La Vie Qu’on A par Pierre Ducrozet

La vie qu’on voulait
par Pierre Ducrozet

Le corps de Manel repose inanimé sur les berges de la Seine. Que s’est-il passé ? Lou, près de lui, repousse les images que ce fantôme a réveillées, celles d’une amitié enterrée. Ils étaient cinq. Ils avaient 20 ans en l’an 2000. Ils espéraient une vie intense. Ils sont paris à Berlin pour fouiller la nuit, la route, la musique. Les années ont passé. Dix ans plus tard, ils essaient de recoller les morceaux de leurs rêves et de se réconcilier avec le monde.
S’ils se sont arrêtés au milieu du chemin, Manel, lui, est allé jusqu’au bout. Son retour va tout chambouler. Entre Paris, Berlin, Londres et Barcelone, ils se lancent dans une cavale folle à la recherche de tout ce qui les portait.
Dans une prose rythmée et imagée, Pierre Ducrozet raconte le coup de sang d’une jeunesse européenne qui voulait une vie en forme de grenade et s’est retrouvé, un matin, des éclats entre les mains.


La vie qu’on a
par Roxana Burlacu

” Quel bonheur pour une fois d’écrire en sachant que mon lecteur dispose d’une information fiable sur la réalité de celles que les médias désignent d’un bloc comme les ” filles de l’Est “. Car si la personnalité de l’auteure peut être sans hésitation qualifiée d’exceptionnelle, le parcours qu’elle relate est plus proche de ce que vivent la plupart de ses collègues que des mauvais romans policiers que l’on nous donne habituellement pour la vérité de leur expérience. ” C’est en ces termes que s’exprime le postfacier de cette autobiographie d’une jeune prostituée moldave sur les trottoirs de Bruxelles. A travers son histoire, on découvre que ce qu’on appelle communément traite et esclavage ne sont autres que les moyens d’entrer dans l’espace Schengen que doivent monnayer des migrants volontaires, mais clandestins et, à ce titre, dépendants de passeurs rarement respectueux de leurs clientes ; que la ” vente ” des jeunes femmes au cours de leur périple n’en est pas une, même si les acteurs utilisent ce terme ; que le pire pour les prostituées de rue, ce n’est pas leur travail mais leur peur d’être expulsées. ” La vie qu’on a ” est une véritable leçon de vie, faite de larmes, certes, mais aussi et surtout de courage. Elle devrait nous faire réfléchir sur le gâchis et les crimes qu’entraînent la fermeture des frontières de l’Union Européenne et le traitement comme délinquants de clandestins, soutiens économiques de leur pays d’origine – quand ce n’est pas de leur pays d’adoption.

C’est à quel âge la vie? : la vie qu’on mène, 2
par Line Arsenault

Amusant et gentillet. [SDM].

Catégorie