Discours Rapporté(S) : Approche(S) Linguistique(S) Et/Ou Traductologique(S) par Jörn Albrecht, René Métrich

Manuel de traductologie
par Jörn Albrecht, René Métrich

L’ouvrage ne se veut ni manuel d’initiation à la traduction ni introduction systématique à la traductologie; il s’agit plutôt d’un ‹Handbuch› au sens de la collection Handbücher für Sprach-und Kommunikationswissenschaft (HSK). Son objectif est de faire le point, voire de pousser plus avant la réflexion sur la recherche en traduction entre langues romanes, sans exclure a priori les traductions dans d’autres langues.

Pour ce faire, on a pris en compte les multiples aspects de la problématique de la traduction: aspects théoriques (p.ex. concepts de base, rapports entre linguistique et traductologie, types et modèles de traduction et d’interprétation), linguistiques (lexique, syntaxe, phraséologie, prosodie), discursifs et pragmatiques (cohésion, progression thématique, contexte et situation, genres), historiques (rôle du latin) et pratiques (formation des traducteurs, questions juridiques, doublage et sous-titrages de films).

S’adressant aux étudiants avancés et aux chercheurs, l’ouvrage témoigne de la vitalité de la recherche traductologique actuelle dans les langues romanes.


Outils pour une traduction postcoloniale
par Myriam Suchet

Comment peut-on écrire en plusieurs langues à la fois ? S’agit-il d’une forme de traduction ? Ou bien est-ce la traduction elle-même qu’il faut redéfinir sur ce modèle de mise en rapport des langues ? Comme un palimpseste, un texte écrit simultanément en différentes langues présente une superposition de strates. Son archéologie exige l’élaboration d’une boîte à outils appropriée, distincte aussi bien de celle du stylisticien obnubilé par l’écart que de celle du linguiste focalisé sur le système. Cet ouvrage s’efforce d’outiller la réflexion sur les stratégies discursives des littératures hétérolingues et de leurs traductions. Le ” tournant postcolonial ” qui marque les sciences humaines invite à questionner des notions aussi bien établies que celles de langue maternelle, d’appropriation linguistique, d’équivalence et de fidélité. L’analyse de détail porte sur quatre oeuvres : Die Niemandsrose de Paul Celan, juan sin Tierra de Juan Goytisolo, Traduit de la Nuit de Jean-Joseph Rabearivelo et .S’oaboy de Ken Saro-Wiwa ainsi que sur leurs versions françaises, anglaises, espagnoles et allemandes.

De la linguistique à la traductologie
par Tatiana Milliaressi

Ce recueil d’articles réexamine la place de la linguistique en traductologie alors que les deux domaines tendent à se séparer depuis quelque temps. Pour aborder ce problème, il convient de faire un bilan récent pour actualiser cette problématique. Le volume réunit dix-sept contributions consacrées à la traductologie des auteurs français et étrangers (Belgique, Espagne, Corée du Sud, Grèce, Roumanie, Russie), tous spécialistes reconnus de la traduction avec des sensibilités différentes (linguistique, littérature ou terminologie et langues de spécialité) ; il a pour objectif de présenter de façon équilibrée le panorama international de la réflexion sur l’aspect linguistique de la traduction. La traduction en français des contributions en langues étrangères permettra au public français de mieux connaître les recherches sur la traduction menées en dehors de la France. La diversité des langues abordées dans ce recueil (l’allemand, l’anglais, le bulgare, le coréen, le grec, le français, l’italien, le néerlandais, le roumain, le russe) a pour ambition de présenter non seulement le volet contrastif de la traduction, mais aussi son aspect typologique.
Depuis quelque temps la traduction est devenue un sujet à la mode : elle intéresse divers milieux et ceux qu’il est convenu d’appeler le grand public cultivé. Surtout, la traduction constitue maintenant un enjeu essentiel de la mondialisation dans le domaine de la science, de la technique, de l’économie, etc. Ce livre s’adresse non seulement aux traducteurs et traductologues, mais aussi à tous ceux qui s’intéressent aux langues étrangères et aux œuvres (littéraires, philosophiques et autres) publiées dans ces langues


Les corpus en linguistique et en traductologie
par Michel Ballard

“Les contributions réunies dans ce volume soulignent le rôle central que tient la notion de corpus dans la recherche sur la/les langues(s) menée aussi bien par les linguistes que les traductologues. Les langues explorées vont du français à l’arabe en passant par l’espagnol, l’allemand et le polonais. Les linguistes abordent la notion de corpus à partir des méthodes particulières qui permettent de constituer et de caractériser ces ensembles textuels : lexicométrie, logométrie, etc. Les corpus étudiés sont politiques, techniques, médiatiques ou littéraires. Dans le camp des traductologues on trouvera des interrogations sur la nature et la définition du corpus, des études sur corpus littéraire, militaire, cinématographique, religieux, des études centrées sur les corpus et d’autres les utilisant comme appoint, révélateurs ou termes de comparaison. Corpus unilingue, bilingue, plurilingue ; corpus écrits, oraux ; corpus constitués à partir de corpus déjà constitués ; corpus réduits, comparables, corpus de langue générale, corpus de langue de spécialité, corpus complets, unilocutionnels, hétérogènes, fermés, etc. Corpus de quoi ? Corpus pour quoi faire ? Les participants à ces deux journées d’étude tentent de répondre à ces questions en montrant qu’il n’existe pas une définition unique du corpus mais bien plusieurs, correspondant chacune à des objectifs différents”–P. [4] of cover.

Traductologie, linguistique et traduction
par Michel Ballard

Fruit d’une rencontre entre linguistes et traductologues à propos de l’étude de la traduction où chacun y déploie ses méthodes et permet ainsi au lecteur de juger des points de contact et des différences dans les approches.

Catégorie