Objectif 6Ème par Louis Dubrulle, Didier Jourdain

Comptabilité analytique de gestion – 6ème édition
par Louis Dubrulle, Didier Jourdain

Cet ouvrage présente les méthodes de calcul des coûts : coûts complets, coûts partiels, coûts standards. Il montre leur pertinence pour répondre aux problèmes de gestion : contrôle, prise de décision, prévision et analyse des écarts. Chaque notion est abordée par le biais d’un cas d’entreprise qui amène le lecteur à réfléchir au problème, suivi d’une proposition de solution, puis d’un cours exposant ce qu’il faut retenir. L’ouvrage se termine par des exercices d’application.
Cette 6e édition est augmentée avec de nouveaux exercices d’application. Tous les corrigés, ainsi qu’un cas inédit de contrôle de gestion, sont fournis en ligne.


Didactique de la poésie au premier cycle
par Gabriel Haïpam

Ce livre se propose de remettre au goût du jour l’enseignement de la poésie dans le sous-cycle d’observation de l’enseignement secondaire. Ainsi, l’auteur dans sa posture de professeur des lycées de l’enseignement secondaire général, trouve-t-il idoine d’axer toutes les investigations sur les différentes possibilités de prise en compte de ce genre littéraire dans les programmes d’apprentissage scolaire. Car ce n’est plus un secret pour personne, le genre poétique n’est plus à négliger dans nos programmes d’étude. Non seulement il est urgent de pérenniser la passerelle jouxtant l’enseignement de base aux enseignements secondaires, mais la poésie doit retrouver ses lettres de noblesse à l’école et dans le monde. On peut le faire par la déclamation, ceci afin de renforcer les compétences communicationnelles et surtout lectoriales. Nous pouvons également favoriser une accessibilité certaine de la poésie aux élèves et enseignants par l’instauration des textes classiques, ceci dans le but de susciter la créativité rédactionnelle des uns et des autres. Les enseignants, quant à eux, doivent apporter toute leur contribution dans le but de faire participer les apprenants à des ateliers de lecture d’invention, la finalité étant de cerner les atouts des pratiques créatrices et de compréhension de la poésie.

Objectif 50 % d’une génération diplômée de l’enseignement supérieur
par

L’objectif de 50 % de diplômés du supérieur a été retenu dans le cadre de la loi sur l’école. Il a paru important au Haut Comité éducation-économie-emploi de s’interroger sur sa pertinence. Est-il conforme aux attentes et aux objectifs de la société en général et de l’environnement économique en particulier ? Constitue-t-il plutôt une sorte de nouvelle fuite en avant ? Le Haut Comité a tout d’abord fait plusieurs constats. L’accès au baccalauréat et à l’enseignement supérieur a fortement progressé dans les années 1980 puis s’est stabilisé depuis 1995. Cette forte progression n’a pas été sans avanies ni effets pervers : déséquilibre entre les filières, inflation des formations offrant peu de débouchés professionnels, inquiétude individuelle et collective… On compte actuellement 42 diplômés du supérieur pour 100 jeunes. Les travaux prospectifs et les comparaisons internationales confirment l’intérêt stratégique de l’objectif, conforme à ce qui s’observe dans les grands pays de l’OCDE et dans la ligne des perspectives ambitieuses de l’Union européenne définies à Lisbonne, réaffirmées en 2005. Partant de ces analyses, le Haut Comité a structuré ses préconisations autour de trois grands axes : relancer la dynamique d’accès au bac et améliorer l’articulation entre l’enseignement secondaire et supérieur, diminuer de façon significative le nombre de sorties sans diplôme de l’enseignement supérieur, améliorer les conditions de l’insertion des jeunes diplômés dans le monde du travail.

Catégorie