où la nécessité de mieux comprendre et mieux anticiper le phénomène afin de mieux y répondre.

L’édition 2018 de la publication États de fragilité met en lumière l’enjeu crucial que constitue la fragilité si l’on veut concrétiser les aspirations portées par le Programme 2030 que sont le développement durable et la paix. Elle fait ressortir douze dimensions essentielles de la fragilité, qui mettent à mal les hypothèses courantes et les classements simplistes en catégories. Elle montre, documents à l’appui, les progrès réalisés dans des situations de fragilité au regard du développement durable, en ouvrant des portes de sortie pour échapper au piège de la fragilité. La publication dresse un état des lieux des financements alloués aux actions menées pour remédier à la fragilité et propose des approches plus efficaces prenant en compte son caractère multidimensionnel.

Par-dessus tout, le rapport vise à établir un équilibre entre la complexité inhérente à la fragilité et la simplicité nécessaire pour mettre en œuvre des processus efficients d’élaboration des politiques et de prise de décision, s’appuyant notamment sur la pensée systémique, l’adoption de plans d’aide cohérents et à plus long terme, le financement de la paix et une volonté indéfectible de placer l’être humain au premier plan.


Le patrimoine des universités européennes
par Nuria Sanz, Sjur Bergan

Les universités sont des institutions européennes par excellence. Si l’on est généralement conscient qu’elles ont une longue histoire, on connaît moins la valeur de leur patrimoine: l’expérience accumulée et l’importante culture matérielle transmises de génération en génération, ainsi que le rôle de ce patrimoine aujourd’hui. Les auteurs explorent le patrimoine matériel et intellectuel des universités dans toute sa diversité, et la manière dont il s’est transmis dans les pays d’Europe. Le but est de souligner le rôle clé que jouent les universités dans le patrimoine culturel de l’Europe et de les encourager à coopérer au niveau européen. Les auteurs, issus d’une quinzaine d’institutions, travaillent dans le domaine de la gestion et de la préservation du patrimoine des universités.

L’invisibilité sociale
par Guillaume le Blanc

La capacité de se maintenir dans l’espace public ne repose pas uniquement sur les seules performances des sujets. Elle dépend largement des règles sociales qui légitiment une vie ou, au contraire, la précarisent. La visibilité et l’invisibilité ne sont ement des qualités naturelles mais des modes sociaux de confirmation ou d’infirmation des existences. Le déclassement, la relégation, l’absence de travail marginalisent les individus au point de les effacer en les retirant de toutes les formes de participation : le subalterne, le précaire, l’exclu sont alors de moins en moins audibles, de moins en moins visibles. Il est urgent que la philosophie prenne le parti des sans-voix et des invisibles si elle veut contribuer à une critique de la normalité sociale. Pour cela, elle doit repartir de ce que peuvent les vies ordinaires afin de penser au plus près de leur activité : car une vie cherche moins à être reconnue qu’à faire œuvre, à pouvoir participer de manière irréductible à la cité.
À la jonction de la philosophie sociale et de la philosophie politique, cet ouvrage propose, à partir de cette question, une discussion théorique des principales sources contemporaines de la théorie sociale (Honneth, Butler, Nussbaum) mais aussi de la phénoménologie (Ricœur, Levinas, Merleau-Ponty).


Le grand livre des pendules
par Jocelyne Fangain

Auteur de nombreux ouvrages sur la radiesthésie, Jocelyne Fangain est une spécialiste du maniement des pendules. Dans ce livre unique, elle présente 93 pendules différents, avec leurs caractéristiques et leurs usages propres. Après avoir rappelé les règles de tenue des pendules et les différents schémas de giration, notre auteur a classé ces merveilleux instruments en trois grandes catégories : les pendules récepteurs qui permettent au radiesthésiste de capter les énergies émises par l’objet de sa recherche, les pendules émetteurs qui autorisent l’émission d’ondes en direction d’un objet précis, pour en modifier l’émanation vibratoire, les pendules à la fois récepteurs et émetteurs, les plus complexes et les plus délicats à utiliser. L’auteur vous conseille quelques pendules si vous êtes débutants : goutte d’eau, boule de buis, Philae, mini-goutte en cristal de Bohême, Aquarius-témoin en laiton, mini-égyptien en laiton doré, Icare… La totalité des pendules récepteurs et émetteurs, avec leurs emplois spécifiques, est décrite par le menu dans cet ouvrage : les Égyptiens si liés à la tradition, celui de l’Abbé Mermet illustre précurseur, l’Enel, le Péma, celui de l’Architecte, l’Aura-Spectrum, le runique, celui des Bâtisseurs, les Lavalou, le Bonhomme, le Spectrum-Mirror, l’exceptionnel Eurêka, le Grapho-pendule, celui aux 7 châkras, les Millénium, le Censor, ceux du Guérisseur… Tous ces pendules peuvent être utilisés en radiesthésie directe ou encore en téléradiesthésie par l’intermédiaire d’un témoin (photo, écrit…). Tous les domaines vont se trouver à votre portée : la santé, l’amour, la vie professionnelle, la découverte de métaux rares, la recherche de sources, l’analyse de la pureté de l’eau, le rechargement en énergie… Avec les nombreuses expérimentations décrites vous saurez vous servir de votre pendule en fermant le livre. La réussite sera désormais à portée de main !

Avenir du fleuve Niger
par Jérome Marie

Le fleuve Niger constitue un véritable poumon humide pour l’Afrique de l’Ouest et plus spécialement pour la république du Mali. Dans ce pays, la gestion du fleuve constitue un enjeu majeur car on y trouve à la fois de remarquables systèmes de production traditionnels associés au phénomène naturel de crue – sources de moyens d’existence pour des centaines de milliers de personnes – mais aussi de grandes réalisations et promesses en matière d’aménagements modernes, hydroélectriques et hydroagricoles. À l’heure où de nouveaux projets d’équipement arrivent à concrétisation et où d’autres sont annoncés, il est important de faire le point sur l’état de santé de ce fleuve et de peser ce qu’il représente pour ses multiples usagers. Cette expertise collégiale, conduite par l’IRD et l’IER et réalisée avec le soutien de plusieurs institutions d’aide au développement et de défense de l’environnement, traite de ces différents aspects avec pour objectif, d’une part, la clarification des cadres institutionnels et des options de politiques publiques et, d’autre part, le renforcement des outils de suivi et d’aide à la décision.

Catégorie