La Cathédrale Enfouie : Le Legs Des Étoiles par Léopold von Sacher-Masoch

Le Legs de Caïn
par Léopold von Sacher-Masoch

Aventures amoureuses dans lesquelles se mêlent sensualité et puissance.

POUR UN PUBLIC AVERTI. Ayant vécu en Galicie, Léopold von Sacher-Masoch possède une bonne connaissance des coutumes de cette région d’Europe Centrale, nées du mélange des peuples polonais, petits-russiens, allemands et juifs, en lutte continuelle pour des questions de classe et de nationalité. L’auteur nous livre cinq histoires d’amour tourmentées et malheureuses, construites autour des événements ayant ébranlé la région, tels la peste de 1830 ou la Révolution polonaise de 1846.

Une série de récits romanesques ancrés dans le XIXe siècle, par l’initiateur de la littérature classique masochiste.

EXTRAIT DE FRINKO BALABAN

Celui qui, porté par un frêle esquif, glisse sur la mer calme et sereine, laissant l’élément liquide jouer avec lui, pendant que les contours diffus des côtes s’évanouissent peu à peu dans un voile de brume et que son regard rêveur sonde l’océan aérien au-dessus de lui, celui-là me comprendra peut-être quand je parle de la plaine galicienne, de cet océan de neige à travers lequel vous emporte en hiver le traîneau fugitif. Comme l’onde, la plaine attire l’âme et la pénètre d’une mélancolique langueur. Pourtant l’allure du traîneau est vive et leste comme le vol de l’aigle, tandis que la barque roule dans l’eau comme le canard qui s’enlève pesamment. La couleur aussi de la plaine sans bornes est plus sombre, et son langage plus morne, plus menaçant ; c’est la nature implacable qui s’y montre sans voiles, et la mort y semble plus près de vous, elle vous effleure du bout de son aile, on entend frémir dans l’air ses mille voix.
La clarté transparente d’une après-midi d’hiver m’avait séduit ; ma résolution était prise d’en profiter.

À PROPOS DE L’AUTEUR

Léopold von Sacher-Masoch (1836-1895) est un écrivain et historien né en Autriche et aux origines cosmopolites. Son œuvre est principalement constituée de contes nationaux et de romans historiques regroupés en cycles. Il s’y trouve généralement une héroïne dominatrice ou sadique, et le sens narratif vient des légendes et histoires du folklore slave, ayant bercé d’enfance de l’auteur. Le terme « masochisme » est forgé à partir du patronyme de Sacher-Masoch par le psychiatre Krafft-Ebing dans Psychopathia Sexualis (publié en 1886), et est considéré par celui-ci comme une pathologie. Pour Gilles Deleuze, qui a analysé et popularisé l’auteur, son œuvre est pornologique, car projetant la pornographie dans le champ philosophique.

À PROPOS DE LA COLLECTION

Retrouvez les plus grands noms de la littérature érotique dans notre collection Grands classiques érotiques.
Autrefois poussés à la clandestinité et relégués dans « l’Enfer des bibliothèques », les auteurs de ces œuvres incontournables du genre sont aujourd’hui reconnus mondialement.
Du Marquis de Sade à Alphonse Momas et ses multiples pseudonymes, en passant par le lyrique Alfred de Musset ou la féministe Renée Dunan, les Grands classiques érotiques proposent un catalogue complet et varié qui contentera tant les novices que les connaisseurs.


Voyage en Orient
par Gérard de Nerval

Texte intégral révisé suivi d’une biographie de Gérard de Nerval. Lorsque le futur auteur des “Filles du feu” décide en 1842 de partir pour l’Orient, c’est en partie pour se fuir lui-même, ou pour se retrouver, ayant conscience qu’il est sur le point de perdre cet équilibre si instable qui fait de lui un fou terriblement lucide. Le 1er janvier 1843, il s’embarque à Marseille. Le voilà en Grèce, prêt à tout admirer, puis en Égypte. Il séjourne longuement au Caire, dont il rapporte plusieurs chapitres de notes aussi solidement documentées que hautement poétiques. La Syrie, la Turquie, le Liban, où il étudie en profondeur la vie et les moeurs des peuples de la région. Partout, il n’est jamais simplement un touriste, mais aussi un poète et un explorateur. Dans le chapitre des “Nuits du Ramazan”, il nous donne de vives images des bazars et des théâtres d’Istanbul, recueillant ensuite de la bouche d’un conteur fameux la merveilleuse histoire de Soliman et de la Reine du Matin. Relatant son voyage qui dura près d’une année, Gérard de Nerval n’a pas les préjugés ni la soif de pittoresque de ses compatriotes, Chateaubriand, Flaubert ou Lamartine. Il est un conteur désintéressé, sensible à la beauté des choses et participant pleinement à la vie orientale sans pour autant perdre son esprit si aigu d’analyse. Sous sa forme très libre, le “Voyage en Orient” est l’une de ses plus belles oeuvres en prose.


Catégorie