Cartier par Yves Jacob

Jacques Cartier
par Yves Jacob

En 1532 à l’Abbaye du Mont Saint-Michel, on présente au roi François Ier le pilote et maître de navire de Saint-Malo Jacques Cartier, qui a déjà mené à bien plusieurs voyages lointains. Le roi est séduit par le projet du marin d’une expédition tendant à gagner le pays de l’or et des épices par un passage présumé du Nord-Ouest. Le 31 octobre 1533, Jacques Cartier reçoit l’autorisation d’armer des navires pour : ” voyager, découvrir et conquérir à Neuve-France “. Le 20 avril 1534, deux navires quittent Saint-Malo, ils seront de retour le 5 septembre suivant. En marin expérimenté, Cartier a prospecté les fonds, dressé des cartes indiquant les caps, les marées, les rivières et les golfes. Trois navires appareillent de Saint-Malo pour un second voyage, au cours duquel Cartier va jeter les bases d’une véritable colonisation, confirmant la prise de possession des terres du Canada au nom du roi de France. Après bien des souffrances, puisqu’une épidémie de scorbut décime les 110 hommes de l’expédition. Un miraculeux breuvage les remettra sur pied. Le troisième voyage sera fort de six navires, et de 274 personnes protégées par 40 arquebusiers et 4 canonniers. La recherche d’une précieuse cargaison se heurte aux peuplades méfiantes, voire hostiles. Après des péripéties extraordinaires, le temps viendra des désillusions. Mais l’aventure était fabuleuse, et Yves Jacob conte magistralement l’histoire passionnante de cet illustre conquérant.

Jacques Cartier
par

La découverte passe par la connaissance de l’autre

En 1535, Jacques Cartier arrive pour la deuxième fois dans le golfe du Saint-Laurent. S’il veut conquérir ces nouveaux territoires pour le compte du roi de France, il sait que cela devra se faire avec le concours des tribus indiennes locales. C’est pourquoi il renforce ses relations avec le chef Donacona qu’il avait déjà rencontré lors de sa première expédition et qui le suivra plus tard en France. En fréquentant les Iroquois, Cartier découvre qu’en plus d’une nature florissante, ces terres abritent un peuple sédentaire et bien plus évolué qu’il ne l’imaginait…

Jacques Cartier est le premier explorateur européen à avoir noué un véritable dialogue avec les Indiens du Canada et à avoir consigné en détail leurs coutumes. Ce nouvel album de la collection de la collection Explora décrit ses deux dernières expéditions qui, malgré une conclusion houleuse, ont posé les bases du colonialisme français dans le Nouveau Monde, fondé sur l’échange et le partage avec les ethnies locales.


Lady Cartier
par Micheline Lachance

Marie-Hortense Cartier, fille d’Hortense Fabre et de Sir George-Étienne Cartier, nous ouvre le grand livre familial à l’occasion du dévoilement d’un monument à la mémoire de son père, l’un des Pères de la Confédération canadienne. Et si celui qu’on honore n’avait pas que des faits glorieux à son actif ? L’action remonte à 1853, au moment où Hortense accouche de Reine-Victoria, la troisième fille des Cartier. Se succèdent ensuite les péripéties d’une vie familiale marquée par les engagements politiques d’un père attaché à la Couronne britannique et par les affrontements que cela occasionne avec la famille Fabre, on ne peut plus patriotique. C’est aussi peu de temps après qu’Hortense Cartier découvre la relation adultère de George avec… sa propre cousine, sa meilleure amie et sa confidente. Cette liaison marque au fer rouge sa vie et celle de ses filles et engendre une cruelle rivalité entre l’épouse et la maîtresse. D’un côté, il y a la femme aux valeurs familiales bien ancrées, mère de deux enfants, au franc parler et à la sensibilité à fleur de peau et, de l’autre, il y a la femme d’affaires indépendante et émancipée qui n’hésite pas à conseiller son amant sur ses engagements politiques. Malgré leurs différences, ces deux femmes de tête ont une chose en commun: leur amour et leur admiration pour George-Étienne. Nous voici donc en présence d’un triangle amoureux qui offre une charge dramatique à laquelle on ne peut rester insensible tant les émotions décrites y sont universelles. La course à la mairie de Montréal du libraire Fabre, l’épidémie de choléra, la visite de Son Altesse Édouard, prince de Galles, à l’occasion de l’inauguration du pont Victoria, le dépôt de 92 résolutions à Londres, la Confédération, l’épisode Louis Riel, le scandale relié aux chemins de fer du Canadien Pacifique sont autant de jalons officiels qui viennent se greffer au récit du tumultueux quotidien des Cartier.

Catégorie