La Parole De L’enfant : Pour Une Éducation Bilingue De L’enfant Sourd par

Terrain, n° 30/mars 1998
par

Au sommaire : W. A. Christain Jr, “L’œil de l’esprit : les visionnaires basques en transe, 1931” ; C. Pasqualino, “Quand les yeux servent de langue : regards gitans, actions payas en Semaine Sainte (Andalousie)” ; M. Caisson, “La science du mauvais œil (Malocchio) : structuration du sujet dans la “pensée folklorique” ; Y. Delaporte, “Comme un fil tendu entre deux visages : le regard sourd” ; V. Nathoum-Grappe, “L’échange des regards” ; S. Maresca, “Les apparences de la vérité : ou les rêves d’objectivité du portrait photographique” ; F. R. Myers, “Question de regard : les expositions d’art aborigène australien en France”. Repères : J.-P. Albert, “Saintes et héroïnes de France : entre l’Église et la République (19e-20e siècles)” ; C. Bromberger, “Un héros disputé : figures d’un leader révolutionnaire iranien (1915-1921)” ; D. Fabre, “Christophe Colomb, l’impossible héros” ; D. La Mache, “La conquête de l’espace : habitat et regards croisés dans un “îlot sensible”” ; J.-F. Gossiaux : “L’ethnologie au bout du compte”.

Handicaps et développement psychologique de l’enfant
par Michèle Guidetti, Catherine Tourrette

Une synthèse originale des travaux les plus récents concernant le développement psychologique des enfants handicapés.

Les Sourds c’est comme ça !
par Yves Delaporte

Les sourds-muets, aujourd’hui rebaptisés « sourds » – ce qui n’est pas sans entraîner quelques confusions – ont été entièrement délaissés par les sciences sociales, qui ont cru sur parole le discours médical de la déficience et de sa réparation à tout prix. Ce discours, qui semble relever de l’évidence tant la surdimutité est un objet de scandale pour la pensée ordinaire, est pourtant historiquement daté : au xixe siècle, les sourds-muets étaient reconnus comme une catégorie anthropologique, avant que la langue des signes ne soit interdite pendant cent ans à partir de 1880 dans les instituts d’enseignement. Les sourds sont porteurs d’une radicale étrangeté. Pour eux, être sourd réfère moins à un déficit d’audition qu’à l’affiliation à un groupe linguistique et culturel. Symétriquement, l’entendant est moins celui qui est pourvu d’audition que l’autre culturel : celui qui, ne connaissant pas la langue des sourds, se méprend sur ce qu’ils sont. Un profond sentiment de complétude, incompréhensible pour les tenants de l’idéologie de la déficience, se fonde sur l’existence d’une langue qui, pour emprunter un canal différent de celui de toutes les autres langues humaines, n’en présente pas moins les mêmes fonctions et les mêmes richesses. « Les sourds, c’est comme ça » : telle est l’expression qui conclut fréquemment les récits, et qui a pour fonction de souligner ce qu’il y a d’unique dans l’expérience sourde du monde. Fidèle à sa vocation, qui est de décrire les productions collectives d’un groupe humain, telles qu’elles sont vécues et pensées par lui, l’ethnologue donne à voir l’autre côté du miroir. Lui aussi montre, à sa manière, que « les sourds, c’est comme ça ». Bilan de sept années d’enquête, ce livre vient infirmer les représentations communes de la surdimutité comme malheur individuel. Il la montre telle qu’elle est : une singularité qui a trouvé sa voie propre pour accéder à la symbolisation.

Compétences cognitives, linguistiques et sociales de l’enfant sourd
par Catherine Hage, Brigitte Charlier, Jacqueline Leybaert

La déficience auditive est un handicap invisible, mais lourd de conséquences pour les enfants concernés. Leur développement cognitif, linguistique, scolaire et social est toujours affecté à des degrés divers. La perte auditive ne détermine pas à elle seule l’importance des déficits qui peuvent s’installer : des facteurs tels que l’étiologie, l’âge du diagnostic, l’implication parentale, la qualité et la nature de l’environnement linguistique sont susceptibles d’influencer l’évolution de l’enfant vers la maîtrise d’une première langue, que cette langue soit parlée ou signée. Car test bien l’acquisition d’une langue qui constitue un des enjeux fondamentaux de l’éducation d’un enfant sourd. Le présent ouvrage est le premier à poser les jalons d’une évaluation multidisciplinaire, sur la base des pratiques éducatives et des modèles de développement de l’enfant entendant les plus actuels. A tous les éducateurs et les professionnels soucieux d’adopter des pratiques à la fois rigoureuses, réalistes et ajustées à l’enfant et à sa famille, l’ouvrage offre une mise à jour des connaissances récentes, un cadre théorique rigoureux, des concepts porteurs, des pistes d’évaluation concrètes et une ouverture aux champs d’investigation du futur. Cet ouvrage collectif se veut enfin le reflet du dialogue entre les chercheurs et les cliniciens, qui est sans doute la meilleure façon de contribuer au développement toujours plus harmonieux des enfants sourds et malentendants.

Le réveil Sourd en France
par André Minguy

L’Association “Deux langues pour une Education” est à l’origine d’un mouvement militant pour une éducation bilingue de l’enfant sourd. Ce mouvement allait éveiller les consciences aux difficultés de communication dans la sphère de la surdité et lever les interdits concernant l’usage de la langue des signes dans les écoles et dans la vie quotidienne. Finalement, la reconnaissance officielle de la Langue des Signes française a abouti en 2005.

Catégorie