Les Enfants Du Verseau – Pour Un Nouveau Paradigme par Marilyn Ferguson

Les enfants du Verseau
par Marilyn Ferguson

Après la violence et l’obscurité, voici qu’une ère nouvelle voit le jour. Scientifiques, artistes, philosophes, mais aussi chacun de nous dessinent un nouveau paradigme planétaire. Les tenants de la Conspiration du Verseau donnent naissance à une vision originale du monde : celle d’un village global et unifié. Cherchant l’équilibre entre intuition et raison, l’homme atteint un nouvel état d’esprit où la conscience jette un pont spirituel vers la plénitude et la sérénité. Véritable révolution en marche, cette Conspiration a vu le jour en Californie avant d’étendre ses réseaux à travers la planète. L’auteur nous offre les moyens de surmonter les menaces qui hypothèquent notre avenir. Nous sommes à l’aube d’un Age dont le destin dépend de notre engagement : ne le compromettons pas !

DE L’ASSISTANCE A LA SOLIDARISATION, UN NOUVEAU SENS AU TRAVAIL SOCIAL
par

Ce livre intéressera tout acteur social qui veut mettre en place de nouveaux rapports avec le public et s’inscrire dans le mouvement des solidarités. Il est l’expression directe de quatorze travailleuses sociales de terrain, pour un temps chercheuses écrivains, bousculées dans leur statut de femme, professionnelle, mère… A partir de l’apprentissage d’une méthode “l’intervention des réseaux”, doutes et questionnements conduisent les auteurs à une réflexion plus globale sur le travail social.

Sciences et pseudo-sciences
par Valéry Rasplus

Une affirmation de la scientificité des sciences humaines

Dire ce que sont les sciences semble aller de soi pour nombre d’entre nous : on détermine assez spontanément ce qui en est proche et ce qui en est éloigné, ce qui est potentiellement redevable d’une approche scientifique ou ce qui ne peut prétendre s’apparenter à une telle approche. Pourtant, des problèmes et des questions surgissent dès lors qu’il s’agit de formaliser définitions et démarcations entre sciences et pseudo-sciences : qui a le pouvoir de reconnaître, désigner, définir et légitimer un propos ou une pratique comme faisant partie de l’espace légitime des sciences et, par conséquent, d’inclure ou d’exclure les impétrants (tels que les mythes, religions, parasciences, pseudo-sciences, etc.) ? Certes, si les critères de démarcation sont discutables, la nécessité de séparer le bon grain de l’ivraie demeure intangible. L’analyse empirique des vaticinations et arguties des irrationalistes permet de raffiner sans cesse ces critères. Ce livre en donne maints exemples. Les sciences humaines sont souvent l’objet d’intrusions spiritualistes, l’instrument d’une « déraison savante », le cheval de Troie des théories les plus insensées qu’une pléthore de mouvements et courants irrationalistes engendre à flots continus, en voulant faire main basse sur le « phénomène humain ». Elles doivent donc affirmer la prévalence de leurs méthodes tout aussi scientifiques que celles des sciences de la nature et leur indéfectible rationalité, afin de se défendre contre ce qui émane de ces cloaques de la pensée. Telle est l’ambition des neuf auteurs de diverses disciplines (anthropologie, épistémologie, mathématiques, philosophie, psychologie, sociologie) qui donnent ici une éclairante variété d’analyses et de points de vue. Dans un monde où les obscurantismes jouent avec l’idée même de pensée rationnelle, la bafouant ou la retournant comme un gant, un tel livre se veut un humble jalon sur ce chemin rempli de leurres et de nasses…

Neuf auteurs partageant une ambition identique : défendre les sciences humaines en affirmant la prévalence de leurs méthodes tout aussi scientifiques que celles des sciences de la nature.

EXTRAIT

Nous montrerons que ces différents champs de savoirs sont peu, voire pas du tout, compatibles entre eux et qu’entre le domaine des sciences et celui multiforme des pseudo-sciences/parasciences la question de la distinction franche n’est pas insurmontable. Les pseudo-sciences ne posent pas seulement des questions liées aux croyances, au capital divers et varié de connaissances, aux bonnes pratiques ou aux visions du monde du praticien. Elles questionnent également des problèmes liés aux normes, aux règles, aux valeurs scientifiques, à la raison critique mais aussi, chose moins courante, à l’éthique de la croyance.

À PROPOS DES AUTEURS

Sous la direction de Valéry Rasplus, sociologue et épistémologue, différents auteurs ont collaboré à Sciences et pseudo-sciences : Raymond Boudon, Gérald Bronner, Pascal Engel, Nicolas Gauvrit, Dominique Lecourt, Régis Meyran, Alexandre Moatti et Romy Sauvayre.


Les règles de l’individualité contemporaine
par Marcelo Otero

Le champ de la ” santé mentale ” ne semble plus avoir de limites de la prévention du suicide à la promotion du bonheur, en passant par le ” combat du stress ” dans la vie quotidienne, toute situation sociale est susceptible de devenir objet d’intervention. Les individus, la famille, le couple, l’école, l’état, l’entreprise, voire ce que l’on appelle la ” communauté “, ont de plus en plus recours aux interventions psychosociales. Il s’agit ainsi de pallier des ” dysfonctionnements ” ou, mieux encore, de ” produire ” des comportements désignés aujourd’hui comme ” adaptés ” plutôt que ” normaux “. Comment expliquer la diffusion extraordinaire des interventions en ” santé mentale ” au-delà du contexte clinique ? Quelles sont les tendances dominantes ? Quel est le visage actuel de l’individu en bonne ” santé mentale ” ? Les nouvelles règles de la ” santé mentale ” sont indissociables des profondes transformations de la normativité sociale dont les sociétés libérales ont été le théâtre au cours des trente dernières années. La société québécoise, au carrefour des modalités nordaméricaine et française d’intervention sociale, apparaît comme un terrain privilégié d’observation de ce que recouvre aujourd’hui le terme ” individu ” en Occident.

La résurrection des morts
par Isabelle Chareire

La résurrection des morts…” Je crois en la résurrection des morts…” Que signifie aujourd’hui cet article de foi que les chrétiens confessent depuis 2000 ans ? Ne vaut-il pas mieux croire en la réincarnation ? Sur quels fondements crédibles repose le pari de la résurrection ? Théologienne, Isabelle Chareire a choisi de partir des questions et croyances actuelles sur la mort pour présenter l’originalité de la proposition chrétienne. La foi en la résurrection des morts ne permet d’échapper ni à la réalité de la mort, ni à la détresse qu’elle suscite. La foi propose de miser, à la suite du Christ, sur la confiance offerte à chacun par Dieu. Cet ouvrage très en prise avec les interrogations contemporaines, présente la résurrection comme une expérience à vivre dès à présent, un dépassement qui préfigure la vie en Dieu par-delà la mort.

Catégorie