Délocalisations par Thomas Houdré, Mathias Lelièvre

Délocalisations
par Thomas Houdré, Mathias Lelièvre

Et si demain l’on découvrait que nos impôts sont traités à Bucarest ?… Et si demain l’on découvrait que les logiciels de défense nationale sont réalisés à Bombay ?… Et si demain l’on découvrait que toutes nos données bancaires sont stockées et administrées à New Delhi ?… Et si demain l’on découvrait que les versements de tous les salaires sont effectués de Prague ?… Nombreux sont ceux qui ont annoncé le déclin irrésistible de l’économie française avec l’arrivée massive des produits estampillés Made in China. Que diront-ils lorsqu’ils apprendront que les services de la banque, de l’assurance, de la sécurité sociale, des impôts et de la défense nationale deviennent Made in India ? Mais les services ne sont pas estampillés par leurs pays d’origine. Comment savoir où ils sont produits ? L’offshore, délocalisation des services : face cachée ou côté obscur de la mondialisation.

Les délocalisations et l’emploi Tendances et impacts
par OECD

Les délocalisations, c’est-à-dire le transfert d’activités industrielles à l’étranger, font désormais partie de la vie des entreprises. Toutefois, une grande partie du public les perçoit comme une menace. Les inquiétudes sont concentrées sur l’emploi, notamment sur les pertes potentielles d’emplois sur le marché intérieur. Ce rapport jette un nouveau regard sur le phénomène des délocalisations. Tout d’abord, il le définit de manière détaillée et montre ainsi quelles sont les multiples façons dont une activité industrielle – à la fois dans l’industrie manufacturière et dans les services – peut être transférée à l’étranger. Le rapport décrit les divers effets que les délocalisations ont sur l’emploi, qu’ils soient positifs ou négatifs. Enfin, ce rapport novateur esquisse les conséquences que les délocalisations pourraient avoir sur la politique publique. Il propose des solutions pour en limiter les effets négatifs tout en contribuant à instaurer la confiance entre les divers partenaires sociaux qui travaillent sur cette question.


Sociologie des délocalisations
par Brahim Labari

“A l’aune de cet état de la question, force est de constater que l’impasse est faite sur les conditions concrètes du processus de délocalisation (du projet jusqu’au fonctionnement). Il y a là tout un ensemble d’éléments qui déterminent la légitimation de cette opération. Revenir aux parties prenantes du processus de la délocalisation permet non seulement de pointer la rencontre d’un projet et les modalités locales de sa réception, mais aussi à saisir les logiques de régulation qui le sous-tendent. Le questionnement économique tend à négliger les styles de management de telles entreprises dont l’implantation pose de fait la problématique de la gestion locale de l’ensemble humain.” Une délocalisation engage évidemment l’économique… mais pas uniquement… Ce phénomène touche aussi au culturel, au managérial, aux représentations de l’Autre… Toutes dimensions que révèlent et traversent cet essai de B. Labari qui s’est penché sur le cas d’entreprises qui ont fait le choix du Maroc. Des motivations du patron au fonctionnement de l’usine, des choix de recrutement aux tensions au sein des ateliers de confection, l’enquêteur tâte un terrain qui côtoie des champs inattendus, tels que le religieux. Et l’auteur de signer là un travail édifiant, situé au plus des acteurs de la délocalisation, qui a encore le mérite de traiter des difficultés de la recherche sociologique.

Entre délocalisations et relocalisations
par Catherine Mercier-Suissa

Cet ouvrage rassemble une anthologie des contributions présentées lors des journées d’études organisées à Casablanca en 2010 par deux centres de recherche, le Centre d’études sociales économiques et managériales (CESEM) de HEM, l’une des plus grandes business schools marocaine et Magellan de l’Institut d’administration des entreprises (IAE) Lyon, sur le thème : “Délocalisations-relocalisations : quelles implications économiques et managériales ?”. Après une première partie consacrée aux problèmes de mesure et de définition de ces phénomènes, les auteurs s’intéressent à la relation entre mobilité des entreprises et attractivité des territoires. Enfin, dans une dernière partie, sont appréciés les impacts managériaux des délocalisations et des relocalisations, à travers des cas d’entreprises, grandes et moyennes, du secteur industriel ou de celui des services. L’originalité de cette publication réside dans la volonté de donner, sur les opérations de délocalisation/relocalisation, la vision transversale et multidisciplinaire de chercheurs d’horizons différents, mais aussi celle de praticiens dont les remontées de terrain évitent les travers d’une modélisation trop abstraite. L’accent est ainsi mis sur les enseignements à tirer de ce couple, délocalisation/relocalisation, en apparence antinomique, quant à la nécessaire valorisation des synergies à mettre en place, aussi bien dans les pays d’accueil que dans les pays d’origine, et ce dans l’intérêt des parties prenantes.

Délocalisations, chômage
par Elie Sadigh

Pour faire face au problème du chômage, l’auteur prône la juste application des règles qui découlent des principes de l’économie. Cet ouvrage démontre que les délocalisations ne sont favorables qu’à une élite financière et que si les taux de change sont établis dans le respect de la parité des pouvoirs d’achat, elles ne présentent plus aucun intérêt. Le rôle des responsables politiques, économiques et monétaires est clairement mis en cause. L’auteur démontre que les solutions économiques au problème du chômage existent, il faut avoir le courage politique de les appliquer.

Catégorie