Ecritures Hispaniques Aux Etats-Unis : Mémoire Et Mutations par Élise Marienstras

Les mythes fondateurs de la nation américaine
par Élise Marienstras

Cet ouvrage interroge le sens et la réalité de la nation américaine, déjà bi-centenaire, en examinant ses origines. Comment les « Pères fondateurs », ces Pygmalion du premier État-nation délibérément constitué, ont-ils conçu leur création ? Alors qu’en 1789 la France révolutionnaire fonde l’État-nation des citoyens, les dirigeants et les idéologues américains se défendent de ne créer qu’une nation contractuelle : ils cherchent à la légitimer en lui donnant une tradition. Pour l’auteur, l’idéologie dominante de l’Amérique passée et présente prend sa source dans les mythes développés par le discours des Fondateurs. Ce n’est pas vraiment la tradition libérale — héritée des lois britanniques et de la philosophie des Lumières — ou celle du « consensus » — dont on prétend qu’elle aurait assuré la permanence nationale — qui sont les fils conducteurs de la continuité historique des États-Unis, c’est plutôt une idéologie nationaliste, celle-là même qui est destinée à réaliser le « consensus ». Cette idéologie, profondément intériorisée, est remarquablement masquée par la pluralité des mythes qui la composent. L’auteur analyse l’élaboration et la portée de ces mythes : mythes de fondation, où s’exaltent les commencements absolus, le culte des pionniers, l’intangibilité des textes constitutionnels ; mythes de tradition et de continuité, où les conquérants de l’Amérique se font les porte-flambeaux de la civilisation et assument la tâche d’anéantir la sauvagerie et les sauvages ; mythes justificateurs d’une communauté exclusive, où l’homofaber anglo-saxon impose ses normes face à la « primitivit頻 des peuples d’Amérique et d’Afrique. Ces mythes modernes qui soutiennent et justifient la nation volontairement construite des Fondateurs établissent l’universalisme proclamé (et trompeur) d’une collectivité qui se dit élue par la Providence et que son élection disculpe des actes délibérés d’exclusion et de génocide. Des mythes à l’idéologie nationaliste, le pas est franchi en 1800 lorsque Thomas Jefferson, l’un des principaux idéologues de l’indépendance, est élu troisième Président des États-Unis. Désormais, l’État assume les mythes et les utilise pour cimenter la nation.

Le Devin historien en Mésopotamie
par Jean-Jacques Glassner

This book is a combined approach to Mesopotamian semiology, hermeneutics, and historiography. Surveying historical data at their disposal, diviners paid particular attention to past catastrophes, such as successful attacks on Babylon, with a view to predicting when they might happen again.

Le bouddhisme américain
par Molly Chatalic

En étudiant le bouddhisme américain, cet ouvrage interroge les modalités d’adaptation qu’un système philosophique et culturel met en oeuvre lorsqu’il s’installe dans une société radicalement différente de celles dans laquelle il s’est développé. Cette tradition orientale se divise aux Etats-Unis en deux branches majeures : celle des immigrants, apparue dès l’arrivée des d’ouvriers chinois et japonais au XIXe et qui s’est renforcée avec les flux migratoires après 1965; celle des adeptes de souche américaine. Après un essai de définition du bouddhisme, suivi d’un court compte-rendu historique de son expansion, l’auteur analyse les raisons possibles de l’adhésion des convertis, leur identité hybride, ainsi que leurs diverses voies de pénétration du terrain par la thérapie, l’art, l’éducation. L’auteur retrace en outre leur stratégie pour interagir avec la société environnante grâce à l’engagement social, l’affirmation du féminisme et l’implication politique. Les frictions entre les convertis et les immigrés sont également évoquées afin de prédire l’évolution du bouddhisme dans cette terre très accueillante. Un glossaire, des illustrations et des annexes complètent l’ouvrage.

L’éducation, un trésor est caché dedans
par International Commission on Education for the Twenty-first Century, Jacques Delors, Unesco

Quelle place nos sociétés réservent-elles aux jeunes à l’école, dans la famille ou dans la nation? Comment l’éducation peut-elle préparer les générations futures et les aider à surmonter la crainte du chômage, de l’exclusion et de la perte d’identité? Comment faire progresser les idéaux de paix, de liberté et de justice sociale? Ce livre veut donner à la jeunesse la place qui lui revient, et faire de l’éducation une expérience globale qui se déploie tout au long de la vie de chaque individu.

Esprit civique et organisation citadine dans l’Empire ottoman
par Nora Lafi

This book, based on the study of original archives, discusses the roots and specificities of urban governance in the Ottoman Empire and proposes innovative interpretations of the ambiguous impact of this old regime municipal system with modernity.

Cet ouvrage, fondé sur la consultation d’archives originales, propose une étude des racines et de la spécificité de la gouvernance municipale d’ancien régime dans l’empire ottoman et analyse l’impact ambigu de ce système avec la modernité.


Catégorie