Environnement, Politiques Publiques Et Pratiques Locales par Philippe Beringuier, Frédérique Blot, Bertrand Desailly, Mehdi Saqalli

Environnement, politiques publiques et pratiques locales
par Philippe Beringuier, Frédérique Blot, Bertrand Desailly, Mehdi Saqalli

Cet ouvrage interroge les interactions entre dynamiques environnementales, politiques publiques et pratiques locales dans différents contextes géographiques et scientifiques. Organisée en thématiques, l’analyse s’appuie sur différentes clés de lecture : ressources et contraintes, paysages et patrimoines ou encore risques et conflits, vulnérabilité et résilience, adaptation et coévolution des écosystèmes et des sociétés.

L’action publique environnementale au Québec
par Annie Chaloux

Comme la question environnementale préoccupe une large part de la population mondiale, l’environnement est désormais un champ d’action incontournable pour plusieurs gouvernements, et celui du Québec n’est pas en reste à cet égard. Cet ouvrage apporte un éclairage sur les idées, les institutions, les acteurs et les dynamiques en place qui entendent répondre aux défis et aux enjeux actuels. Ses auteurs étudient le rôle des idées et des idéologies, décrivent l’évolution du mouvement vert québécois et la place des partis verts dans les systèmes électoraux canadien et québécois. Ils analysent également l’institutionnalisation de la question environnementale dans une perspective aussi bien locale que régionale ou même mondiale. Des études de cas – gestion de l’eau, marché du carbone, transition énergétique – permettent enfin aux lecteurs de mieux comprendre les volets pratiques de l’action publique environnementale québécoise. Annie Chaloux est professeure à l’École de politique appliquée de l’Université de Sherbrooke et spécialiste des politiques environnementales et climatiques québécoises ainsi que des négociations climatiques internationales.

Environnement et sociétés rurales en mutation
par Michel Picouet

Les interactions entre sociétés humaines et environnement constituent un défi majeur pour l’avenir de la planète. Les conférences internationales (Rio, Kyoto, Johannesburg, etc.) montrent toute l’ambiguïté et tous les enjeux économiques et politiques nationaux qui s’y expriment. Dans ce contexte hautement politique, comment créer des convergences qui répondent aux besoins des populations et à une gestion environnementale appropriée ? C’est bien là toute la difficulté du développement durable. L’une des réponses qu’apporte ce livre passe par la nécessité de renouveler en profondeur les problématiques scientifiques et par l’importance de développer des études au niveau local ; car c’est là où se trouvent confrontées les stratégies des sociétés et les réponses qu’elles apportent aux multiples contraintes auxquelles elles ont à faire face. Connaître et faire connaître, dans les processus de prise de décision, les capacités d’adaptation et d’innovation des sociétés locales, cerner de nouveaux modes de régulation pour l’usage des ressources naturelles, proposer des stratégies alternatives de développement durable : tels sont les enjeux fondamentaux des études développées dans ce livre, à partir d’exemples contrastés pris dans la zone bioclimatique méditerranéenne.

Biodiversité et savoirs naturalistes locaux en France
par Laurence Bérard

Thème de négociations internationales, notamment sur la biodiversité, les savoirs des communautés autochtones et locales sur la nature ont surtout été abordés sous l’angle de l’autochtonie. L’expérience française en matière de conservation et de valorisation des savoirs locaux, objet de cet ouvrage, est quant à elle fondée sur les notions de patrimoine et de terroir. Cette approche originale peut nourrir les débats internationaux. L’ouvrage s’adresse donc en premier lieu aux négociateurs et responsables politiques, ainsi qu’aux acteurs locaux, que la dimension globale de ces savoirs intéresse.

Foncier et environnement en Afrique
par

En 2002, le LAJP publiait un numéro des Cahiers d’Anthropologie du Droit sous le titre ” Retour au Foncier “, puis, en 2005, ” Droit, gouvernance et développement durable “. Le présent numéro s’inscrit dans cette continuité, avec l’association du droit de la terre et des ressources naturelles, et de la préoccupation environnementale. Ce faisant, le LAJP ne fait que demeurer fidèle à un de ses axes de recherche fondamentaux, celui du droit foncier, dont l’approche intégrant les règles relatives au sol et celles aux ressources naturelles renouvelables apparaît comme la condition d’une gestion durable de ces ressources essentielles dans nombre de pays, en Afrique notamment. Ce positionnement de la recherche foncière est aussi celui de chercheurs appartenant à d’autres institutions tel que l’IRD, comme l’illustrent bien les travaux d’Olivier et Catherine Barrière sur le ” droit à inventer ” pour le Mali, à partir du cas du Delta intérieur du Niger. A côté de la décentralisation de la gestion foncière qui s’impose progressivement comme une caractéristique fondamentale des nouvelles politiques foncières, comme c’est le cas à Madagascar depuis 2005, la préoccupation de durabilité des ressources, affirmée avec force depuis la Conférence de Rio, semble constituer une autre dimension incontournable de ces mêmes politiques. On rejoint, à travers ce double positionnement de la réflexion foncière, une logique fondamentale de bon nombre d’usagers, urbains ou ruraux, dont la quête de sécurisation foncière s’apparente souvent à une demande de reconnaissance par la loi de leurs pratiques, de leurs ” coutumes “, jugées par eux plus adaptées au contexte de vie qui est le leur. La préoccupation de développement ne peut plus se traiter à la seule échelle nationale ; le niveau local est devenu essentiel et il s’appuie largement sur des démarches participatives dont la décentralisation et la gestion intégrée de la terre et des ressources naturelles, dans un souci de préservation durable de celles-ci, ne sont que des applications presque ” naturelles “. C’est l’objet de ce présent Cahier que d’en propose quelques illustrations mais aussi des éléments d’analyse.

Catégorie