Dictionnaire Des Lettres Françaises par Collective

Dictionnaire des lettres françaises
par Collective

Le présent Dictionnaire des Lettres françaises propose, en près de 2000 articles, un inventaire méthodique et raisonné des auteurs et des œuvres qui ont marqué le XXe siècle. Il s’inspire des mêmes principes que les précédents volumes de la collection consacrés aux périodes antérieures, depuis les origines de notre littérature : richesse et précision de l’information, abondance et rigueur des références bibliographiques, recherche d’un juste équilibre entre les données biographiques essentielles et l’analyse critique des œuvres. Une attention particulière a été accordée aux écrivains d’expression française dont les œuvres ont vu le jour hors de France, de l’Acadie à la Suisse romande. Les divers acteurs de la vie littéraire, qu’il s’agisse des revues spécialisées, des maisons d’édition, voir des jurys littéraires, ont également bénéficié d’entrées nombreuses et développées. Cette œuvre collective – plus de 200 collaborateurs, choisis pour la notoriété de leurs travaux critiques – est donc à la fois un instrument de découverte pour tout lecteur curieux de notre littérature et un outil de recherche pour les spécialistes.

From Athens to Chartres
par Édouard Jeauneau, Haijo Jan Westra

“Iconography”: Yves Christe and Pascale Fesquet. Codicology: Paul Edward Dutton, Lesley Smith, Mark Zier, Rosamond McKitterick, and Michael Lapidge. “Philosophy-Antiquity”: Jean Pepin, John M. Rist, Henri Dominique Saffrey, OP. “Philosophy-The Carolingian Age”: John J. O’Meara, Guy-H. Allard, Gangolf Schrimpf. “Philosophy-The Eleventh and Twelfth Centuries”: Gilbert Dahan, Jean Jolivet, Charles Burnett, Robert D. Crouse, Wanda Cizewski, John Marenbon, Giles Constable, Willemien Otten, P.L. Reynolds, Peter Dronke, Paolo Lucentini, Tanja Kupke. “Philosophy-The Later Middle Ages”: Zenon Kaluza. Conceived as an hommage for Edouard Jeauneau -“maitre par excellence”- the volume is introduced by a reconstruction of the Creation on the North portal of Chartres Cathedral, followed by a section on the transmission of significant texts, such as Plato’s “Timaeus,” through the manuscript tradition. The chapter on later Greek philosophy contains studies on Plotinus and Augustine, Proclus, and Pseudo-Dionysius. A separate section interprets the thought of Johannes Scottus Eriugena, whose connections with earlier authors and influence on medieval neoplatonists constitutes a leitmotiv throughout the volume. The twelfth century is represented by articles on Gilbert of Poitiers on matter, Adelard of Bath, Honorius of Autun, Abelard’s ethics and theology, monastic asceticism, Hildegard of Bingen’s allegories, allegorical zoology, Alan of Lille’s anthropology, the role of the Muses, and the Hermetic “Asclepius,” The particular usefulness of this study is its presentation of neoplatonic thought in its historical unfolding from Antiquity to the Later Middle Ages through a wide range of disciplines, focused onspecific ideas and metaphors.

Images de la Bohême dans les lettres françaises
par Hana Voisine-Jechova

A première vue, les travaux sur l’image de la Bohême dans les lettres françaises s’inscrivent dans un comparatisme traditionnel. Toutefois, on se rend vite compte que ce sujet soulève plusieurs questions relevant des rapports entre deux pays d’une position culturelle différente, et pose quelques problèmes méthodologiques. Il est en effet plus facile d’évoquer l’image de la France dans les littératures tchèque et slovaque que de parler des échos de la Bohême chez les écrivains français. Les poèmes et romans français ont été analysés en Bohême du point de vue esthétique et ont contribué au développement de la littérature autochtone. Rien de tel ne s’est produit dans le sens opposé. La Bohême a été perçue et commentée en France du point de vue historique et idéologique dans les œuvres d’érudition, éventuellement du point de vue géographique dans certains guides touristiques. On peut y ajouter encore quelques cas isolés des rapports entre les élites françaises et tchèques, résultant des relations diplomatiques des deux pays ou de la situation personnelle de certains écrivains. La Slovaquie qui, pendant longtemps, n’existait pas comme un Etat indépendant a été noyée dans les réflexions sur la Bohême – et celle-ci disparaissait parfois dans des informations sur l’Autriche, ou même sur le protestantisme allemand. Sans présenter le sujet d’une façon exhaustive, les communications publiées dans le présent livre permettent de découvrir surtout des lacunes dans nos rapports mutuels. Leur but primordial a été toutefois d’attirer l’attention sur ce qu’on pourrait – et devrait – faire à l’avenir.

Catégorie