Les Déchets Et Leur Traitement par Alain Damien

Guide du traitement des déchets – 7e éd.
par Alain Damien

De nombreux moyens de traitement existent pour un même type de déchet. Il importe donc de bien évaluer leurs performances et leurs limites respectives afin de choisir le plus adapté, dans le respect de la réglementation et à un coût le plus faible possible.
Cet ouvrage réalise la synthèse de ces divers aspects pour permettre à chacun de choisir sa « solution déchets ».
Cette 7e édition, mise à jour et complétée, précise les premières mesures prises qui visent à faciliter le recyclage des déchets avec l’introduction de la notion de sous-produit et la fin du statut de déchet.
Ce guide pratique est une référence indispensable aux responsables et ingénieurs qui ont en charge la gestion des déchets ou la conception des produits afin de prendre en compte leur fin de vie, aussi bien en milieu industriel qu’en bureau d’études ou dans les collectivités locales, ainsi qu’aux professionnels du traitement des déchets.

Le traitement des déchets
par MOLETTA René

Le projet de loi qui découle du Grenelle de l’environnement vise à placer la France dans une voie de production et de consommation plus respectueuse de l’environnement selon une stratégie à trois composantes : la prévention, la valorisation et le recyclage. Ce livre unique trouve une place privilégiée dans le concept du développement durable. Il a pour objectif de fournir les différentes stratégies à mettre en œuvre pour réduire le volume des déchets et mieux les valoriser. Il concerne de nombreux types de déchets, qu’ils soient organiques, minéraux et même radioactifs. René Moletta a fédéré dans ce traité les compétences de 45 spécialistes reconnus pour faire le point sur les acquis scientifiques et technologiques actuels, sans négliger les aspects réglementaires, sociétaux et économiques qui y sont liés. De conception multidisciplinaire, Le traitement des déchets est composé de six parties. La première partie est orientée vers la connaissance des déchets et leur impact. En six chapitres sont abordés : leur caractérisation, la réglementation, le tri et le conditionnement, les déchets inertes, l’évaluation du potentiel polluant et les gaz à effets de serre. La seconde partie est exclusivement consacrée à la valorisation en alimentation animale, filière importante pour la valorisation de la matière organique. La troisième partie concerne les traitements physico-chimiques. Le lecteur y trouvera successivement : les pré-traitements (et traitements) mécano-biologiques, les traitements thermiques, les déchets radioactifs et leurs spécificités technologiques et réglementaire. La quatrième partie est consacrée aux traitements biologiques, à la méthanisation, à l’élimination des déchets non dangereux dans les installations de stockage (récupération du biogaz), et à la capacité “épuratoire” du sol. La cinquième partie aborde les aspects économique, sociétal et politique de la gestion des déchets. Le dernier volet de cette synthèse sur le Traitement des déchets traite d’un pays émergent exemplaire dans ses objectifs de rigueur dans la gestion des déchets : l’Inde.

L’invention des déchets urbains
par Sabine Barles

En France, les municipalités produisent aujourd’hui 47 millions de tonnes de déchets par an ; elles consomment environ 6 milliards de mètres cubes d’eau et produisent à peu près la même quantité d’eaux usées. Les villes consomment donc beaucoup et perdent presque autant. Elles constitueraient, selon l’écologue Eugen Odum, des écosystèmes parasites, vivant au détriment des autres tout en affectant le fonctionnement biogéochimique de la biosphère. Déchets et eaux usées sont d’excellents traceurs des relations qu’entretiennent les sociétés et la nature et permettent de s’interroger sur la permanence du parasitisme urbain – question d’importance au regard des enjeux du développement durable. Une première analyse laisserait penser que l’industrialisation et l’urbanisation caractéristiques des deux derniers siècles ont renforcé le rôle destructeur des villes et la production de déchets de toutes natures : le déchet serait en quelque sorte consubstantiel à la ville. Sabine Barles revient ici sur cette hypothèse en montrant que l’invention des déchets urbains est relativement récente. L’analyse et l’exploitation du cycle des matières furent en effet déterminantes au cours de la première révolution industrielle. Leur circulation de la maison à la rue, de la rue et de la fosse d’aisances à l’usine ou au champ contribua au premier essor de la consommation urbaine. Scientifiques, industriels, agriculteurs – parfois confondus – regardèrent la ville comme une mine de matières premières et participèrent, aux côtés des administrations municipales, des services techniques et des chiffonniers, à la réalisation d’un projet urbain visant à ne rien laisser perdre, projet garant de la salubrité urbaine, du dynamisme économique et de la survie alimentaire. Ce n’est que lorsque industrie et agriculture purent se passer de la ville qu’elles lui abandonnèrent ses excreta au profit d’autres matières premières plus abondantes, plus rentables, plus commodes. De fait on assiste, à partir des années 1880, à une dévalorisation progressive des excreta urbains qui se feront plus tard déchets et eaux usées, malgré les tentatives faites çà et là pour leur trouver de nouveaux débouchés. Chimistes et agronomes se détournèrent de la ville qui échappa dès lors à leurs compétences. La ville, principal lieu d’une consommation dont elle avait dans un premier temps permis l’essor, rompait ses liens matériels avec l’agriculture et l’industrie et devenait ce que dénonçaient les premiers écologues urbains : un parasite.

Le droit et les déchets agricoles
par Alexandra Langlais

Une littérature abondante est consacrée aux déchets. Les déchets agricoles semblent cependant y échapper, contrairement aux déchets ménagers et industriels. L’auteur s’attache à analyser la logique des systèmes juridiques nationaux et communautaires applicables aux déchets afin d’apprécier la place réservée aux déchets agricoles et le caractère attractif ou non de l’origine agricole.

Droit des déchets de l’UE
par Nicolas de Sadeleer

Alors qu’il y a peu la majorité des déchets était éliminée, ils sont devenus, dans le cadre d’une économie circulaire, un enjeu économique primordial. Aussi les réglementations internationales et de l’Union européenne applicables à la gestion des déchets ont constamment évolué en vue d’accentuer la valeur économique des objets et des substances dont on se défait. L’interprétation et l’application de ces règles ne sont pas pour autant aisées. Le droit de l’Union européenne applicable à la gestion des déchets revêt en effet des contours mouvants car il se trouve tiraillé entre la politique de l’environnement et celle du marché intérieur.

Animé d’un souci constant de systématisation et de clarification, l’ouvrage décrit les incidences du droit primaire et du droit dérivé sur les pouvoirs de police des États membres en matière de gestion des déchets. Au-delà d’une analyse descriptive des textes en vigueur, on tente, dans une perspective critique, de mettre en exergue les virtualités et les faiblesses d’un pan important du droit de l’Union européenne.

Cet ouvrage s’adresse aux praticiens spécialisés en droit administratif et en droit de l’environnement ainsi qu’aux universitaires et à toute personne intéressée par le sujet.


Catégorie