La Papesse Jeanne par Juan Filopon

La Papesse Jeanne
par Juan Filopon

A moitié du siècle XIII, Martín Polonus, chapelain du Pape et son pénitentiaire écrivit à propos de Jean VIII, un Pape du siècle IX, ce que suit: Johannes Anglicus, d’origine anglais, était né à Metz et l’on dit qu’il était arrivé à la Papauté avec l’aide d’arts diaboliques, car en étant une femme elle s’habilla en homme et avec son ami du coeur -personne instruite- se porta en Athènes, où sous la direction des savants qu’y enseignaient elle progressa dans ses études à un tel degré que plus tard à Rome très peu de gens furent à son hauteur et moins encore la surpassèrent même dans la connaissance des Écritures. Par son savoir, ses nombreuses lectures et ses succès dans les controverses intellectuelles, elle fut respectée à un tel point qu’à la mort du Pape Leo IV et par accord général on la choisit pour occuper la place laissée vacante. Le jour de Pâques de l’an 855, quand elle allait en procession vers l’église de Latran, entre le Colisée et saint Clément, elle avait donné naissance à un enfant, et d’après uns, on l’avait tué sur place et puis on l’avait enterrée sans aucun ménagement. Mais d ́autres soutiennent qu’elle survécut à l’accouchement et que jusqu’à sa mort on la garda recluse à un monastère caché. Son pontificat avait duré deux ans, quatre mois et dix jours.

La papesse Jeanne
par Donna Woolfolk Cross

Comment, au IXe siècle, une femme a-t-elle pu se faire élire pape sans que personne ne soupçonne son véritable sexe? La papesse Jeanne a vraiment existé et son nom figure dans les registres du Vatican…

Catégorie