Napoléon Et L’opéra : La Politique Sur La Scène (1810-1815) (Nouvelles Etudes Historiques) par David Chaillou

Napoléon et l’Opéra
par David Chaillou

Qui aurait soupçonné que Napoléon était un spectateur assidu de l’Opéra de Paris ? Que, dans le feu des batailles, il s’inquiétait des pièces à l’affiche et du contenu des livrets ? Qu’il fut lui-même à l’origine de certaines créations et parlait d’égal à égal avec les compositeurs? Napoléon mélomane : cet aspect du grand homme serait bien inattendu s’il ne cachait un intérêt moins innocent. En effet, l’expert en propagande qu’était l’Empereur a vu dans la scène de l’Opéra, fleuron de la vie parisienne, un lieu idéal pour faire valoir son action auprès de l’opinion. Sous couvert de personnages de théâtre – dieux, rois et héros –, c’est sa propre légende qu’il donnait à voir, exaltée par la musique chantée en français (le privilège de l’Opéra), magnifiée par l’éclat des costumes et des décors, parfois mise en mouvement par de fastueux ballets. Derrière Les Bayadères, Les Abencérages ou même Le Laboureur chinois, se profile toujours l’ombre impériale…

On découvrira ici comment l’Opéra a été un miroir de la politique napoléonienne, miroir embellissant bien sûr. Six années du règne sont passées au crible, années cruciales. 1810 marque ce qu’il est convenu d’appeler le « tournant monarchique » : souverain d’un empire qui s’étend sur une grande partie de l’Europe, Napoléon est entré dans le club très fermé des dynastes. 1815 sonne le glas du régime, l’homme porté aux nues s’effondre. Entre ces deux dates, événements fastes et échecs alternent, qui infléchissent curieusement les créations lyriques.

C’est aussi un répertoire oublié que ressuscite cet ouvrage. S’appuyant sur des sources inédites, il analyse autant la thématique des œuvres que les conditions de leur production, de l’examen du livret au spectacle final. Il démonte les mécanismes cachés par lesquels Napoléon fait de l’Opéra un théâtre à sa gloire : censure et autocensure, noyautage du milieu des artistes, contrôle de l’administration. De là une étonnante galerie de portraits où les vrais créateurs – Spontini, Le Sueur, Kreutzer, Cherubini, Méhul… – côtoient courtisans serviles et hommes d’appareil. Tous ces éléments jamais mis en lumière ajoutent une page très nouvelle à l’histoire politique et culturelle de la société française.

” (…) Esquisses prosopographiques, critères de sélection et de censure, créations et réception, cette étude fait mieux qu’inviter à l’interdisciplinarité : elle suggère la sortie du purgatoire d’un répertoire injustement négligé. Une bonne action et un excellent livre “. Pierre-Jean Cattinchi, Le Monde

” D’une construction très claire et d’une écriture limpide, l’ouvrage de David Chaillou est la nouvelle référence sur l’opéra napoléonien ” Yves Bruley, Historia

” David Chaillou nous livre un tableau saisissant de la vie musicale et intellectuelle en France sous l’Empire et explore un répertoire bien oublié qu’il conviendrait d’ailleurs de réhabiliter. ” Jean-Luc Macia, La Croix


Bibliographie du dix-neuvième siècle
par Stéphanie Dord-Crouslé, Philippe Régnier

Créée en 1998 par Claude Duchet, la Bibliographie du dix-neuvième siècle est publiée sous l’égide de la Société des études romantiques et dix-neuviémistes conjointement avec la revue Romantisme et avec le bulletin Dix-neuvième siècle. Faite par des chercheurs à l’intention des spécialistes et du public cultivé, elle se donne pour objet d’inventorier et de décrire, chaque année, toute la production critique relative au XIXe siècle. Seule bibliographie dévolue à un siècle (de 1800 à 1914), elle a pour autre originalité d’être réellement interdisciplinaire et, dans toute la mesure du possible, ouverte sans limites sur l’étranger – qu’il soit proche ou lointain, européen ou transatlantique. Elle prend en compte en effet non seulement la littérature et l’histoire françaises, mais aussi les littératures étrangères et les histoires nationales, l’art, la philosophie, les religions et les idéologies, les sciences et les techniques, l’ethnologie, etc., sans omettre de faire une part aux objets de recherche, i d’érudition ou de curiosité dominés ou mal identifiés. Le classement par types d’ouvrage (éditions, ouvrages personnels, recueils collectifs, revues et périodiques) vise à mettre en valeur l’unité de projet des livres ou des numéros de revues mentionnés plutôt que de disperser l’information loin de son contexte ou de la répartir de manière arbitraire par thèmes et/ou auteurs. Les notices sont conçues pour rendre le meilleur service à l’utilisateur. Outre le signalement d’usage complété par les renseignements nécessaires pour se procurer les ouvrages référencés, elles comportent pour la plupart des indications précises sur le contenu. On trouvera, par exemple, la mention de l’édition de – référence d’une édition critique ; la table ou les titres des chapitres les plus significatifs d’un essai ; la liste, sous une seule et même notice, des contributions pertinentes au XIXe siècle d’un recueil collectif ; ou encore l’explication du titre allusif d’un article et l’adresse du site, s’il en est un, de la revue analysée. Un trait en marge attire l’attention sur un choix de publications particulièrement remarquables à divers titres. Un triple index permet des recherches ciblées avec un, deux ou trois critères : les auteurs et personnes du XIXe siècle ; la critique (actuelle) ; et les thèmes.

