Particulier Immobilier (Le) [No 5] Du 01/11/1986 – Terres Agricoles – Les Annees Noires Panoplie Des Credit-Relais… par Roger Guesnerie, France. Conseil d’analyse économique

Kyoto et l’économie de l’effet de serre
par Roger Guesnerie, France. Conseil d’analyse économique

Etablit un diagnostic de l’effet de serre et des menaces climatiques qui en résultent, des politiques de lutte contre l’accroissement de la concentration des gaz à effet de serre et de l’impact économique du protocole de Kyoto signé en 1997. Examine les moyens de concrétiser ce protocole compte tenu de l’absence des Etats-Unis, ainsi que de ceux qui pourraient le relancer, voire l’améliorer.

Désindustrialisation, délocalisations
par Lionel Fontagné, Jean-Hervé Lorenzi, France. Conseil d’analyse économique

Les auteurs s’attachent à montrer que la désindustrialisation, entendue comme une diminution de la part de l’emploi industriel, est un phénomène assez naturel, dans lequel les délocalisations n’auraient qu’une responsabilité réduite : elle s’expliquerait par des gains de productivité industriels qui restent importants (et sans doute stimulés par l’apparition de nouveaux compétiteurs au Sud) alors que l’élasticité-revenu de la demande de biens industriels est inférieure à 1. Au-delà de ces considérations, les stratégies d’entreprises fournissent aussi des explications à la localisation des unités de production. Plus qu’à une délocalisation systématique on assiste surtout à des réorganisations globales des entreprises : les activités se localisant non plus sur une base sectorielle mais en exploitant au mieux les avantages (coûts, fiscalité, proximité des marchés, etc.) constatés. La réorganisation des processus productifs a donc tendance à spécialiser « le Nord » dans les segments de la chaîne de valeur les plus intensifs en main d’œuvre qualifiée, les phases plus intensives en main d’œuvre non qualifiée étant plutôt localisées « au Sud ». D’après les études référencées dans le rapport, l’ensemble de ces effets paraît avoir un effet global sur l’emploi limité en termes macroéconomiques (qui peuvent néanmoins prendre beaucoup d’importance localement) mais, en revanche, l’impact en est clairement négatif pour les travailleurs non qualifiés. Quels sont donc les véritables enjeux de la désindustrialisation ? Il s’agit de savoir si le système productif a modifié sa spécialisation productive et sectorielle vers les segments les plus dynamiques de la demande, si la « montée en gamme », reflet des efforts de R&D, est effective et permet de résister à la concurrence par les prix qu’imposent les pays du Sud. C’est donc bien le déclin dans les positions exportatrices françaises sur les segments géographiques ou sectoriels de la demande qui apparaît le plus préoccupant. Une constatation avérée dans le cas français qui conduit les auteurs à émettre quelques propositions de politiques économiques. [Site du CAE]

Facettes du paysage
par Conseil de l’Europe,

Adoptée sous les auspices du Conseil de l’Europe, la Convention européenne du paysage a pour objet de promouvoir la protection, la gestion et l’aménagement des paysages européens, et d’organiser la coopération européenne dans ce domaine. Elle est le premier traité international englobant le paysage sous tous ses aspects. Elle s’applique à tout le territoire des Parties contractantes et porte sur les espaces naturels, ruraux, urbains et périurbains. Elle concerne les paysages pouvant être considérés comme remarquables, ordinaires ou dégradés. La convention représente une importante contribution à la mise en oeuvre des objectifs du Conseil de l’Europe, qui sont de promouvoir la démocratie, les droits de l’homme et la prééminence du droit, ainsi que de trouver des solutions communes aux grands problèmes sociétaux de l’Europe. En prenant en compte les richesses paysagères, naturelles et culturelles, le Conseil de l’Europe cherche à préserver la qualité de vie et le bien-être des Européens dans une perspective de développement durable.

Politiques et interventions en habitation
par Francine Dansereau, Loïc Aubrée

Le logement est important pour tout le monde. Il est au centre des choix de vie des personnes et des familles de toutes conditions. C’est pourquoi la recherche des meilleures façons d’assurer à chacun un toit, et plus qu’un toit, est une préoccupation partagée par toutes les sociétés et tous les Etats contemporains. L’étude met en lumière les grandes tendances qui ressortent de l’expérience de pays comparables au Canada et au Québec. Elle évoque les particularités des conditions de logement de ces pays. Elle présente également une analyse comparative des problématiques et les principaux enjeux de l’habitation, ainsi que des tendances les plus significatives dans l’évolution des moyens utilisés pour y faire face. Elle aborde les grands domaines de problématique -marché de l’habitation, aide au logement, qualité de l’habitat, revitalisation des quartiers -et traite de perspectives transversales telles que la lutte à la pauvreté, la mixité sociale, la décentralisation. Elle dégage les convergences qui se manifestent ici et ailleurs et influencent les politiques et les pratiques de la plupart des pays. Les lecteurs pourront se réjouir d’avoir en main non seulement une somme imposante et inédite de connaissances utiles, mais également, et surtout ; une réflexion analytique qui va au-delà de la simple recension et met en perspective les interventions et les pratiques en les confrontant aux grandes problématiques de notre époque dans le domaine de l’habitat Extrait de l’avant-propos rédigé par Jacques Trudel.

Flux Financiers Illicites
par Oecd

Ce rapport est une première étape vers la construction d’une analyse plus qualitative de la manière dont les activités illicites ou criminelles interagissent avec l’économie, la sécurité et le développement des États de la région de l’Afrique de l’Ouest. L’analyse traditionnelle des flux financiers illicites met généralement l’accent sur l’ampleur des flux monétaires. Ce rapport vise à dépasser cette approche en examinant la nature de treize économies illicites ou criminelles, qui sont souvent liées quand elles ne se renforcent pas mutuellement, avec pour objectif d’identifier les flux financiers et les impacts sur le développement qui en résultent. En adoptant cette approche, le rapport identifie les réseaux et les facteurs qui permettent à ces économies criminelles de prospérer, et met l’accent sur les acteurs et les incitations qui les sous-tendent. En conclusion de ce travail, le rapport propose une série de considérations politiques pour aider les pays à hiérarchiser et à cibler leurs réponses afin de réduire les impacts sur le développement des flux financiers illicites. Pour résoudre le problème des flux financiers illicites, il faut prendre en compte les défis sous-jacents liés au développement et s’attaquer au problème dans sa globalité dans les pays d’origine, de transit et de destination.


Catégorie