Grand Prix De L’urbanisme 2001 : Jean-Louis Subileau Et Cinq Grandes Figures De L’urbanisme par Ariella Masboungi

Grand prix de l’urbanisme 2001
par Ariella Masboungi

Le Grand Prix de l’urbanisme est l’occasion d’un débat de fond sur l’urbanisme et l’avenir de la ville. Précédé d’une consultation nationale, il fait émerger les préoccupations contemporaines, les attentes et les directions à suivre pour mieux répondre aux défis auxquels la ville est confrontée. Jean-Louis Subileau est un artisan du développement urbain. Il a connu successivement et par expérience directe, la recherche urbaine, le travail en agence d’urbanisme, la maîtrise d’ouvrage qui lui ont notamment permis d’être associé à l’aventure des grands projets présidentiels : Tête Défense (la Grande Arche), Opéra Bastille, Renault-Val-de-Seine, Euralille… Ces expériences ont conforté sa conviction que la ville n’appartient à personne, que nul ne la tient dans sa main, ne la pense dans le silence de son atelier et qu’elle est le produit de l’histoire et de la confrontation des acteurs dans laquelle l’habitant ne trouve pas aisément sa place. L’ouvrage présente également les cinq grandes figures de l’urbanisme représentées par les nominés : Michel Corajoud, Bruno Fortier, François Grether, Yves Lion et Pierre Riboulet.

Grand Prix de l’urbanisme 2002
par Ariella Masboungi

Le Grand Prix de l’urbanisme est l’occasion d’un débat de fond sur l’urbanisme et l’avenir de la ville. Précédé d’une consultation nationale, il fait émerger les préoccupations contemporaines, les attentes et les directions à suivre pour mieux répondre aux défis auxquels la ville est confrontée. Homme de l’écrit et du dessin, concepteur urbain sensible et d’une élégance très contemporaine, ainsi peut se définir Bruno Fortier. Il défend les valeurs de ” la ville sur la ville ” et assume l’absence de ” pureté ” de la ville, son hétérogénéité. Il est l’auteur de projets tels le cours des Cinquante-Otages et l’île Feydeau à Nantes, la recomposition des bassins du Havre et du littoral à Menton, l’esplanade de la Major à Marseille, la place Masséna à Nice, etc. Figure originale de l’intellectuel urbaniste, il est aussi l’auteur des livres L’amour des villes, La Métropole imaginaire… L’ouvrage présente également cinq grandes figures de l’urbanisme représentées par les nominés François Ascher, Jean-Pierre Charbonneau, François Grether, Bernard Reichen et Bernardo Secchi.

La ville sur mesure
par Ariella Masboungi, Olivia Barbet-Massin

“La ville sur mesure” est une ville pensée comme unique, spécifique, qui échappe à la banalisation et à la standardisation ; une ville bien dimensionnée, sobre, qui cherche le juste équilibre entre le neuf et l’existant, entre le minéral et les éléments de nature ; une ville économe en moyens, qui donne à la nouvelle rue, à la nouvelle place la bonne échelle, adaptée à l’usage des habitants et aisée à entretenir. “La ville sur mesure”, tel est le slogan que François Grether, Grand Prix de l’urbanisme 2012, a choisi pour défendre son approche multiple et sensible, attentive à tous les territoires, y compris les oubliés de l’urbanisme que sont les lointaines périphéries et les petites villes. Six thèmes – les temps de la ville, la règle au service du projet, le rapport urbanisme-architecture, les grands territoires, les rivages, l’articulation plan-projet – guident les projets qu’il conduit, présentés ici. L’hommage rendu à Marcel Roncayolo, géographe, offre l’occasion de présenter la pensée de ce nomade interdisciplinaire, iconoclaste, revendiquant la matérialité des villes, leur capacité à surmonter les crises, entrant ainsi en écho avec “la ville sur mesure”, qui échappe au générique, à l’amnésie, pour sans cesse se reconstruire sur elle-même.

Le génie d’Amsterdam
par Ariella Masboungi

Amsterdam innove plus que jamais, fidèle à la longue tradition d’aménagement de son territoire gagné sur la mer. Performante en matière de mobilité, de gestion énergétique et d’écologie, la ville s’imagine en laboratoire démocratique et économique. Confrontée à la crise de 2008, elle a maintenu une dynamique de projets – toujours à l’oeuvre aujourd’hui – qui fait d’elle un fleuron nord-européen de l’intelligence urbaine. Comment poursuivre cet élan et selon quels partenariats ? Avec quels financements ? Suivant quelles priorités ? C’est à ces questions que se consacre cet ouvrage. Il montre qu’Amsterdam ouvre le champ du projet à des acteurs inhabituels, tels des collectifs de citoyens, des entrepreneurs créatifs ou des makers émergents, renforce l’articulation entre stratégie collective et réalisations publiques-privées et renoue avec l’expérimentation grandeur nature. Véritable smart city, Amsterdam révèle ainsi une façon de faire la ville à la fois opportune, agile et inventive. Richement illustré, ce livre offre un zoom kaléidoscopique sur une démarche exemplaire.

Le projet urbain
par Patrizia Ingallina

Quel est le sens d’un projet urbain pour peu qu’on le considère dans sa globalité ? Expression d’une politique particulière, mais aussi d’une culture spécifique, celui-ci touche, par son réalisme même, aux innombrables problèmes soulevés par un territoire et sa population. Il est donc à la croisée des chemins de diverses disciplines, ne prend tout son sens que dans leur interaction tout en concernant directement la vie quotidienne de tout un chacun, qu’il habite une grande ville, une banlieue ou une zone rurale.


Catégorie