Maria Sibylla Merian: Insects Of Surinam par Maria Sibylla Merian, Katharina Schmidt-Loske

Insects of Surinam. Ediz. inglese, francese e tedesca
par Maria Sibylla Merian, Katharina Schmidt-Loske

The masterwork of an entomological pioneer

At a time when few women were educated or literate – and rarely travelled – German-born naturalist and artist Maria Sibylla Merian (1647–1717) made history with her studies of insects in Surinam. Trained as a copperplate engraver and watercolorist, she documented the metamorphosis of butterflies, laying the foundation for modern entomology. What Merian observed when breeding native species of butterfly triggered her curiosity, and spurred her to further investigation; the development from ovum, via larva and chrysalis, to adult butterfly was not fully understood in the 17th century. And not every pupa developed into a butterfly, which puzzled Merian for a long time.

On seeing a collection of butterflies from Dutch Guiana, modern Surinam, she decided to study tropical flora and fauna, to discover whether the moths and butterflies she saw in collections shared the same life cycle as those she had bred: the egg and caterpillar stage. In 1699 she sailed for South America with daughter Dorothea, the first time any woman had ventured on a journey of exploration on this scale. Having evaluated and categorized her specimens, in 1705 she published her major work Metamorphosis Insectorum Surinamensium, in Dutch and Latin. She made 60 copperplate engravings to illustrate the stages of insect development, arranged around the cultivated and wild plants she had encountered on her travels. With its detailed text and imagery, the Metamorphosis is the first work on the natural history of Surinam. For 17th century Europeans it was an insight into an unknown world. TASCHEN’s reprint of a hand-colored first edition copy includes the complete plates with a commentary by Katharina Schmidt-Loske. Merian accomplished a pioneering achievement of the modern age. This publication pays homage to her work and offers readers an opportunity to appreciate her sumptuous engravings.


Dissertatio de generatione et metamorphosibus Insectorum Surinamensium
par Maria Sibylla Merian

The Metamorphosis resulted from Merian’s trip, after her mother’s death, with her daughter Dorothea to Surinam in 1699. The two women spent two years studying and recording plants and insects, returning to Amsterdam, after contracting malaria, with a series of finished drawings on vellum, sketches, and specimens, from which they continued to work. The first edition of their labours appeared in 1705 in Latin. Later editions contain 12 additional plates by Merian’s older daughter Johanna. S. Peter Dance in “The Art of Natural History” (1978), refers to this series as “easily the most magnificent work on insects so far produced… combining science and art in equal proportions….”

Juive, catholique, protestante
par Natalie Zemon Davis

Elles étaient juive, catholique et protestante. Toutes trois citadines, filles de marchands et d’artisans au XVIe siècle. Toutes trois nous ont laissé des écrits – témoignages de femmes engagées dans leur siècle. Glikl bas Judah Leib, marchande juive de Hambourg et de Metz, mariée à deux reprises, est mère de douze enfants et auteur d’une fascinante autobiographie écrite en yiddish. Marie de l’Incarnation, née à Tours, veuve et mystique visionnaire, abandonne son fils pour devenir ursuline au Québec où, tout en apprenant l’iroquois, le huron et l’algonquin, elle fonde les premières écoles pour jeunes filles amérindiennes. Enfin, Maria Sibylla Merian, allemande et protestante radicale, fut à la fois peintre et entomologiste – ses expéditions pionnières nous entraînent jusqu’au Surinam. Natalie Zemon Davis, l’historienne qui nous a déjà raconté Le Retour de Martin Guerre, restitue la vie de ces trois femmes. Egalement remarquables, ces femmes offrent bien des similitudes, même si tout les sépare. Car dans leurs trajectoires, chacune dit le poids de la religion, de la famille, les lourdeurs d’une société qui laisse peu de marge de manœuvre aux choix personnels qui déterminent pourtant la vie de nos ” trois héroïnes “. Natalie Zemon Davis veut nous faire partager la vie de ces trois femmes européennes et des populations qu’elles côtoient. Sans jamais se priver de l’érudition nécessaire à ses démonstrations, puisant aux sources les plus inattendues, la grande historienne de Princeton montre combien ces femmes, par leurs choix et leur détermination à persévérer dans leurs projets, éclairent l’aube de l’époque moderne.

Promenade dans des jardins disparus
par Michèle Bilimoff, Bourdichon,

Pour la première fois depuis 500 ans, les 337 plantes peintes par Bourdichon, peintre royal, dans les célèbres Grandes Heures d’Anne de Bretagne, sont ici présentées hors de ce manuscrit. Celui-ci, l’un des joyaux de la Bibliothèque nationale de France, est précieux et fragile. De ce fait, rares sont ceux qui au fil des siècles y ont accès. Ayant eu ce privilège, l’auteur a voulu faire partager son émerveillement. Elle a donc mis à profit les connaissances et la rigueur acquises, aussi bien comme ” jardinière ” (amateur, mais néanmoins passionnée !), qu’au cours de sa carrière d’ingénieur archéologue au C.N.R.S. Patiemment, elle a étudié une à une ces plantes peintes de façon si réaliste sur leur fond d’or. Puis, assemblant chacune d’entre elles par familles et affinités, elle a composé un paysage virtuel mais plausible, avec ses arbres, ses champs, vignes et jardins… Elle nous entraîne en une promenade imaginaire, au cours de laquelle nous retrouvons toutes ces plantes avec leurs origines, leurs légendes, leurs rôles, leurs utilisations. Vedettes ou humbles figurantes, elles étaient et restent la vie même comme nous le redécouvrons. Pour nous qui aujourd’hui avons de plus en plus tendance à nous tourner vers leurs pouvoirs bienfaisants, cet ouvrage est une source de découvertes, d’étonnement et d’admiration.

Catégorie