Patients par Urszula Stotzer

Mesure de la satisfaction des patients migrants en milieu hospitalier
par Urszula Stotzer

L’étude porte sur les lacunes existantes en matière de mesure de la satisfaction des patients migrants en milieu hospitalier et formule des recommandations à l’adresse des établissements hospitaliers et autorités compétentes. Les résultats démontrent que les outils d’évaluation de la satisfaction des patients migrants comportent des problèmes liés à la fois à la procédure d’enquête et aux instruments, susceptibles de limiter la pertinence des résultats obtenus en vue de l’amélioration de la qualité des soins. Une approche tenant compte des besoins des migrants représente, pour un système de mesure de la qualité, une excellente occasion d’affiner sa sensibilité à la diversité des patients.

Le développement de structures permettant la participation des citoyens et des patients au processus décisionnel concernant les soins de santé
par Conseil de l’Europe. Comité des ministres

Ce texte reconnaît l’importance du renforcement du rôle des citoyens dans l’amélioration du fonctionnement des systèmes de santé, et propose des méthodes afin d’impliquer les citoyens et les patients dans la prise de décision. Il demande aux gouvernements d’encourager la participation du citoyen à tous les aspects et niveaux des systèmes de santé, en créant des structures juridiques et des politiques qui favorisent la participation du citoyen et renforcent ses droits [Editeur]

Politiques de santé et attentes des patients
par Bruno Dujardin

Au Sud comme au Nord, le développement n’en finit pas de poser question. Les bénéficiaires critiquent des projets de développement qui ne correspondent ni à leurs attentes ni à leurs besoins et les donneurs reprochent aux bénéficiaires une certaine passivité. Depuis plusieurs années un dialogue de sourd s’est ainsi installé, décourageant les différents acteurs du développement. Aujourd’hui, pour limiter les échecs répétés, la tentation est grande de se réfugier dans des politiques de développement à " effets de mode " : le tout au privé, l’efficience comme seule priorité, le contrôle administratif renforcé… Dans le domaine spécifique de la santé, l’auteur, dépassant la simple description du " mal être " du monde du développement, s’attache à en comprendre les causes profondes et à proposer des solutions adaptées. Il fait reposer son propos sur l’analyse de nombreux exemples d’actualité, issus de sa pratique des systèmes de santé du Sud et montre avec quelle puissance les modèles de référence de la santé développés dans le Nord au début du Xxe siècle déterminent encore aujourd’hui les priorités et le fonctionnement des systèmes de santé du Sud comme du Nord. Il faut aujourd’hui impérativement dépasser ces modèles et adapter les politiques de santé aux besoins des professionnels et aux attentes des patients. Cet essai présente une analyse historique et scientifique qui s’appuie sur les vingt-cinq ans d’expérience de coopération en santé de l’auteur. C’est un manifeste en faveur de la création d’un réel espace de dialogue entre les différents acteurs des systèmes de santé. Ce dialogue représente sans doute la seule possibilité de trouver un " terrain d’entente " suffisamment stable pour construire, enfin, un développement durable et de qualité.

Prise en charge pratique des patients atteints de BPCO
par Thomas Similowski, Nicolas Roche

Bronchopneumopathie chronique obstructive ou BPCO… S’il n’y avait pas de tabagisme, il n’y aurait pas de BPCO, ou très peu.

Contrairement aux maladies cardiovasculaires qui reconnaissent des
facteurs de risques multiples, la BPCO est en effet tellement liée au
tabac que sans lui elle se réduirait probablement à un épiphénomène (et
ce malgré les indéniables BPCO d’origine professionnelle ou liées à la
pollution domestique dans les pays en développement).

La prévention de la BPCO par la lutte contre le tabagisme est donc
un enjeu sociétal. L’arme la plus radicale est évidemment la prévention
primaire, mais il ne faut pas sous-estimer l’impact potentiel de la
prévention secondaire.

Un patient atteint de BPCO qui arrête de fumer alors que la
dégradation de sa fonction respiratoire est encore limitée ne deviendra
pas un invalide respiratoire. Un patient atteint de BPCO avancée qui
arrête de fumer, se voit prescrire des bronchodilatateurs, et bénéficie
d’une réhabilitation respiratoire verra sa qualité de vie se transformer
et sa consommation de soins se réduire.

Les perspectives épidémiologiques de la BPCO face aux évolutions
prévisibles de la démographie médicale font que seule une
complémentarité de prise en charge entre généralistes, spécialistes et
hospitaliers permettra d’atteindre le niveau d’offres de soins qui sera
rapidement nécessaire pour limiter l’impact de ce fléau. 


Prise en charge pharmaceutique des patients cancéreux
par Brigitte Bonan

Les liens entre pharmaciens et médecins, hospitaliers ou libéraux, doivent se renforcer afin d’optimiser la prise en charge des patients cancéreux, réalisée largement “en dehors des murs de l’hôpital”. Il est en effet nécessaire de construire l’interface ville-hôpital et de mobiliser et former les acteurs de “ville”. Le progrès majeur porté par le Plan cancer a été de placer réellement le patient au coeur du dispositif et d’articuler les différentes actions en matière d’accès aux traitements et de prise en charge autour des trois principes fondamentaux: l’information du patient et son libre choix, la qualité et la sécurité des soins, une prise en charge pluridisciplinaire globale et continue. Après avoir précisé les rôles des pharmaciens hospitaliers et officinaux dans la prise en charge des patients atteints de cancer, l’ouvrage présente la sécurisation du circuit des chimiothérapies au sein des établissements hospitaliers ainsi qu’à travers l’hospitalisation à domicile. Puis, l’exemple d’un réseau régional de cancérologie est analysé avec sa mise en place, son organisation et la définition de ses missions. Les rôles et implications attendus des pharmaciens hospitaliers et officinaux dans ces réseaux ville-hôpital indiquent la nécessité d’une collaboration étroite. Les auteurs insistent enfin sur la spécificité des traitements antitumoraux par voie orale ainsi que sur les soins de support en oncologie, qui nécessitent un accompagnement et une compétence pharmaceutiques auprès des patients afin d’assurer une continuité de la qualité de leur prise en charge. Cet ouvrage, coordonné par Brigitte Bonan pharmacienne à l’hôpital européen Georges Pompidou de Paris, s’adresse à l’ensemble des pharmaciens officinaux et hospitaliers, mais aussi aux responsables des réseaux de cancérologie ou de structures d’hospitalisation à domicile.

Catégorie