Petite Philosophie À L’usage Des Non-Philosophes par Albert Jacquard, Huguette Planès

Petite philosophie à l’usage des non – philosophes
par Albert Jacquard, Huguette Planès

Le monde des hommes est entré dans une phase de bouleversements sans précédent. Tout a changé en quelques décennies, dans nos pouvoirs comme dans nos savoirs. Nos repères ont disparu, les certitudes ont fait long feu, comme les idéologies de tous bords. Il est urgent de mettre de l’ordre dans nos connaissances ; c’est à cette condition seulement que nous pourrons avoir prise sur la société de demain.
Dans ce livre construit sous la forme d’un abécédaire, Albert Jacquard s’efforce de donner aux questions essentielles ; autrui, le bonheur, la liberté, la sagesse, etc… une réponse claire, concise, lucide, qui renouvelle l’interrogation philosophique.
Qu’on la lise de A à Z, ou qu’on la feuillette au gré de la curiosité, cette Petite Philosophie à l’usage des non-philosophes permettra à chacun de mieux comprendre la société et soi-même, de tracer la limite entre ce que nous pouvons savoir et ce que nous ignorerons sans doute toujours.
Albert Jacquard a écrit de nombreux ouvrages sur la science et sur la société, qui sont autant de best-sellers. Il plaide sans relâche en faveur d’une éducation qui mettrait à la portée de tous les acquis du savoir. Ni la science ni la philosophie ne doivent demeurer l’apanage de quelques-uns : c’est sa conviction la plus profonde. Il a publié chez Calmann-Lévy : J’accuse l’économie triomphante (1995) et Le Souci des pauvres (1996).
Huguette Planès est professeur de philosophie au lycée La Pérouse d’Albi. Par ses questions sans complaisance, elle a permis à Albert Jacquard d’aller plus loin dans sa propre réflexion.

La Science à l’usage des non-scientifiques
par Albert Jacquard

” J’ai passé l’an dernier un après-midi dans un collège de la banlieue nord. Les élèves m’ont rappelé qu’ils n’étaient pas faits pour les sciences. Mais, s’il y a bien inégalité dans les performances intellectuelles des jeunes de quinze ans, la nature, sauf cas pathologique, n’y est pour rien. A ces banlieusards, j’en ai apporté la preuve avec leur propre cas. Nous avons fait des maths, ou plutôt nous avons joué aux maths ensemble et ils ont été passionnés par les divers” infinis ” de Cantor. Nous avons fait un détour par le théorème de Gödel et l’attention ne s’est pas relâchée. Je pense qu’ils m’ont cru lorsque je leur ai affirmé qu’ils étaient capable de comprendre tout ce que le ” polytechnicien moyen ” est capable de comprendre.

Ce livre ne prétend pas indiquer comment faire l’ascension de cet Himalaya qu’est la science. Il aura atteint son but s’il a prouvé à chacun qu’il est apte à explorer certaines voies menant à quelques ” camps de base “. De là, la progression pourra se poursuivre.

A. J.
Après l’immense succès de L’Equation du nénuphard,

dans lequel le généticien reconnu nous montrait que la science

est avant tout un plaisir, Albert Jacquard entre ici dans le vif du sujet,
clarifie pour nous certains concepts obscurs et met l’accent sur quelques

outils au maniement souvent mal enseigné.

Et notre métamorphose en scientifiques peut commencer…

Polytechnicien et éminent généticien, Albert Jacquard a écrit de nombreux ouvrages sur la science et la société qui sont autant de best-sellers.

Il a publié chez Calmann-Lévy : J’accuse l’économie triomphante (1995),

Le Souci des pauvres (1996), Petite Philosophie à l’usage des non-philosophes (1997), L’Equation du nénuphar (1998) et A toi qui n’est pas encore né (2000).


L’Equation du nénuphar
par Albert Jacquard

LA CHARTE DU PROFESSEUR JACQUARD
Ne dites pas : « Apprends tes leçons, accumule du savoir, deviens savant. »
Dites : « Essaie de toujours mieux comprendre ; critique tes propres raisonnements, développe ta capacité à tenir des raisonnements logiques. »
Ne dites pas : « Suis les chemins qui te sont proposés, apprends les réponses fournies par les livres. »
Dites : « Pénètre dans le domaine de la science en formulant tes propres questions et en employant les voies de ta propre compréhension. »
Ne dites pas : « Tu vas à l’école pour apprendre ce qui est au programme, préparer des examens, entrer plus tard dans la vie active. »
Dites : « A l’école, tu vis la période la plus active de ton existence, tu apprends à poser des questions, tu construis ton intelligence. »
Oui, la science peut être un plaisir et même un plaisir à partager en famille ou entre amis. Elle est également la plus extraordinaire école de liberté et de rigueur que les hommes aient inventée. L’Equation du nénuphar redonne à l’enseignement de la science toute sa vertu : préparer une société plus libre, plus juste.
Albert Jacquard, polytechnicien et généticien des populations,
a écrit de nombreux ouvrages sur la science
et sur la société qui sont autant de best-sellers.
Il a publié chez Calmann-Lévy :
J’accuse l’économie triomphante (1995),
Le Souci des pauvres (1996)
et Petite Philosophie à l’usage des non-philosophes (1997).

Antiannales de philosophie
par Collectif,

Plus de vingt écrivains, dessinateurs, scientifiques et philosophes détournent ici le principe des ” annales ” en illustrant librement des sujets authentiques du bac de philosophie : ” De quoi pouvons-nous être sûrs ? “, ” Peut-on nous reprocher ce que nous sommes ? ” Les inédits qu’ils nous offrent sont des nouvelles, des poèmes, des essais, des saynètes, des monologues, des textes illustrés ou des planches de BD. Leur ton est humoristique, sérieux, engagé, lyrique ou ironique. Chacun aborde son sujet de front ou de biais, par la feinte ou l’abordage, en clandestin ou à l’assaut, en va-t-en-guerre ou en effronté. De ce florilège qui mêle fiction et réflexion, de ces textes illustrés avec malice, on ne tirera ni modèle pour l’examen, ni doctrine philosophique. C’est un vent de liberté qui souffle dans ce livre impertinent. Et parce qu’elle stimule et encourage le désir de philosopher, cette liberté délibérée ne manquera pas de servir, par surcroît, le destin du bachelier.

Mystique non-philosophique à l’usage des contemporains
par François Laruelle

Ce livre est un pari : offrir aux lecteurs une mystique rénovée et sans croyances, une messianité immanente, un Verbe empruntant tout à la fois à la mystique chrétienne, à la philosophie néoplatonicienne et à la gnose, qui replacent l’Homme au centre de leurs préocupations, en réhabilitant l’hérésie contre les dogmes religieux, l’Enfer contre les lâchetés théologiques modernes.

Catégorie