Borges : Edition Bilingue Français-Espagnol par Paola Masseau

Une traductologie de la poésie est-elle possible?
par Paola Masseau

La traduction de la poésie est-elle possible? Doit-on, en traduisant un poème être fidèle aux mots ou aux rythmes des vers? Depuis des siècles ces questions ont fait couler beaucoup d’encre. Mais, malgré le fait que de très nombreux spécialistes se soient intéressés à la traduction de la poésie, il n’existe toujours pas sur ce sujet un consensus entre les poètes, les traducteurs, les critiques et les traductologues. Est-il donc impossible de systématiser – sans pour autant prescrire – des concepts autour de cette activité? Paola Masseau, auteur de cet ouvrage, souhaiterait privilégier un équilibre entre ces diverses disciplines: le poème étant un tout, il est inconcevable de le désarticuler pour l’analyser et le recréer. Se confronter aux enjeux et limites de la traduction en matière poétique constitue à n’en pas douter une gageure. Audacieuse et intelligente, P. Masseau aborde ce sujet massif à travers le double prisme de l’étude de cas et de la théorie, construisant ainsi l’ensemble de sa réflexion autour du “Cimetière marin” (P. Valéry) et de ses versions espagnoles de 1929 à aujourd’hui. Procédant à une étude quasi microscopique de sa matière tout en prenant, conceptuellement, de la hauteur, elle fournit une recherche –?minutieuse et sensible – de premier plan. (Fernando Navarro Domínguez, professeur d’université, Université d’Alicante)

Poèmes d’amour
par Jorge Luis Borges

Presque tous les recueils de Borges contiennent au moins un poème d’amour. Cette flamme – obscure merveille -, qui n’allume en général que quelques lignes à la fin du poème peut passer inaperçue. Après le recensement de thèmes qui lui sont chers, il lève la voix brièvement comme s’il proférait une sentence. Le lecteur fait halte sur ces mots qui s’écrivent simplement, de manière douloureuse et à la fois heureuse. Le bonheur est-il douloureux ? Borges nous donne à comprendre que, déchiré et heureux, il souffre d’amour comme tous les hommes.” Silvia Baron Supervielle.

Catégorie