From Peddlers To Merchants par Sushil Chaudhury, Kéram Kévonian

Les Arméniens dans le commerce asiatique au début de l’ère moderne
par Sushil Chaudhury, Kéram Kévonian

La poussée de la navigation occidentale au-delà du cap de Bonne Espérance et l’activité connue des diverses compagnies des Indes sont les références habituelles auxquelles renvoie le commerce de l’Asie entre le XVIe et le XVIIIe siècle. Les Européens ont pourtant rencontré sur les routes de l’Asie, maritimes ou continentales, des communautés marchandes bien établies qui, au gré des circonstances et avant la colonisation, ont été aussi bien leurs concurrents que leurs partenaires. Les Arméniens, déjà présents en Europe, sont l’une d’elles ; le principal réseau commercial qui les représente à partir du XVIIe siècle est celui de la Nouvelle-Djoulfa, un faubourg arménien fondé près d’Isfahan après la déportation de l’Arménie du centre est par le chah de Perse Abbas Ier en 1604-1605.
En se déployant d’Amsterdam au Bengale et au Tibet, et jusqu’aux îles Philippines, en prenant appui sur toute une série de ports et d’étapes répartis des rives de la Baltique ou de la Méditerranée à celles de l’océan Indien ou de la mer de Chine, le réseau commercial formé par les Arméniens de la Nouvelle-Djoulfa a de quoi susciter la curiosité, sinon la passion de l’historien. Il n’a pas manqué de surprendre aussi les contemporains : de la Nouvelle-Djoulfa, dont il découvre le faste grandissant, le chevalier de Chardin dira qu’il est peut-être le plus gros bourg du monde ; Gabriel de Chinon y verra, lui, une petite république. Pourvoyeurs d’épices, de tissus, de soie, des produits les plus variés des Indes ou de l’Europe, les marchands arméniens sont aussi les financiers du chah de Perse, les ambassadeurs de l’empereur d’Éthiopie ; ils deviennent armateurs dans l’océan Indien, maîtrisent les techniques comptables et commerciales en usage en Orient ou en Occident, négocient avec les souverains ou les compagnies. Ils tentent également, alors que se construit le monde moderne, d’y faire une place à leur nation, tout à la fois ancrée dans un pays partagé et déterritorialisée.
Dans la lignée de quelques travaux pionniers, ce livre réintègre dans le champ de l’histoire un long moment du commerce intercontinental, significatif non seulement des cheminements du capitalisme, mais d’une étonnante aspiration à mettre les nations sur le rang des États.


Ottawa–making a Capital
par Jeff Keshen, Nicole St-Onge

Twenty-four never-before published essays on the history of Ottawa, nineteen of which are in English (five in French), brings together professional historians, archaeologists, archivists and leading popular historians whose work reveals the rich tapestry of the city. Pre-contact society, French-Canadian voyageurs, the early civil service, the first labour organisers and Jewish peddlers are among the many fascinating characters covered. Readers will also learn about the origins of local street names, the Great Fire of 1900, Ottawa’s multicultural past, the demise of its streetcar system, Ottawa’s transformation during the Second World War and the significance of federal government architecture. Construire une capitale – Ottawa – Making a Capital is an indispensable collection for those interested in local history and the history of the Canada’s capital.


From Iberia to Diaspora
par Yedida Kalfon Stillman, Norman A. Stillman

This volume brings together a rich interdisciplinary selection of some of the best and most up-to-date research in the field of Sephardic Studies by scholars from all over the world. Covering both pre-Expulsion Iberia and the far flung Sephardi diaspora, the essays deal with social and intellectual history, literature, folklore, linguistics, musicology and art history. The volume concludes with an important discussion on education and the future of Sephardic Studies as a field. Most of the contributions in this volume are in English, and a few in French and Spanish.

Sessional Papers
par

“Report of the Dominion fishery commission on the fisheries of the province of Ontario, 1893”, issued as vol. 26, no. 7, supplement.

Catégorie