Le Caractère Fétiche Dans La Musique par Theodor Wiesengrund Adorno

Le caractère fétiche dans la musique et la régression de l’écoute
par Theodor Wiesengrund Adorno

Texte qui suit les réflexions de l’essayiste allemand Walter Benjamin, sur l’oeuvre d’art à l’ère de la reproductibilité technique. Les thèses de l’auteur sur le processus moderne qui fait de l’art une simple marchandise sont appliquées cette fois à la musique.

Arts et émotions
par Mathilde Bernard, Alexandre Gefen, Carole Talon-Hugon

La question des émotions représentées, exprimées ou provoquées par l’art a été largement éclipsée par une modernité qui dédaignait les problématiques « psychologisantes » et préférait se centrer sur des interrogations formelles. La sortie de l’art de ce moment formaliste, d’une part, et le développement des disciplines scientifiques ayant les émotions pour objet, d’autre part, invitent à ré-ouvrir le dossier des liens complexes et variés que les arts entretiennent avec les affects en l’enrichissant de la contribution des sciences cognitives et des théories psychologiques ou sociologiques de la réception et de la lecture.
Ce dictionnaire fournit un outil unique et précieux pour cartographier ce champ de recherche en plein essor, dessiner ses grandes problématiques, présenter ses principaux théoriciens et rassembler sa bibliographie. Son originalité tient au fait que la réflexion y est toujours conduite à partir d’uvres d’art particulières, et soumise à leur épreuve. Qu’il s’agisse des mécanismes complexes de l’immersion fictionnelle, des processus de mise en commun collective des émotions individuelles, de la responsabilité éthique de l’art, des interactions entre l’ordre de la création et la logique des émotions, il y a là autant de champs d’interrogations qui peuvent bénéficier du riche apport interdisciplinaire des « sciences de l’affect », alors même, que, dans l’autre sens, ces disciplines ont beaucoup à gagner à se pencher sur des corpus artistiques, compris comme des dispositifs de production, d’interrogation et de manipulation des affects.

La Dialectique de la raison de Marx Horkheimer
par Encyclopaedia Universalis

Bienvenue dans la collection Les Fiches de lecture d’Universalis

Écrite aux États-Unis, alors que T. W. Adorno (1903-1969) et Max Horkheimer (1895-1973) ont fui le nazisme, achevée en 1944 et publiée en 1947, à Amsterdam, La Dialectique de la raison.

Une fiche de lecture spécialement conçue pour le numérique, pour tout savoir sur La Dialectique de la raison de Marx Horkheimer

Chaque fiche de lecture présente une œuvre clé de la littérature ou de la pensée. Cette présentation est couplée avec un article de synthèse sur l’auteur de l’œuvre.

A propos de l’Encyclopaedia Universalis :

Reconnue mondialement pour la qualité et la fiabilité incomparable de ses publications, Encyclopaedia Universalis met la connaissance à la portée de tous. Écrite par plus de 7 200 auteurs spécialistes et riche de près de 30 000 médias (vidéos, photos, cartes, dessins…), l’Encyclopaedia Universalis est la plus fiable collection de référence disponible en français. Elle aborde tous les domaines du savoir.


Un son désenchanté : musique et théorie critique
par Jean-Paul Olive

Dans les années 1960, Adorno confie, dans une note biographique : ” J’ai étudié la philosophie et la musique. Plutôt que choisir entre les deux, j’eus toute ma vie durant le sentiment d’être, dans ces deux domaines divergents, à la recherche d’une chose identique. ” Quelle est donc cette ” chose identique ” que dissimuleraient dans une totale complicité philosophie et musique? Adorno ne le précise pas. Seule une immersion en profondeur dans les textes du philosophe peut livrer la réponse. II s’agit d’une gageure et c’est précisément celle que relève ici magistralement Jean Paul Olive, exégète attentif, lecteur subtil et interprète exigeant d’Adorno. Mais l’auteur n’entend pas pour autant céder aux sortilèges de la dialectique adornienne. Soucieux de marquer une juste distance critique vis-à-vis d’une pensée qui pourtant le fascine, Jean Paul Olive n’hésite pas à stigmatiser l’intransigeance de certaines positions du penseur francfortois. Habile démarche qui confère à son propre texte, Un son désenchanté, une totale autonomie et lui permet d’autant plus librement d’insister avec force sur l’actualité de la Théorie critique et sur l’urgence d’une relecture de Theodor Adorno.

Musique et dramaturgie
par Laurent Feneyrou

Compositeur, auteur, metteur en scène, mais aussi genre, œuvre, situation, sinon personnage… Croisant les approches, revendiquant une pleine interdisciplinarité, musique et dramaturgie se risque à une esthétique de la représentation moderne et contemporaine : opéra, théâtre musical, musique de scène, happening ou action, Hörspiel ou radio play… La soixantaine d’études et de témoignages d’artistes réunie dans ce livre chemine librement à travers quelques propositions majeures du siècle dernier, oscillant entre les exigences du matériau au sein de l’œuvre musicale, et une autre logique, propre à la scène, concrète, filmique, expérimentale, théorique, idéologique, ou à celle, imaginaire, de la radiophonie. Aussi l’opéra n’est-il ici que l’une des formes du dialogue entre la nécessaire acuité de l’écoute et l’illusion certaine du spectacle. Car, devenu son propre objet de représentation, l’opéra et son récent devenir tiendraient dans cette alternative : ou bien le néo-classicisme, adoptant l’héritage d’archétypes et de structures canoniques et séculaires, ou bien l’ironie, la distanciation, sinon le renversement des conventions et des figures rhétoriques. La métamorphose de personnages et d’intrigues désormais rejetés à la surface, ni fondement, ni substance, ni même sujet, signe alors l’avènement d’une scène sans histoire, basée sur le son, et non sur le drame, au sens d’action théâtrale. Ainsi, l’opéra se meurt. Suivant cette prophétie, maintes fois délivrée au cours du XXe siècle, le genre donnerait à voir et à écouter son seul trépas, et désignerait une aporie, l’écueil d’une écoute soumise à l’insistance du regard.

Catégorie