Botschaften Mit Herz! (Tischkalender Immerwährend Din A5 Quer) par Chiara De Capoa

L’Ancien Testament
par Chiara De Capoa

Ce guide de lecture de l’iconographie religieuse permet de s’orienter parmi les personnages, les scènes et les épisodes tirés de l’Ancien Testament, grâce à de courtes notices explicatives illustrées de trois cent cinquante oeuvres.

Fabliaux érotiques
par Luciano Rossi, Richard Straub

Les récits réunis dans ce volume sont amusants et alertes. Ils sont aussi d’une verdeur, voire d’une obscénité capables de surprendre même une époque aussi peu bégueule que la nôtre. Offrir au lecteur un choix de ces fabliaux érotiques ne trahit pourtant aucune complaisance racoleuse. Ces contes à rire en vers, écrits entre la fin du XIIe et le début du XIVe siècle, sont d’un intérêt considérable pour l’histoire de la littérature comme pour celle des fantasmes et de l’imaginaire. Leurs auteurs, qui sortent peu à peu de l’anonymat, mettent un talent et une culture littéraires souvent remarquables au service de leur inspiration grivoise. C’est ainsi qu’ils multiplient avec habileté et malice les allusions aux grands auteurs de leur temps, et même les citations textuelles, détournées et remployées dans les contextes les plus scabreux. La présente édition ne se contente pas de rendre ces textes aisément accessibles. Elle fait considérablement progresser la connaissance des fabliaux et de leurs auteurs, l’établissement des textes et leur interprétation.

Baroque
par Barbara Borngässer, 1951-, Thomas Paffen

L’art baroque émeut et polarise. Il y a quelques années encore, on le jugeait pompeux, le plus souvent totalement incompréhensible, voire grotesque. Depuis, la vision de la période baroque a changé : on a compris la complexité de la culture baroque et prit la mesure des nombreuses découvertes et expériences que nous lui devons. L’époque baroque semble presque annonciatrice de la mondialisation : l’Eglise catholique et les puissances européennes essayaient alors d’explorer et de dominer les quatre continents connus à l’époque, leur curiosité était aussi illimitée que leur soif de pouvoir. Missionnaires, commerçants et chercheurs parcouraient les mers et les terres ; tout ce qu’ils voyaient et collectionnaient suscitait l’émerveillement, fut exposé, échangé et offert en cadeau. Les sciences physiques et naturelles mais aussi la technique firent d’énormes progrès. Le monde que l’on pensait ne pouvoir appréhender que dans sa globalité était vu comme une oeuvre d’art. Les précieux globes, sphères célestes et planétaires renseignaient sur la vision du monde et la clairvoyance de leurs propriétaires. Les cabinets d’art et de curiosités avec leurs collections bien rangées de Naturalia et d’Artificialia étaient à l’image de la construction du monde. Les cycles iconographiques ne se lassaient pas de célébrer la domination de leur prince à travers les continents avec toutes leurs créatures étranges. Les arts remplissaient à ce titre un double rôle : ils servaient à impressionner, voire éblouir les sujets mais aussi à “transporter” des contenus idéologiques. Ils constituaient les décors du théâtre et créaient l’illusion d’un monde parfaitement ordonné. La métaphore du “grand théâtre du monde” file sur l’ensemble de l’époque baroque avec toutes ses contradictions. Seule la pièce de théâtre offrait un certain appui : la mise en scène personnelle des souverains baroques, qu’ils soient papes ou rois, faisait partie de leur programme politique. Le cérémoniel tout-puissant, c’est-à-dire les didascalies de ce “grand théâtre du monde”, se fit le reflet d’un ordre supérieur.

Bouquet de bohème
par Roland Dorgelès

« Picasso en veste de toile bleue ressemblait à un zingueur, et son ami Vlaminck à un coureur cycliste sous son chandail à col roulé. D’autres s’affublaient de culottes de sport, de redingotes, de macfarlanes, de salopettes, de pet-en-l’air, de vestes à martingale, de capuchons, de houppelandes, de cache-poussière, tout le décrochez-moi-ça des magasins de confection. Max Jacob se distinguait par un caban soutaché de rouge ramené de Bretagne, André Salmon par son carrick de cocher londonien. La fantaisie n’était pas moindre pour les coiffures : Chas Laborde son chapeau de pasteur, Mac Orlan sa casquette de jockey, et Le Fauconnier, le cubiste, un curieux petit feutre, retroussé par derrière qui rappelait facétieusement Louis XI »


La Sociologie Pour les Nuls
par Jay GABLER, Alexis TREMOULINAS

La vie en société, mode d’emploi

La société est en permanente évolution, et ce sont ces éternels changements dans notre quotidien qui font de la sociologie une discipline si cruciale. Étude des interactions sociales, la sociologie traite de tous ces sujets qui touchent notre vie courante, tels que la ville, la religion, la race, le genre, la culture…

Offrant un vaste panorama des nombreuses théories de la sociologie, de ses concepts clés, de ses controverses et plus généralement de son application et de son importance dans notre vie de tous les jours, La Sociologie pour les Nuls nous permet d’avoir une meilleure compréhension des mécanismes sociaux ; pour mieux concevoir la société dans laquelle nous vivons, et la place que nous y occupons.

Découvrez :

– Le B.A.-BA de la sociologie

– La société à travers les yeux du sociologue

– Égalité et inégalité au sein d’un monde divers

– Les arcanes de l’organisation sociale

– La sociologie dans votre vie

– Dix mythes sur la société déboulonnés par la sociologie


Catégorie