La Fille Dans L’ombre par Nathalie Faure Lombardot

La Fille de L’Ombre
par Nathalie Faure Lombardot

Son diplome de journaliste en poche, Eric revient a Blignac, village de son enfance. Mais a son retour, le jeune reporter ne retrouve pas la terre qui l’a vu grandir tout a fait comme il l’a laissee. En effet, ses parents ont brutalement quitte la region, sa petite amie Isabelle a disparu dans un accident de voiture et son meilleur ami a rompu contacts. Eric va alors tenter de renouer avec son passe afin de comprendre ces evenements. Sous pretexte d’un reportage, il decouvrira peu a peu la dramatique verite qui lie tout un village.

La fille dans l’ombre
par Lisa Jackson

Incontestablement l’une des « reines du crime » aux Etats-Unis.

Un thriller en trompe l’œil.

En plein tournage du film Dead Heat, la doublure de la star hollywoodienne Allie Kramer s’effondre : l’arme utilisée par son partenaire était réellement chargée.Pour Cassie Kramer – sœur d’Allie et scripte sur le tournage – cela ne fait aucune doute : Allie était la cible. Sa sœur qui, inexplicablement, ne s’est pas présentée sur le plateau le lendemain.Les premiers soupçons de la police se portent logiquement sur Cassie. Elle, la fille instable qui n’a pas réussi, l’éternelle jalouse de sa brillante cadette, est forcément à l’origine de la disparition de sa sœur… Dans ce suspense à huis-clos, Lisa Jackson s’amuse à manipuler les protagonistes et à travailler fausses pistes et effets de surprise, jusqu’à la révélation finale. Rien ne lui plaît autant que de semer des indices et de créer un vrai climat de mystère.Dans ce monde d’apparences et de décors en trompe-l’œil, on dissimule les crimes derrière des mensonges de cinéma. A propos de l’auteur : Lisa Jackson est une habituée des listes des meilleures ventes aux Etats-Unis, où chacun de ses romans est un succès. Incontestablement l’une des « reines du crime », elle est membre de Mystery Writers of America et de International Thriller Writers. Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Françoise Nagel


La fille de l’ombre
par Richard Caron

Peut – on encore mourir d’amour à notre époque ? Tient-on de nos jours un carnet intime capable de faire sauter une ville ? Existe-t-il toujours, comme au temps de papa, d’ensorcelantes créatures qui travaillent dans l’ombre ? Qui prennent les hommes dans leurs filets comme on attrape les papillons ? Qui les font se consumer et se détruire lentement au feu de la passion ? Qui leur volent leurs secrets ? En résumé, existe-t-il encore de belles espionnes au diamant rose qui nourrissent au fond de leur âme les plus noirs desseins (des hordes rouges) ? Eh bien, il faut croire que oui ! La belle Lydia a réellement existé. Elle a vécu. Elle en est morte. Morte d’amour et d’espionnage.

Claude Chirac
par Laurent Léger

Claude Chirac n’a pas autorisé cette biographie, trop soucieuse d’entretenir le mystère et le secret qui pendant douze ans lui ont permis, sans jamais s’exposer, d’exercer un pouvoir incomparable auprès de son père. Chargée de sa communication, elle a été non seulement l’unique confidente, mais le gourou du chef de l’Etat, façonnant son image au gré des événements, inspirant jusqu’à certaines de ses décisions politiques. Ce que cette enquête révèle, ainsi que les facettes d’une personnalité complexe et secrète. Protégée de l’indiscrétion des journalistes, Claude Chirac a usé de ses titres de communicante et de ” fille de ” pour distiller des informations stratégiques ou faire diversion quand il le fallait. Relations, fréquentations jet-set, omniprésence dans les coulisses du pouvoir, hier à la mairie de Paris, aujourd’hui à l’Elysée, elle a mené dans les palais dorés de la République une vie de princesse traversée aussi par des drames que cet ouvrage retrace sans fard. A 44 ans, elle s’est blindée au fil des trahisons politiques et des épreuves. Sa sœur a tenté de se suicider, elle a perdu son amie d’enfance à 24 ans, son mari est mort après sept mois de mariage et celui qui lui avait tout appris de son métier a été emporté par un cancer. A l’aide de nombreux témoignages et d’une enquête fouillée, l’auteur brosse le portrait inédit d’une femme de pouvoir. Au crépuscule du chiraquisme, voici un ouvrage éclairant sur une ” fille de l’ombre “.

Ayélé, fille de l’ombre
par Véronique Ahyi-Hoesle

Née dans les années 60 dans une famille bourgeoise blanche, Ayélé est confiée dès sa naissance et sur ordre de sa grand-mère maternelle, à une famille de paysans. Personne doit découvrir cette enfant métisse. Proie facile à cause de sa couleur et du détachement de ses parents, Ayélé est victime d’expériences racistes à l’école et d’abus sexuels dans sa famille d’adoption. Quand sa vraie famille lui entrouvre la porte de la maison, Ayélé se heurte à sa mère, puis à sa grand-mère, qui use de toutes les humiliations pour l’éloigner. Son père, un artiste de renommée internationale, maintient Ayélé dans l’ombre pour ne pas égratigner un couple géré de main de fer par son épouse. Rejetée par ses deux parents, Ayélé se reconnaît dans les minorités et décide de s’installer au Sénégal, où, pense-t-elle, sa couleur sa couleur n’aura plus d’impor-tance. Un biologiste allemand l’apprend à aimer sa couleur, et Ayélé commence à incarner un monde en mutation, où races et frontières s’estompent. Présenté au niveau international sur la radio RFI, dans l’émission “En sol ma-jeur”, à la télévision Africa 24 dans l’émission littéraire “Entre les lignes” ou dans la revue panafricaine “Amina”, le roman a le pouvoir de captiver le lecteur grâce à un style alerte plein d’humour et de tendresse. Dans ce roman poignant, l’auteure joue subtilement avec les émotions des lecteurs. Dakar, Vientiane, Bujumbura, Kigali, partout “Ayélé fille de l’ombre” a séduit son public et a fait l’objet de multiples retombées médiatiques.

Catégorie