Edika, Tome 34 : Héroïques Loosers par Édika

Édika (Tome 34) – Héroïques loosers
par Édika

Ce qui est bien avec les albums d’Édika, c’est qu’ils sont impossibles à résumer. Dit-on d’ailleurs INrésumables ou IRrésumables ? Le temps que vous trouviez la réponse, je serai loin… Les turpitudes de la famille Proko, le client-le serveur, le banc public, des gros nichons, des baffes dans la tronche… Huit nouvelles historiettes jouissivement non-sensiques, par l’un des maîtres du gen… Attention la péniche !

Clark Gaybeul
par Édika

Laissez-vous transporter dans une autre dimension : celle des profondeurs insondables de l’imagination débordante d’édika, un des auteurs les plus emblèmatiques de Fluide Glacial. Albums après albums, il est devenu l’icône de l’humour surréaliste en BD, des histoires sans chute et des Blougous à sens giratoire inversé pour le plus grand plaisir des lecteurs.

Art contemporain nouveaux médias
par Dominique MOULON

Depuis la fin des années 1980, de nouvelles pratiques artistiques se sont multipliées en même temps que les technologies du numérique.Ces artistes, qui commencent aujourd’hui à être reconnus sur la scène internationale de l’art contemporain, ont investi des territoires entièrement nouveaux en utilisant les technologies numériques : capteurs sensoriels, bases de données, robots, mondes virtuels, dispositifs immersifs, jeux, réseaux sociaux, réseaux de surveillance, virus informatiquesPar ailleurs, en raison de la nature même de ces supports, ils ont replacé le spectateur au centre des préoccupations artistiques, en s’intéressant notamment à la notion de relation, ainsi qu’aux problématiques sociales et environnementales.Cet ouvrage permet de découvrir les tendances les plus récentes de l’art des nouveaux médias et donne les clés de lecture pour comprendre et analyser le travail de ces créateurs résolument contemporains.Cet ebook a été réalisé en partenariat avec ECV-École de Communication Visuelle et MCD, Musiques et cultures Digitales.

Le Procès de Shamgorod, tel qu’il se déroula le 25 février 1649
par Elie Wiesel

Shamgorod, village perdu d’Europe centrale, au tournant d’un siècle. En ce jour de Pourim – la fête des fous, des enfants et des mendiants, où tout le monde s’amuse, s’enivre et rêve d’un monde meilleur -, trois comédiens ambulants s’installent à l’auberge pour divertir la communauté juive. Mais il n’y a plus de communauté juive à Shamgorod : un pogrome l’a récemment décimée. Plus de spectateurs, donc, pour le Pourimschipel, le ” jeu de Pourim “, sinon l’aubergiste et sa servante.

La farce commence pourtant. Mais, dans ce climat de violence, de haine et de mort, voici qu’aux rires succèdent peu à peu l’angoisse, le doute et la colère contre un Dieu incapable de défendre ses enfants. Le jeu de Pourim devient procès. Qui donc est coupable ? Que sont les accusateurs et qui se proposera pour défendre Dieu ? Quant au verdict, de toute façon, il ne vaudra rien au moment où s’annonce un nouveau massacre.

Fêtes et tueries, farce de villages et tragédie du destin juif, réquisitoire passionné alors que la mort s’approche, foi et pessimisme : ces éléments contradictoires envahissent tour à tour cette œuvre dramatique dont l’auteur rappelle ainsi la genèse : Au royaume de la nuit, j’avais assisté à un procès bien étrange. Trois rabbins érudits et pieux avaient décidé un soir d’hiver de juger Dieu du massacre de ses enfants. Je me souviens : j’étais là et j’avais envie de pleurer. Seulement là-bas personne ne pleurait. “


Finalement, il y a quoi dans le Coran ?
par Rachid Benzine, Ismaël Saidi

Le Coran, tout le monde en parle, le convoque, mais bien peu le connaissent vraiment. Surtout, on lui fait dire beaucoup de choses qu’en réalité il ne dit pas !