Les Français et l’Empire, 1799-1815
par Natalie Petiteau

L’histoire du Premier Empire a jusqu’ici été l’objet d’approches événementielles et militaires, de biographies fleuves ou de récits anecdotiques. Le nouvel ouvrage que propose Natalie Petiteau, reconnue en France et à l’étranger comme l’une des meilleures spécialistes de la période, propose une lecture inédite des années 1800-1815 en portant son regard non pas sur Napoléon, mais sur les millions de Français qui ont vécu sous son règne afin de savoir comment ils ont reçu et perçu ce régime. Alors qu’ils sortaient de dix ans d’une Révolution qui avait commencé à les initier aux pratiques de la démocratie, les Français ont renoué sans révolte retentissante avec un régime monarchique qui a du reste légué au XIXe siècle une légende aux répercussions politiques importantes: il n’est pas innocent que le premier président de la République, élu au suffrage universel, ait été un Bonaparte. C’est dire que la compréhension du XIXe siècle passe par une lecture attentive de la façon dont l’Empire a été vécu dans les villages et les cités, parmi les humbles comme au sein des salons de la bonne société parisienne ou provinciale. Il s’agit donc d’observer ici non plus les célèbres attentats ou complots, non plus les réactions des grands personnages du régime. Le travail ici présenté, fondé sur la lecture minutieuse de nombreuses sources d’archives, à Paris comme en province, vise à saisir ce qu’était “l’état des esprits”, pour reprendre la terminologie d’alors, qui s’exprime dans un espace public moins atone qu’on ne l’a longtemps dit. Cet ouvrage s’inscrit donc de surcroît dans une histoire de l’opinion publique jusqu’alors totalement négligée pour cette période, tant on considérait que le régime impérial l’avait totalement étouffée. Il éclaire, ce faisant, la façon dont s’est imposée, dans la vie politique française contemporaine, la référence à l’homme charismatique et omnipotent

Savoir pour guérir
par François Bourgognon

Méditer, c’est s’arrêter, ressentir, observer et laisser les choses être telles qu’elles sont. Inscrite depuis des millénaires au coeur de la philosophie bouddhiste, la méditation de pleine conscience a été importée dans le monde de la psychothérapie il y a quelques années. Elle est de plus en plus utilisée dans le soin de la souffrance physique ou psychique et son intérêt a été validé scientifiquement dans de nombreuses indications. Quelles sont les différences entre méditation et relaxation ? Entre méditation et hypnose ? Comment faire ses premiers pas en méditation de pleine conscience ? Que peut m’apporter cette approche ? Et pourquoi tant de personnes disent que la méditation a changé leur vie ? Cet ouvrage propose des réponses claires et concises ainsi que des exercices simples à ceux qui souhaitent expérimenter la pleine conscience.

Auprès d’un mort
par Guy de Maupassant, Ligaran,

Extrait : “Il s’en allait mourant, comme meurent les poitrinaires. Je le voyais chaque jour s’asseoir, vers deux heures, sous les fenêtres de l’hôtel, en face de la mer tranquille, sur un banc de la promenade. Il restait quelque temps immobile dans la chaleur du soleil, contemplant d’un œil morne la Méditerranée. Parfois il jetait un regard sur la haute montagne aux sommets vaporeux, qui enferme Menton ; puis il croisait, d’un mouvement très lent, ses longues jambes,…”

À PROPOS DES ÉDITIONS LIGARAN

Les éditions LIGARAN proposent des versions numériques de qualité de grands livres de la littérature classique mais également des livres rares en partenariat avec la BNF. Beaucoup de soins sont apportés à ces versions ebook pour éviter les fautes que l’on trouve trop souvent dans des versions numériques de ces textes.

LIGARAN propose des grands classiques dans les domaines suivants :

• Livres rares
• Livres libertins
• Livres d’Histoire
• Poésies
• Première guerre mondiale
• Jeunesse
• Policier


Catégorie