Aujourd’hui [No 15936] Du 30/11/1995 – Ils Sont Prisonniers Des Serbes Depuis 3 Mois – L’epouse D’un Des Deux… par Bertrand Frélaut

Histoire de Vannes
par Bertrand Frélaut

Fondée par les Romains au Ie siècle pour être la capitale des Vénètes, envahie par les Bretons, les Francs ou les Normands pendant le premier millénaire, Vannes a toujours eu des fonctions marchandes, artisanales et administratives dans les siècles passés. Siège d’un comté et d’un des sept évêchés de Bretagne, la ville accueille la cour ducale et connaît son apogée après la guerre de succession, de 1370 à 1450. C’est en ses murs que François Ie reçoit la requête d’union perpétuelle de la Bretagne à la France, en 1532, mais, petite ville du royaume, elle connaît une sorte de stagnation jusqu’aux fondations religieuses du XVIIe et l’essor du commerce maritime des XVIIe-XVIIIe siècles. Devenue chef-lieu du département du Morbihan en 1790 malgré la concurrence de Lorient, Vannes est troublée par les conflits de la Révolution, notamment la répression qui fait suite à l’affaire de Quiberon, et retrouve la paix civile sous l’Empire. Les siècles récents ont apporté la modernisation et l’extension de l’agglomération.

1917, la révolte des soldats russes en France
par Rémi Adam

Détachés par Nicolas II, les soldats de l’armée impériale russe ont combattu sur le front français de 1916 jusqu’à la sanglante offensive du 16 avril 1917. Dès qu’ils apprennent l’abdication du tsar, ils exigent leur rapatriement. Or, ils seront déportés vers le camp militaire de La Courtine et réprimés par des artilleurs russes. L’histoire de cette mutinerie relatée avec des documents d’archives.

Souvenirs de la Guerre
par Pollet

Souvenirs de la guerre: poeme francais / par Augustin Pollet (de La Bassee)
Date de l’edition originale: 1874
Appartient a l’ensemble documentaire: NordPdeC1

Ce livre est la reproduction fidele d’une oeuvre publiee avant 1920 et fait partie d’une collection de livres reimprimes a la demande editee par Hachette Livre, dans le cadre d’un partenariat avec la Bibliotheque nationale de France, offrant l’opportunite d’acceder a des ouvrages anciens et souvent rares issus des fonds patrimoniaux de la BnF.
Les oeuvres faisant partie de cette collection ont ete numerisees par la BnF et sont presentes sur Gallica, sa bibliotheque numerique.

En entreprenant de redonner vie a ces ouvrages au travers d’une collection de livres reimprimes a la demande, nous leur donnons la possibilite de rencontrer un public elargi et participons a la transmission de connaissances et de savoirs parfois difficilement accessibles.
Nous avons cherche a concilier la reproduction fidele d’un livre ancien a partir de sa version numerisee avec le souci d’un confort de lecture optimal. Nous esperons que les ouvrages de cette nouvelle collection vous apporteront entiere satisfaction.

Pour plus d’informations, rendez-vous sur www.hachettebnf.fr


Le fusil et le pinceau
par René Prud’homme

Retranscription du journal d’un poilu accompagné de ses dessins et croquis et d’annotations mettant en contexte les événements décrits. Le sergent René Prud’homme ous livre, dans ses souvenirs de Poilu, une vision de la guerre où le sensible le dispute à la cruauté de certains faits quotidiens. Son journal offre d’autant plus d’intérêt que, dessinateur de talent, il l’a illustré d’une très belle série d’aquarelles et de dessins à la plume. En outre, André Ligné, en présentant et en annotant ce récit, a habilement choisi de le confronter avec la sécheresse des comptes rendus du Journal des marches et des opérations de son régiment, le 124e RI, qui a combattu en plein cœur de la boucherie : Virton, Andechy, Verdun… Enfin, ces éléments sont complétés par des photographies prises sur le front par un autre combattant, Maurice Normand, affecté au 117e RI, régiment qui a combattu aux côtés du 124e RI. L’alchimie de ces ingrédients nous propulse littéralement au milieu des tranchées, aux côtés de ces malheureux que l’on sacrifie pour rien, et l’on ressort abasourdi par la lucidité de ce Poilu, combattant de la première heure, qui va très vite s’insurger face à cet énorme gâchis. René Prud’homme, est né à Saint Brieuc en août 1894. Rescapé de la première guerre mondiale, il vient s’installer au Mans où il travaille pour divers publicitaires. En 1936, ol part en Mayenne, à Andouillé, où il s’adonne à la peinture de paysages et au portrait. Mais, nostalgique de sa région natale, il va se fixer à Plourhan en 1952, où il poursuit son activité d’artiste.

Catégorie