Conscients de la grande ignorance qui entoure le texte sacré des musulmans, l’islamologue, Rachid Benzine, et l’auteur et metteur en scène, Ismaël Saidi, ont choisi d’unir leurs efforts, afin d’offrir une nouvelle voie d’approche du Coran qui conjugue intelligence et humour.
Qui est Muhammad ? Qui sont les « mécréants » auxquels sont promis tant de malheurs ? Qui sont les juifs dont il est question dans plusieurs versets ? Qu’est-ce que le « djihad » ? Le Coran est-il vraiment violent ? Pourquoi parle-t-on de nourritures et de comportements « halal » ?…
Aux questions posées avec humour par Ismaël Saidi, Rachid Benzine apporte des réponses à la fois claires et rigoureuses, en faisant appel aux ressources de l’Histoire, de l’anthropologie, ou encore à la sémiologie.
En neuf chapitres, déployant une pédagogie tout à fait originale, les deux auteurs abordent les principales questions que beaucoup se posent. Avec eux, le lecteur fait ainsi un voyage aux sources du Coran, découvrant la société arabe du 7e siècle qui a été la réceptrice de cette parole devenue livre.

Soyez les bienvenus dans cette aventure ; vous n’en ressortirez pas comme vous y êtes entrés !

EXTRAIT

Rachid : Écoute Ismaël. Déjà, une femme ne doit obéir à personne. Elle est ton égale et si toi tu veux qu’elle t’obéisse, c’est que t’as un problème, mon vieux.
Ismaël : Oui mais le Coran dit que…
Rachid : Le Coran dit des tas de choses, Ismaël, mais est-ce qu’il les dit directement à toi ou est-ce qu’il a dit ces choses d’abord à un peuple du 7e siècle ?
Ismaël : Ben à moi. Je suis musulman. Le Coran me parle à moi.
Rachid : Donc tu as le droit d’avoir des esclaves…
Ismaël : Quoi ? Mais l’esclavage est interdit. C’est inhumain, Rachid.
[…]
Rachid : Écoute Ismaël, nous ne devons pas aborder le Coran selon nos valeurs et notre vision d’aujourd’hui. Tu sais, les grands textes sacrés sont des voyageurs. Ils traversent les siècles, voire les millénaires. Ils deviennent alors ce que les hommes de chaque époque en font. Une lecture qui se veut historique, comme j’y travaille depuis des années, cherche à savoir ce que les hommes d’une époque ont pensé d’un « texte sacré » en leur temps et en vertu des attentes et des enjeux collectifs qui étaient les leurs. Ce faisant, le lecteur historien ne cherche pas à s’approprier le texte pour lui-même ou à porter sur lui des jugements de valeur. Le Coran est né dans une société, celle de l’Arabie du 7e siècle, et il n’a pas pu changer brusquement le mode de vie de tout un peuple. Quand il a essayé, il s’est heurté très souvent à un mur « anthropologique ».

CE QU’EN PENSE LA CRITIQUE

Un livre principalement à destination des jeunes et qui a un objectif : développer l’esprit critique. – Mélanie Joris, RTBF

Présenté sous forme de dialogue, avec une touche certaine d’humour, les deux hommes déconstruisent les imaginaires fantasmés liés au Coran et à son interprétation. – L.V., La Libre Belgique

À PROPOS DES AUTEURS

Rachid Benzine est islamologue, chercheur associé au Fonds Paul Ricoeur (Paris) et à L’Observatoire du Religieux. Il enseigne notamment à la Faculté Théologique Protestante de Paris. Auteur de nombreux essais, son premier roman, Lettres à Nour, vient d’être adapté au théâtre.
Ismaël Saidi est réalisateur, scénariste, auteur et dramaturge. Il est connu pour sa pièce Djihad qui a déjà été vue par plus de 100 000 personnes. Il est en tournée dans toute la France avec sa nouvelle pièce, Géhenne.


Catégorie