Le Magasin Universel – Tome Sixième – Livraison N°40 – Architecture – Monuments De L’egypte,Suite. par Michaël Haag

La Tragédie des Templiers
par Michaël Haag

Qui étaient ces défenseurs de l’Empire chrétien ?
Quel rôle ont-ils joué en Outremer au sein des États croisés ?
Comment ont-ils tenu et exercé le pouvoir face à l’adversité ?
Pourquoi la chute d’Acre marque la fin de la présence franque en Terre sainte ?
Pourquoi la France a-t-elle conspué et abandonné ses moines-soldats ?

Ce livre passionnant, richement illustré et documenté, fait toute la lumière sur l’ascension des Templiers en Orient et leur chute face à l’assaillant musulman et à la couronne de France.

En 1187, près d’un siècle après la première croisade victorieuse, Saladin reprend possession de Jérusalem. Les Templiers, dont le quartier général se trouve sur le Mont du Temple dans la mosquée al-Aqsa, sont chassés de la ville avec la population franque. La chute de Jérusalem est un incroyable tournant pour les Templiers et les peuples européens installés au Proche et Moyen-Orient. C’est le début d’une lutte désespérée suivie d’un échec cuisant. En un peu plus d’un siècle, Acre sera détruite, les Francs chassés de l’Outremer, et les Templiers eux-mêmes, honnis et déshonorés, devront faire face à leur déchéance, jusqu’à leur propre sacrifice de retour en Europe.

Dans ce nouveau livre, Michael Haag explore l’ascension et la chute des Templiers dans le contexte de leur idéal de la Croisade et de leur entreprise de colonisation en Outremer.
Dans le sillage de son précédent succès de librairie, Les Templiers, De la légende à l’histoire, voici un livre certes érudit, mais écrit d’une façon narrative et rythmée qui rend l’Histoire plaisante et accessible à tous.

A propos de l’auteur
Écrivain et historien, Michael Haag a beaucoup écrit sur l’Égypte ancienne et l’époque médiévale en Europe et Moyen-Orient. Il collabore à de nombreux magazines en Angleterre, aux USA et au Caire et a été présentateur à la BBC. Il vit à Londres.

Un livre publié par Ixelles éditions
Visitez notre site : http://www.ixelles-editions.com
Contactez-nous à l’adresse contact@ixelles-editions.com


Lettres de guerre
par Jacques Vaché

Mort d’une surdose d’opium en 1919 à l’âge de vingt-trois ans, alors qu’il est encore sous l’uniforme, Jacques Vaché est reconnu comme celui par qui le surréalisme est arrivé. Du premier Manifeste à ses derniers Entretiens, André Breton aura toujours célébré celui qu’il appelait ‘l’homme que j’ai le plus aimé au monde’. Et quinze Lettres de guerre, envoyées depuis le front à son ami poète ainsi qu’à Théodore Fraenkel et Louis Aragon, auront suffi pour que Vaché devienne l’arme secrète de plusieurs générations. Breton révélait en 1919 son ‘Umour’ sans H, surgi au milieu des combats, l’expression poétique la plus pure de l’humour noir et de la ‘désertion intérieure’. Présenter pour la première fois l’intégralité des lettres écrites par Jacques Vaché à sa famille et à ses amis pendant la guerre (158 dont 23 totalement inédites) permet de marquer le point de départ d’une aventure moderne et de mettre en lumière le soldat en action, la vocation prometteuse du dessinateur et la singularité du ‘dandy des tranchées’.

Les stèles d’Horus sur les crocodiles
par Annie Gasse

” Horus sur les crocodiles ” : cette formule a priori quelque peu énigmatique cache l’un des mythes les plus populaires de l’ancienne Égypte pendant le dernier millénaire avant J.-C. : pour le soustraire aux attaques de son oncle Seth, Isis dissimule son jeune fils Horus dans les marais du Delta. Un jour, l’enfant est mordu par un serpent ; il doit mourir mais, grâce à l’intervention des divinités majeures du panthéon égyptien, il guérit miraculeusement. Ayant triomphé de ce danger, il devient le protecteur des humains, victimes désignées de tous les animaux nuisibles, serpents, scorpions, crocodiles, etc. Omniprésente dans la religion et la magie égyptiennes, cette légende trouve sa principale, et parfois naïve illustration, sur les stèles ” d’Horus sur les crocodiles “. L’iconographie de leur recto lui est entièrement consacrée tandis que tout le reste de leur surface – côtés et bases compris- est couvert de textes en relation avec ce récit et les pouvoirs magiques d’Horus. Accouru au chevet du patient, le médecin-magicien plongeait l’un de ces objets dans l’eau et lui faisait ensuite absorber le liquide chargé de vertus guérisseuses, tout en récitant les formules appropriées. Paradoxalement, ces petits monuments de la piété populaire, qui étaient souvent la propriété personnelle des thérapeutes-magiciens, comptent parmi les pièces archéologiques conservées les moins nombreuses : environ quatre cents stèles seulement sont connues dans le monde. Le département des Antiquités égyptiennes du Louvre abrite une quantité significative de ces pièces – quarante -, avec cette remarquable particularité de posséder au moins un exemplaire de chaque époque, ce qui permet de suivre l’évolution typologique de ces documents pendant le millénaire de leur existence. Tels qu’ils sont, ces objets de petites dimensions, souvent frustes, inscrits de formules parfois mal comprises et déformées par les copistes égyptiens eux-mêmes, éclairent un aspect particulièrement humain de la pensée religieuse de l’ancienne Égypte, où se mêlent confiance en l’écrit et croyances fondées sur l’image.

Catégorie