Oeconomia : Série Pe Pensée Économique, Histoire De La Pensée Économique par

Revue d’économie politique
par

Vols. 37- include one issue each entitled La France économique.

Y a-t-il des lois en économie ?
par Association Charles Gide pour l’étude de la pensée économique. Colloque

Y a-t-il des lois en économie ? Cette question fait l’objet d’une interrogation à travers tout cet ouvrage. S’il n’y a pas de lois, alors en quoi l’économie peut-elle être l’objet d’une science ou d’un art ? S’il y a des lois, quelles sont-elles et comment la science économique se constitue-t-elle en les mettant au jour, en éprouvant leur validité empirique et en leur donnant un fondement rationnel ? Ces questions sont étudiées selon plusieurs directions : épistémologique, historique, analytique et philosophique.


Le Juste ou le Riche
par Lucette Le Van, Lucette Le Van-Lemesle

En reconstituant et en analysant l’histoire de l’introduction lente et progressive de l’économie au sein de l’Université française de 1815 aux années cinquante, Lucette Le Van-Lemesle contredit en grande partie la thèse développée par les économistes des années soixante d’une absence de formation économique des élites en France avant 1940, absence selon eux responsable des crises économiques passées. Et si cette vision relevait d’un conflit autour de la formation des élites ? C’est l’une des analyses de l’auteur dans cet ouvrage, extrêmement documenté, qui retrace le développement, le rayonnement et les fondements doctrinaux de l’enseignement de l’économie politique en France. Un livre de référence pour tous ceux qui s’intéressent à l’histoire de la pensée économique. ” Le grand intérêt du travail de Lucette Le Van-Lemesle est de nous introduire précisément dans ce milieu des économistes […]. Elle les connaît tous […]. Cette familiarité lui permet de recomposer un paysage beaucoup plus complexe, où le regard discerne plusieurs plans étagés : la science économique et son avancée mathématique ne constituent qu’un plan,… mais qui compose avec d’autres. Notamment avec les préoccupations sociales et politiques “, Antoine Prost.

La société n’est pas un pique-nique
par Pierre Dockès

Léon Walras est surtout connu pour sa découverte de l’équilibre général et son rôle de précurseur dans l’utilisation des mathématiques en économie. Il est unanimement considéré comme le fondateur de la science économique contemporaine. Mais ces apports en économie pure sont dominés par une conception de l’homme en société, d’où émerge un système global au sein duquel il donne une place considérable aussi bien à l’étude des rapports entre la vérité, la justice et l’intérêt qu’à l’économie sociale et aux dimensions appliquées de l’économie. C’est ce système global qui est étudié ici ; il importe en lui-même et dans la mesure où il éclaire la théorie économique pure de Léon Walras. L’originalité de Léon Walras était de se vouloir à la fois socialiste et libéral, un socialisme et un libéralisme originaux dont il estimait possible de faire la synthèse. Or cette synthèse, issue de sa conception de l’homme, est d’une grande modernité. Elle retrouve en effet toute son importance alors que les discussions autour de la définition d’une société à la fois juste et efficace redeviennent cruciales. Le drame de notre époque est peut-être de n’avoir retenu de la leçon walrarienne que la seule économie pure en négligeant les dimensions éthiques, sociales et appliquées.

Catégorie