Mozart par Brigitte Van Wymeersch

Mozart aujourd’hui
par Brigitte Van Wymeersch

Que dire de neuf à propos de Mozart aujourd’hui ? La recherche peut-elle encore apporter des éléments originaux ? N’a-t-on pas épuisé le sujet, tant au niveau de la biographie du compositeur et de son entourage, que de l’analyse des œuvres ou de l’interprétation de celles-ci ? N’a-t-on pas déjà « tout » dit sur Mozart ? Le colloque international « Mozart aujourd’hui », qui s’est tenu à Louvain-la-Neuve du 21 au 23 mars 2006, s’ouvrait sur ces questions pour célébrer à sa manière le 250e anniversaire de la naissance du compositeur. il y avait donc un véritable défi à convoquer cette réunion. des chercheurs venus d’horizons divers – musicologues, anthropologues ou interprètes – l’ont relevé. Et démontrent à souhait que le domaine n’est pas épuisé, au contraire : les études mozartiennes restent un terreau fertile, où les recherches se focalisent tant sur la vie du compositeur, sur son entourage et son influence, que sur les œuvres, leur interprétation, leur diffusion et leur réception. Les travaux de ces experts sont ici réunis par le Pr Brigitte Van Wymeersch, qui dirige l’unité de musicologie de l’UCL. ils s’adressent tant au monde scientifique qu’aux amateurs éclairés, ou tout simplement aux nombreux passionnés de Mozart, de son œuvre et de son temps.


Mozart, aimé des dieux – Découvertes Gallimard
par Michel Parouty

Explorez la vie et l’œuvre de Wolfgang Amadeus Mozart dans ce « Découvertes Gallimard » illustré par 220 documents. À six ans, Wolfgang Amadeus Mozart compose son premier menuet. À onze ans, il écrit son premier opéra. L’image de l’enfant prodige poudré et emperruqué sera longue à détruire ; mais le piège ne se refermera pas sur lui, même si, pour y échapper, le prix sera lourd de souffrances et de peines. Jeune homme, il a tout dit ou presque, encore que son génie continue de s’épanouir à Vienne où il a enfin conquis chèrement sa liberté. Les dernières années, les plus difficiles, voient éclore une floraison de chefs-d’œuvre, concertos pour pianos, musique vocale, partitions de chambre – un itinéraire unique qui se termine un jour de décembre 1791, alors que le Requiem était en chantier. Dans la vie de Mozart, le rire le plus franc côtoie quotidiennement les larmes. Un mystère demeure : pourquoi reconnaît-on sa marque en quelques mesures ? Pourquoi sa musique fait-elle tant de bien à l’âme ? Michel Parouty raconte la courte et fulgurante existence de Mozart, aimé des dieux. Cet ouvrage est aussi disponible en version enrichie. ATTENTION : Les éditions numériques de la collection « Découvertes Gallimard » sont illustrées et optimisées pour la lecture sur tablette multimédia. Leur lecture est déconseillée sur liseuse à encre électronique.

Mozart
par Jean-Luc Tingaud

La 4e de couverture indique : “Amadeus : peu ont porté ce prénom, nul autre ne l’a ainsi mérité. “Aimé Dieu”, reste à dire comment on l’aime, ce que j’ai choisi de faire à la première personne. Partialement, pour éviter les superlatifs usés de la louange universelle. Partiellement, puisque Mozart, presque toujours parfait en si peu d’années de vie, éblouit par la désarmante énumération des chefs-d’œuvre. J’ai osé inventer des dialogues, inspirés par des faits authentiques, les imaginant plus vrais que toutes les anecdotes suspectes qu’il n’a cessé de provoquer dans les livres et les films qui le célèbrent. Manière d’ouvrir des portes et de poser des questions : comment se nourrit l’esprit créateur d’un voyageur européen ? Comment un enfant prodige invente un des plus beaux théâtres de l’homme et du monde, dans ses opéras ? Comment le plus pur représentant de l’harmonie du XVIIIe siècle reste-t-il notre indispensable contemporain ? J.-L. T. “

Mozart
par Alexandre Dratwicki

” Mozart fut un génie musical “, ” Mozart était un homme trivial “, ” Mozart était franc-maçon”, ” La musique de Mozart est prévisible “, ” Mozart aujourd’hui, c’est une musique de répondeur “, ” Mozart est mort ruiné et oublié de tous ” …Issues de la tradition ou de t’air du temps, mêlant souvent vrai et faux, les idées reçues sont dans toutes les têtes. L’auteur les prend pour point de départ et apporte ici un éclairage distancié et approfondi sur ce que l’on sait ou croit savoir.

Mozart
par Guéorgui Tchitchérine

Ce livre n’est pas un livre de plus sur Mozart. Il est l’œuvre de Guéorgui Vassiliévitch Tchitchérine (1872-1936). Issu de la grande noblesse russe, devenu Commissaire du Peuple aux Affaires Etrangères du premier gouvernement bolchevique de 1918 à 1930, il a notamment négocié la paix de Brest-Litovsk et le traité de Rapallo. Tchitchérine avait l’habitude de dire qu’il avait deux grandes passions : ” Mozart et la révolution “. Comment concilier l’amour pour Mozart et l’adhésion à un régime où au nom de la révolution on assassinait Mozart tous les jours ? C’est précisément ce paradoxe qui fait la valeur singulière de ce livre en posant la question du sens de l’engagement et, à travers le cas de l’auteur, celles de la relation entre l’art et la politique, entre l’esthétique et l’idéologie, entre la culture et la société, entre l’Etat et le Peuple, entre l’intelligentsia et le diktat communiste. La réflexion de Tchitchérine sur la pensée musicale de Mozart prend une dimension universelle, car son interprétation transpose dans le domaine des valeurs esthétiques un déterminisme historique assimilé à une force élémentaire qui meut l’histoire du monde et l’histoire des hommes. La musique de Mozart, selon Tchitchérine, traduit objectivement une angoisse métaphysique liée à un sens de l’histoire qui est moins une raison dans l’histoire qu’un mal dans l’histoire, une révolution permanente qui brasse et broie les destinées humaines. Quand il écrit son étude sur Mozart, en 1930, au moment où il se retire de la vie publique, Tchitchérine projette dans sa lecture de Mozart sa propre vision du monde modelée par l’échec de son propre engagement politique. Il se penche avec la lucidité de l’expérience sur une utopie créatrice qui, à l’aube de la révolution, en se confondant avec l’idéal communiste, avait dévoyé tant d’intellectuels, d’écrivains et d’artistes russes. A cet égard, la lecture de son livre, tout en apportant un éclairage inédit et passionnant sur l’œuvre et la destinée de Mozart, nous aide à démêler à travers les malentendus tragiques du passé des imbrications toujours actuelles entre la vie culturelle et la vie sociale, entre la sphère de l’art et le monde réel.

Catégorie