La Réforme Des P.t.t.: Quel Avenir Pour Le Service Public ? par Jocelyne Barreau

La Réforme des P.T.T.
par Jocelyne Barreau

La réforme des PTT, engagée en 1990, apparaît tout à fait exceptionnelle par son ampleur (450 000 personnes concernées) et par son originalité (un nouveau statut juridique pour la Poste et France Télécom et un bouleversement complet des règles de gestion de personnels conservant le statut de fonctionnaire). Elle fait figure de test pour tout projet de modernisation de l’État. Elle pose le problème de l’avenir du service public, et de sa relation avec les services soumis à la concurrence. Cet ouvrage, original à plus d’un titre, explore la face cachée de cette réforme, mal connue du grand public. Grâce à une enquête approfondie menée auprès de l’ensemble des protagonistes – ministères de tutelle, directions de la Poste et de France Télécom, fédérations syndicales… -, son auteur apporte une vision d’ensemble à laquelle bien peu d’acteurs concernés auront eu accès. À partir d’une analyse des origines de la réforme, Jocelyne Barreau propose un récit des négociations ayant conduit à la loi du 2 juillet 1990, et à l’accord social du 9 juillet 1990. Elle montre comment ces deux textes ont pu être adoptés, sans conflit social majeur, alors que les précédents projets de réforme des PTT avaient suscité de violentes réactions syndicales. Elle dresse enfin un premier bilan de la mise en œuvre de la réforme, cinq ans après, en présentant aussi bien le point de vue des dirigeants et cadres qui en ont la responsabilité, que celui des représentants syndicaux. Elle analyse les transformations sociales en cours et les relations difficiles qui lient les deux prestataires de service public et l’État.

Le roman social
par Sophie Béroud, Tania Régin

Depuis la fin du XIXe siècle, la figure de l’ouvrier, devenue centrale dans le monde du travail, a inspiré des œuvres littéraires. Emile Zola est l’un des premiers romanciers à la mettre en scène tandis que durant l’entre-deux-guerres naissent les projets de littérature prolétarienne et de réalisme socialiste. Aujourd’hui encore, l’essor du polar est indissociable de la critique sociale qu’il véhicule. Cet ouvrage analyse les rapports multiples qui se sont noués entre le monde des lettres et le mouvement ouvrier sur plus d’un siècle. Réalisé par une vingtaine d’auteurs, sociologues, spécialistes de littérature, historiens, écrivains, syndicalistes, ce livre met en évidence l’évolution des représentations du salariat dans le roman. II incite ainsi à redécouvrir les œuvres d’auteurs éminents tels Émile Zola, Henri Barbusse, Louis Aragon, Roger Vaillant, Louis Guilloux, mais aussi celles plus méconnues de Charles-Louis Philippe, Marguerite Audoux, Henry Poulaille, Pierre Semard ou Georges Valero. Sans prétendre à l’exhaustivité, ces explorations littéraires permettent de questionner l’évolution contemporaine du roman.

Concurrence et services publics, enjeux et perspectives
par Gaël Hénaff

Au sein de l’Union Européenne la physionomie des services publics s’est considérablement modifiée ces dernières années. La France n’a pas échappé à cette mutation : privatisations progressives, émiettement des situations monopolistiques, ouverture à la concurrence… Cette évolution, qui touche désormais tous les secteurs, communication, énergie, transports, est loin d’être encore achevée. Elle provoque déjà de nombreuses interrogations, suscitant des espoirs ou au contraire inspirant des craintes. La mise en concurrence est-elle synonyme de dérégulation totale et ne voit-on pas apparaître derrière les réformes successives de nouvelles régulations ? Quel est le rôle des autorités de régulation mises en place par les pouvoirs publics et doit-on s’inquiéter de leur prolifération ? Comment articuler le rôle et les objectifs de l’Union Européenne avec la défense de la notion de service public, que signifie l’émergence des notions européennes de service d’intérêt économique général ou de services universels ? Quels effets la mise en concurrence a-t-elle sur l’organisation interne des prestataires de service public et sur leurs relations avec leurs partenaires, leurs agents et leurs clients ? Quelle est d’ailleurs aujourd’hui, la pertinence des notions de client, consommateur, usager, citoyen ? Ces quelques interrogations, dont l’actualité est brûlante, illustrent les enjeux d’une conciliation difficile entre deux termes en apparence antinomiques : concurrence et service public. Les contributions proposées dans cet ouvrage, celles de spécialistes en économie, droit mais aussi en sociologie et en sciences de gestion venus de toute la France, constituent le prolongement des interventions et des débats d’un colloque qui s’est déroulé à l’Université Rennes 2 Haute-Bretagne en novembre 2000.

L’exploitation publique des services postaux
par Grégoire Calley

L’organisation de l’exploitation publique des services postaux a été réformée. Cette transformation s’est tout d’abord traduite dans une mutation statutaire de l’opérateur postal ainsi amené à poursuivre une logique d’entreprise. Cette transformation s’est ensuite concrétisée dans l’accroissement de la surface d’exposition des services postaux à la concurrence. La conjugaison de ces deux phénomènes conduit La Poste à faire davantage reposer ses choix sur le critère de la rentabilité. C’est en confortant sa présence sur le secteur concurrentiel que l’entreprise pourra espérer dégager les moyens financiers propres à garantir la rentabilité de son exploitation. Or, la fourniture d’un ensemble de services concurrentiels par un établissement public exerçant ses missions dans un cadre normatif spécifique est forcément problématique au plan juridique. Mais la recherche de la rentabilité ne met pas seulement en cause le déploiement des services postaux concurrentiels, elle fait également corps avec la nécessité pour l’opérateur de restructurer sa présence territoriale afin d’alléger les déficits consécutifs à la densité de son réseau. Or un tel processus s’avère lui aussi problématique au plan juridique

Services publics
par Christian Stoffaës

Les services publics à la française doivent être modernisés. Ils incarnaient l’État-providence et les grands projets ; ils sont mis en question par l’ouverture des marchés, la chute de l’économie planifiée, la dérégulation, les privatisations. L’économie ouverte s’impose désormais aux industries de réseaux : énergie, transports, télécommunications, services collectifs. Peut-on laisser sans perspectives et dans l’isolement cette pierre angulaire de notre société, les infrastructures de l’économie compétitive, les grandes réalisations techniques, la conception républicaine de l’égalité du lien social, de la cohésion du territoire ? Fruit des réflexions du groupe du Plan Réseaux 2010, animé par Christian Stoffaës, directeur à EDF, cet ouvrage identifie les vecteurs du changement, tire le bilan des expériences étrangères et trace des orientations pour le grand chantier de la réforme de l’État.

Catégorie