Le Montage par Jacques Aumont

Le Montage
par Jacques Aumont

Ironie de l’histoire : apres plus d’un siecle de spectacle cinematographique, des machines nouvelles remettent au gout du jour la pure reproduction de la duree, et le selfie permanent fait revivre, a echelle mondiale et pour des millions de sujets, la vue Lumiere. Le cinema n’avait eu de cesse de depasser cet etat minimal de l’image mouvante, en lui ajoutant des qualites sensorielles, mais surtout, en apprenant a ne pas la laisser seule. Sans l’art du montage, il n’y aurait eu ni cinema de fiction ni documentaire ni film poetique; on aurait multiplie a l’infini des vues unitaires denuees de sens. Malgre le caractere abrupt de sa formule, Godard n’a pas eu tort de dire que le montage etait la seule chose inventee par le cinema. Le cinema n’a pas decouvert le principe de montage : pourtant celui-ci est le coeur formel, esthetique, semiotique de l’art du film, il est ce qui permet d’obtenir une forme qui pense. Ce bref essai ne pretend pas remplacer un traite complet, mais rappeler pourquoi le cinema a cultive l’art du montage, ce qu’il en a fait, et tenter de comprendre ce qu’on peut esperer qu’il s’en conserve, a un moment ou, dans les nouveaux usages sociaux, le regne de la vue est battu en breche par celui de l’image.

Le montage
par Vladimir Volkoff

Spionageroman over een Russische literair agent die zich in de Parijse uitgeverswereld heeft genesteld om de publieke opinie te beinvloeden, en een laatste ingewikkelde en levensgevaarlijke missie moet uitvoeren.

Le montage au cinéma
par Dominique Villain

Cent ans de cinéma, et pas tout à fait cent ans de montage. D’ailleurs, comment cela a-t-il commencé, le, montage, par hasard ou par nécessité ? Et les monteurs, ont-ils jamais joué un autre rôle que celui de ” professionnels de la profession ” soucieux de leur pouvoir ? Est-ce qu’il leur arrive d’improviser, d’inventer, à la table de montage ? Et pourquoi, parmi les cinéastes, y a-t-il ceux qui adorent le montage, et ceux qui le détestent ? Pourquoi cette force des affects vis-à-vis d’une des opérations – la dernière, très différente il est vrai, du tournage – les plus rigoureuses de la fabrication des films ? Opération matérielle et intellectuelle, modeste et ambitieuse à la fois, paradoxale déjà : couper, coller la pellicule, et recréer le ” ruban de rêves ” dont a parlé Orson Welles. A travers l’agencement de différents éléments de connaissance – pratique personnelle, rencontres, entretiens, lectures et visionnement de films – Dominique Villain fait entrevoir ce qui se passe dans la pénombre de la salle de montage. Elle invite, d’autre part, le lecteur à parcourir l’histoire du cinéma à partir de l’idée de liberté qui signe, selon elle, les grands noms du montage Griffith, Eisenstein, Welles, Rouch, Godard.

Le montage frauduleux de la pyramide de Ponzi
par Ariane de Saeger, 50 minutes,

Un guide pratique et accessible pour comprendre le fonctionnement de la pyramide de Ponzi

Telle une pyramide de cartes dont les fondements semblent à la fois miraculeux et incertains, le montage frauduleux de Ponzi éblouit dans un premier temps les nombreux investisseurs qui y voient une occasion en or – c’est le cas de la dire – de s’enrichir rapidement et sans effort. Mis au point par l’ambitieux Charles Ponzi au lendemain de la Première Guerre mondiale, le système n’est pourtant pas voué à durer tant son équilibre est fragile… 

Ce livre vous aidera à :

   • Saisir les subtilités de la célèbre cavalerie en chaîne
   • Vous poser les bonnes questions en cas d’investissement
   • Comprendre les mécanismes financiers à l’origine de la crise des subprimes 
   • Et bien plus encore !

Le mot de l’éditeur :
« Avec l’auteur, Ariane de Saeger, nous avons cherché à offrir aux lecteurs une analyse approfondie du système pyramidal afin qu’ils puissent s’armer contre ce type de pratiques frauduleuses. »
Juliette Nève

À PROPOS DE LA SÉRIE 50MINUTES | Culture économique
La série « Culture économique » de la collection 50MINUTES propose des documents qui invitent tous les curieux à réfléchir sur les enjeux et les réalités qui façonnent le monde économique actuel. Nous avons conçu la collection Business & Economics en pensant aux nombreux professionnels obligés de se former en permanence en économie, en management, en stratégie ou en marketing. Nos auteurs combinent des éléments de théorie, des pistes de réflexion, et dans certains cas des études de cas et de nombreux exemples pratiques pour permettre aux lecteurs de développer leurs compétences et leur expertise.


Le montage
par Vincent Pinel

Le montage est unanimement considéré aujourd’hui non seulement comme un élément essentiel du ” langage cinématographique “, mais aussi comme le plus spécifique. Pourtant, le cinéma est né sans lui et l’a quasiment ignoré au cours de ses quinze premières années (sauf à considérer comme montage la simple collure technique, celle qui réunit de façon utilitaire deux bobines, deux tableaux ou permet d’ajouter un titre, une amorce). Pour mieux comprendre la richesse du montage, il est passionnant d’en traquer les signes annonciateurs dans le cinéma des premiers temps, de suivre les moments forts de son apparition au long des années dix et vingt parallèlement à la lente institution d’un nouveau mode de représentation, enfin d’observer son devenir jusqu’à nos jours. Le montage n’est pas un moyen ” naturel “, ni le fruit d’une soudaine révélation, mais la résultante d’une évolution dialectique, toujours en cours, souvent erratique, jouant à la fois avec l’expérimentation formelle de quelques cinéastes et la lente maturation du regard des spectateurs. Car le montage est d’abord l’affaire de celui qui regarde. Le raisonnement de l’auteur s’appuie très précisément sur une iconographie riche, constituée de séquences de photogrammes de grands classiques du cinéma et sur des documents : reproduction des instruments de travail des monteurs dans la pratique de leur métier.

Catégorie