Les Essais De Perméabilité Sur Site Dans La Reconnaissance Des Sols par Maurice Cassan

Les essais de perméabilité sur site dans la reconnaissance des sols
par Maurice Cassan

Souvent négligée par les géotechniciens, l’hydraulique souterraine est pourtant un facteur essentiel de la stabilité des ouvrages et constitue, à ce titre, l’une des composantes importantes de la géotechnique. En effet, pour résoudre les problèmes posés par la circulation d’eau dans les sols, il faut d’abord savoir reconnaître sa présence et apprécier s’il s’agit d’une seule nappe ou de plusieurs nappes superposées. C’est le rôle des piézomètres. Il faut ensuite s’attacher à définir les problèmes que pose cette eau et qui se ramènent presque tous soit à son élimination (rabattement de nappe), soit à une réduction de sa charge (drainages). Pour ce faire, il faut connaître, d’une part, les conditions aux limites du phénomène et, d’autre part, les caractéristiques hydrauliques de l’aquifère, c’est-à-dire son coefficient de perméabilité, sa transmissivité et son coefficient d’emmagasinement. Le coefficient de perméabilité peut être évalué par des essais ponctuels en forage (essais Lefranc) mais, surtout, par des essais de pompage à grande échelle qui sont, par ailleurs, les seuls à permettre l’évaluation de la transmissivité et du coefficient d’emmagasinement. En rocher, on procède à des essais Lugeon. Mais, qu’il s’agisse de sols ou de roches, il est souvent intéressant de mesurer les vitesses verticales de l’eau dans un forage soumis à une charge différentielle pour apprécier qualitativement les contrastes de perméabilité entre les différentes strates. On réalise alors des essais au micromoulinet. Il est quelquefois nécessaire d’évaluer le coefficient de perméabilité des sols secs ou non saturés. On procède alors à des essais type Nasberg, Winger ou USBR. test la description, la théorie, la réalisation et l’interprétation de l’ensemble de ces essais qui constituent la matière de cet ouvrage.

Méthodes géophysiques et géotechniques pour le diagnostic des digues de protection contre les crues
par Cyrille Fauchard, Patrice Mériaux

Ce guide propose une méthodologie générale en trois étapes pour l’élaboration d’un diagnostic à grand rendement des digues à sec. La première étape consiste à recueillir le plus d’informations possible sur la digue, par l’analyse des archives, l’interview du gestionnaire et une inspection visuelle des ouvrages. Cette phase est capitale pour la qualité du diagnostic. La deuxième étape – la reconnaissance géophysique – a pour but principal de réaliser un zonage de la digue, visant à identifier les tronçons de l’ouvrage dont les caractéristiques physiques diffèrent et où la crue pourrait engendrer des dommages irréversibles. Les méthodes géophysiques utilisées doivent permettre l’auscultation de grands linéaires et révéler l’hétérogénéité de la digue (sur toute sa hauteur) et de sa fondation. La troisième étape – la reconnaissance géotechnique – comprend différents essais et forages, qui permettent de déterminer in situ les principales caractéristiques mécaniques des matériaux constitutifs de l’ouvrage. Utile à l’ensemble des acteurs impliqués dans la sécurité des digues, ce guide apportera tous les éléments nécessaires notamment aux maîtres d’œuvre, bureaux d’études et maîtres d’ouvrages, pour établir, de façon optimale, le diagnostic des digues, et engager des travaux ou des études plus approfondies.

Les essais in situ en géotechnique
par Jacques Monnet

 Les essais in situ en géotechnique permettent d’approfondir l’étude des sols et des roches avant toute construction en surface ou en profondeur. Parfois discrédités au profit des essais de laboratoire, ils évitent pourtant toute contrainte de transport et de conservation susceptible d’altérer les prélèvements et leurs résultats. 

Dans cet ouvrage, l’auteur réinstalle les essais in situ au coeur du génie civil en montrant qu’ils permettent non seulement d’appréhender les mêmes grandeurs mécaniques qu’au laboratoire, mais aussi d’élargir le champ des mesures par la saisie de données supplémentaires.

Les essais in situ en géotechnique répertorie en détail les différentes mesures (teneur en eau et densité, pression, déplacement, tassement et force, etc.) et les types d’essais (chargement statique, pénétrométrie, pressiométrie, etc.) indispensables à la mécanique des sols pour le dimensionnement des ouvrages.


Catégorie