Les Cathares par Renaud Thomazo

Les Cathares
par Renaud Thomazo

Avec la prise de Monségur en 1244, disparaissent les derniers cathares. Retraçant dans une première partie les grandes dates de leur histoire, depuis leur apparition vers l’an Mil jusqu’à leur massacre au XIIIe siècle, cet ouvrage analyse dans une deuxième partie la nature de cette religion exigeante et marquée par des influences orientales. Enfin dans une troisième partie, sont évoquées les grandes questions que soulève le catharisme : existe-t-il encore des cathares ? Y avait-il un trésor à Montségur ? Pourquoi les Cathares ont-ils été persécutés ? Cachaient-ils le Graal ?

Un ouvrage très documenté, riche et synthétique sur un sujet passionnant.


L’Eglise et les Cathares
par Pierre de Meuse

L’hérésie cathare s’est trouvée au confluent de plusieurs grands mouvements de l’Histoire de l’Europe : la volonté des papes d’assumer le pouvoir temporel concurrente avec celle des empereurs germaniques de contrôler la puissance spirituelle, et la volonté d’indépendance et d’expansion des rois capétiens. Il s’en est suivi une tragédie qui a marqué durablement le midi languedocien. En effet, la contre-Eglise hérétique a dû faire face à la croisade décidée par Innocent III, puis, devant son échec, à l’organisation d’une machine judiciaire et policière créée pour la combattre : l’Inquisition. Pendant des siècles, l’interprétation de ce phénomène historique étrange a été rendue impossible à cause de l’instrumentalisation partisane des évènements par des courants religieux et politiques : le protestantisme, d’abord, puis le régionalisme et l’anticléricalisme. Même la lecture de cette Histoire par l’Eglise a été faussée par les impératifs de la conversion, de sorte que la mémoire du catharisme s’est trouvée engluée dans un ésotérisme proche de la mystification. Le but de l’ouvrage est de remettre les choses en place en s’appuyant sur les recherches les plus récentes.

Les Cathares devant l’histoire
par Martin Aurell, Jean Duvernoy

Jean Duvernoy, fondateur et initiateur de la recherche actuelle sur le catharisme, a largement contribué à rendre à la grande hérésie médiévale son authenticité chrétienne. Sous l’influence de ses travaux, la recherche historique en est venue à l’étude véritablement critique des sources. Cet hommage amical était donc une occasion unique de rassembler dans un même volume les contributions des plus grands spécialistes et, par là, de faire le point sur l’avancée des recherches en apportant de nouveaux éléments et de nouveaux éclairages. Enfin, s’il faut une preuve que l’intérêt pour le catharisme et notre région va bien au-delà des “frontières” du Midi, cet ouvrage l’apporte par la qualité et le nombre des chercheurs de renom réunis dans ce volume autour de Jean Duvernoy. En effet, il s’agit non seulement d’historiens et de scientifiques rattachés aux plus grandes Universités françaises, mais aussi d’éminents chercheurs étrangers : Harvard (USA), Madrid (Espagne), Rome (Italie), Montréal (Canada), Utrecht (Pays-Bas), Dresde (Allemagne), Padoue et Trente (Italie)…

Les cathares
par Roger Caratini

Jugée hérétique par l’Église, la doctrine cathare, mêlant manichéisme ancien et christianisme, fit l’objet d’une répression sanglante durant la première moitié du XIIIe siècle dans le Sud-Ouest de la France. Roger Caratini bouscule les idées reçues et démontre que la lutte contre les Cathares fut affaire de maintien du pouvoir royal bien davantage que de dissension idéologique.
Il retrace les événements alliances, batailles, massacres qui décidèrent du sort de la rébellion cathare, s’appuyant notamment sur deux témoignages du début du XIIIe siècle : les écrits d’un moine cathare et une chanson de geste. Sous les motifs religieux il prouve que se dessinaient avant tout les manoeuvres politiques d’un roi aux ambitions expansionnistes : Philippe-Auguste, monté sur le trône en 1180 à l âge de 15 ans, qui chercha à étendre son autorité et qui, à sa mort en 1223, était parvenu à construire le premier État monarchique français.

Les Cathares
par Stephen O’Shea

Il y a huit cents ans, les Cathares, une communauté de chrétiens hérétiques de tous les horizons de la société, haute et basse, prospère dans le Languedoc, dans le sud de la France. Leurs croyances « subversives » amènent sur eux la colère des papes, des seigneurs et des monarques et va provoquer une croisade brutale qui durera plus de 20 ans. La défaite finale des Cathares, horrible, précipitera dans les flammes nombre d’hommes, de femmes et d’enfants des villages du Sud-Ouest de la France.

• Qui étaient les Cathares ?
• Qu’avait de particulier leur foi dualiste ?
• Pourquoi les papes, les barons et les rois les ont-ils persécutés ?
• En quoi cette croisade contre les Cathares est-elle différente de celles me-nées en Terre Sainte ?
• Quelles répercussions a-t-elle eu sur le plan politique et religieux dans la France médiévale ?

Les Cathares sont les chroniques de la vie et de la mort du mouvement ca-thare, dirigé par un groupe de chrétiens hérétiques dont la répression brutale par l’Église catholique va déclencher l’Inquisition créée en1231 dans le but de convaincre tous mouvements divergents de revenir vers la foi catholique, apostolique et romaine. On y découvre les seigneurs ennemis de la France médiévale, parmi lesquels Simon de Montfort et Raymond Trencavel, sur les lieux mythiques de la croisade albigeoise : Carcassonne, Béziers ou encore Montségur.

Avec ce livre absolument passionnant, on plonge dans le Moyen-Âge. On apprend ce qu’était la foi cathare, une croyance en un monde dualiste articulé par un Dieu ambivalent, bon et mauvais. Et derrière les persécutions fomentées par l’Église romaine (le pape Innocent III) qui arme les seigneurs (le roi Philippe II refuse de participer) pour la croisade, on découvre la guerre menée par les vassaux du Nord pour la suprématie, et pour mater les seigneurs du Sud.
Si on y découvre le fanatisme religieux qui a alimenté le massacre, on y découvre aussi les machinations pour faire bouger la carte politique de la France du XIIIe siècle.

Dans notre monde actuel où fanatismes, intégrismes et manipulations poli-tiques ont cours, les histoires du passé font réfléchir.

A propos de l’auteur
Écrivain et historien canadien, Stephen O’Shea a longtemps vécu à Paris et à New York, puis dans le sud de la France pour mener ses recherches en vue de l’écriture de son ouvrage. Il vit aujourd’hui à Providence, Rhode Island

Un livre publié par Ixelles éditions
Visitez notre site : http://www.ixelles-editions.com
Contactez-nous à l’adresse contact@ixelles-editions.com


Catégorie