Nietzsche. Traduit De L’allemand Et Précédé D’une Introduction Par Jacques Benoist-Méchin. par Adolf Hitler

Mein Kampf
par Adolf Hitler

Le manifeste politique d’Hitler, véritable programme de la fureur nazie.

L’auteur que nous ne prendrons pas la peine de présenter, est ouvertement antisémite, antifrançais, antislavetzyganehomosexuel, antidémocraterépublicaincommuniste, il est anti tout ce qui peut donner une richesse à une société moderne, antidiversité, antihumanisme. Et pourtant, nous publions son livre. Pourquoi ?
Car rarement dans l’histoire, un homme politique a poussé son programme jusqu’à la réalité à ce point.
L’horreur était marquée dans l’encre avant de l’être dans la chair, et personne ne l’a vue ou personne n’a voulu la voir, préférant tourner la tête ou se boucher le nez, laissant aux hommes de mains le pouvoir d’exprimer cette possible haine infuse dans chacun de nos cervaux reptiliens, ce règne animal caché de la loi du plus fort, se camouflant derrière des doctrines économiques ou pire derrière des non-dits religieux.
Nous connaissons en millions de victimes le résultat de cet aveuglement.
Aujourd’hui, en cette année d’élections françaises, après quelques exemples au-delà de nos rives atlantiques, il nous est apparu essentiel de rappeler une vérité : l’Histoire est cyclique et il est toujours plus facile de détruire que de construire.

En cette période marquée par le scepticisme et le repli nationaliste, voici un document historique à lire et à analyser, afin d’éviter de répéter l’Histoire…

EXTRAIT

Si l’on avait, au début et au cours de la guerre, tenu une seule fois douze ou quinze mille de ces Hébreux corrupteurs du peuple sous les gaz empoisonnés que des centaines de milliers de nos meilleurs travailleurs allemands de toute origine et de toutes professions ont dû endurer sur le front, le sacrifice de millions d’hommes n’eût pas été vain. Au contraire, si l’on s’était débarrassé à temps de ces quelques douze mille coquins, on aurait peut-être sauvé l’existence d’un million de bons et braves Allemands pleins d’avenir.


La recherche juridique
par Boris Barraud

Ce livre interroge et explique les objets et les moyens de la recherche juridique, ensemble des activités scientifiques et intellectuelles visant à améliorer la connaissance du droit. Il propose ainsi aux chercheurs et aux étudiants en master recherche ou doctorat, explorateurs d’un monde juridique ô combien vaste et multipolaire, une carte et une boussole utiles à leurs expéditions savantes.

Lire et écrire à Babylone
par Dominique Charpin

Vers 3200 avant notre ère, l’histoire de l’humanité connut un tournant radical, l’écriture fut inventée à Sumer. Pendant plus de 3000 ans, la civilisation mésopotamienne fit un usage intensif du cunéiforme dont témoignent les centaines de tablettes d’argile découvertes à ce jour, qui renseignent sur toute la société, des rois aux esclaves. La connaissance de l’écriture était le fait des élites, qui gardaient à domicile leurs “papiers de famille” . Les bibliothèques conservaient le savoir de l’époque et fournissaient les instruments de référence nécessaires aux différents spécialistes de la religion, devins, exorcistes, chantres. L’auteur explique, dans un style clair et précis, ces différents usages. Des photos enrichissent cette histoire de l’écriture cunéiforme.


Mafarka Le Futuriste; Roman Africain
par Filippo Tommaso Marinetti

This work has been selected by scholars as being culturally important, and is part of the knowledge base of civilization as we know it. This work was reproduced from the original artifact, and remains as true to the original work as possible. Therefore, you will see the original copyright references, library stamps (as most of these works have been housed in our most important libraries around the world), and other notations in the work.

This work is in the public domain in the United States of America, and possibly other nations. Within the United States, you may freely copy and distribute this work, as no entity (individual or corporate) has a copyright on the body of the work.

As a reproduction of a historical artifact, this work may contain missing or blurred pages, poor pictures, errant marks, etc. Scholars believe, and we concur, that this work is important enough to be preserved, reproduced, and made generally available to the public. We appreciate your support of the preservation process, and thank you for being an important part of keeping this knowledge alive and relevant.


Les monnaies de l’Afrique antique
par Jacques Alexandropoulos

La bataille de Zama (202 av. J.-C.) qui clôt la deuxième guerre punique voit s’affronter trois personnages : d’un côté Hannibal, champion de la domination carthaginoise en Afrique du Nord, et de l’autre Scipion, précurseur de la mainmise romaine sur la région, avec son allié de circonstance Massinissa, un souverain numide qui veut mettre à profit l’affrontement des deux premiers pour affirmer l’existence de son royaume berbère. La victoire de Rome fera progressivement basculer le Maghreb au sein de son Empire. L’étude des monnaies émises en Afrique du Nord de 400 av. J. -C. à 40 après J.-C. aide à comprendre comment Carthage, les cités et les souverains berbères du Maghreb antique ont été les acteurs de l’hellénisation de la région d’abord, puis ensuite de son intégration dans le grand ensemble méditerranéen de l’Empire romain.

Catégorie