Kalachakra Tantra: Rite Of Initiation (English Edition) par Jhado Tulku Rinpoche

Kālachakra
par Jhado Tulku Rinpoche

Avec cette première publication en français du Guru Yoga de Kâlachakra, commenté par Sa Sainteté le Dalaï-Lama, Sofia Stril-Rever poursuit la traduction des textes-racines de Kâlachakra. La présentation de ce rituel accompagne un guide de l’initiation de Kâlachakra dont le maître-mot a été simplicité. Une simplicité qui permet de visualiser instantanément tout le processus et les enchaînements de l’initiation. On entend trop souvent dire que Kâlachakra est compliqué. En fait, l’essence de Kâlachakra peut se résumer en quelques mots : c’est l’amour à l’état pur, l’amour de Bouddha illimité et relié à tout. Amour se dit en sanskrit maitri, qui signifie devenir un, s’unir. L’initiation de Kâlachakra est une voie particulièrement complète et profonde de ce devenir-un. En ce sens, elle est la simplicité même. La difficulté bien réelle, l’obstacle à surmonter sont les limites de notre esprit et de notre compassion. Un enseignement de Jhado Tulku Rinpoche explique précisément comment le Tantra de Kâlachakra peut devenir une voie de transformation spirituelle, donnant accès aux plans subtils de la conscience. Ce guide accompagnera utilement ceux qui recevront l’initiation et pratiqueront le Guru Yoga de Kâlachakra – afin de les aider à en vivre la grande simplicité.

Fascination tibétaine
par Donald S. Lopez

Le Tibet : terre promise des nos rêves de sagesse et de spiritualité… Depuis longtemps, l’Occident nourrit ses fantasmes sur le Pays des Neiges de l’imaginaire de Shangri-la, ce monastère mythique décrit par James Hilton dans son roman Les Horizons perdus, préservé des affres de la modernité, perché au-dessus de la vallée de la Lune Bleue, où les moines bouddhistes sont aussi vertueux et épanouis que nous sommes vicieux et décadents. Dans cet essai documenté et scrupuleux, mais également ironique et drôle, Donald Lopez montre comment l’Occident a réussi à créer un Tibet entièrement sorti de son imagination, chargé de mythes qui ont traversé les siècles sans que personne s’y oppose. Or, réduire le Tibet à quelques images stéréotypées n’est pas sans péril. C’est en tout cas le plus sûr moyen de passer à côté de la culture et du peuple tibétains.

Journal asiatique
par

Ser. 6, v. 11, 14 and 18; ser. 7, v. 1 and 9, ser. 7, v. 16 and 19, ser. 8, v. 5, 9, 13 and 17 include “Bibliographie ottomane. Notice des livres turcs arabes et persans imprimés à Constantinople durant le période 1281-1307 de l’Hégire” (title varies slightly)

Tibet
par Jean-Pierre Barou, Sylvie Crossman

Non sans raison, l’Occident s’estime dépositaire de la modernité. Il peut se prévaloir de ses découvertes scientifiques, de sa révolution industrielle. Dès lors, il lui devient difficile de concevoir une autre forme de modernité que la sienne, et nous sommes tentés de considérer les autres cultures comme simplement porteuses d’un savoir ” traditionnel “. Pourtant, dans l’Asie profonde, au Tibet, une conception radicalement différente a vu le jour, fondée sur la conquête de soi et l’éveil des consciences. Nous pouvons la considérer d’un oeil neuf parce qu’elle rejoint les progrès que les neurosciences nous ont fait faire dans la connaissance de cette chose évidente et mystérieuse : l’esprit. Cet ouvrage retrace l’histoire de cette modernité-là, d’une ampleur comparable à la nôtre, sans omettre les violences, les tortures, les meurtres qu’elle comporte, ni les tentatives des totalitarismes nazi et communiste pour la détourner ou la briser. Aujourd’hui, elle poursuit son avancée sous l’impulsion du dalaï-lama allié aux neuro-scientifiques et sous le signe d’une énigmatique figure de poudres de couleurs, le Mandala de Kalachakra, véritable technologie visant à activer l’imaginaire pour accélérer l’éveil des consciences.

L’histoire secrète des dalaï-lamas
par Gilles van Grasdorff

Le quatorzième dalaï-lama Tenzin Gyatso, prix Nobel de la Paix, a accepté, en 2008, d’aborder ouvertement le problème de sa succession alors que la Chine la prépare depuis son occupation du Tibet en 1950. Pour saisir les enjeux politiques et spirituels qui vont bientôt bouleverser le bouddhisme ainsi que l’Asie, il est primordial de rétablir la vérité sur plus de six siècles d’histoire tibétaine en éclairant les mystérieux événements qui les ont ébranlés : les luttes intestines entre écoles et clans bouddhistes, la mort cachée du cinquième dalaï-lama, les frasques amoureuses du sixième, grand amateur du kama-sutra tibétain, l’oecuménisme du septième, comme l’assassinat des quatre dalaï-lamas suivants… Or pour les Tibétains en exil comme pour Pékin, la tension monte : désigner le quinzième dalaï-lama s’avèrera une épreuve des plus critique. Alors que l’actuel dalaï-lama multiplie les initiations au Tantra du Kalachakra, délivrées pour la paix dans le monde, sans toutefois lever le voile sur les mystères de cet enseignement et les secrets du royaume mythique de Shambhala, dans cette enquête Gilles Van Grasdorff, historien de la Société des Missions Etrangères, éclaire certains troubles du XXe siècle qui ont heurté les valeurs originelles du bouddhisme : l’influence de Sven Hedin et de Georges Ivanovitch Gurdjieff sur le souverain tibétain qui chassa les Mandchous du Tibet, les liens avec les SS de l’expédition Schäfer venus à Lhassa en 1938 et 1939… Autant de révélations surprenantes qui ouvrent sur les étonnantes amitiés du quatorzième dalaï-lama avec un chilien néonazi spécialiste de l’ésotérisme hitlérien ou le gourou de la funestement connue secte Aum. Les réponses du dalaï-lama sur ce sujet laissent à penser qu’il a découvert tardivement leur passé chargé. Mais cela n’indique-t-il pas aussi dans quelles conditions ardues le guide en exil du bouddhisme tibétain a été contraint de gouverner ?

Catégorie