Pierre Teilhard De Chardin : Sa Vie, Son Oeuvre, Sa Réflexion par Jacques Arnould

Par des terres qui te sont inconnues
par Jacques Arnould

L’esprit d’aventure animait-il Pierre Teilhard de Chardin ? Il ne suffit pas, pour répondre, de rappeler la devise que lui applique l’un de ses amis, George Barbour : « Ut migraturus habita. Vis comme si tu allais partir. » Il ne suffit pas non plus de trouver sous sa plume ce bel aveu : « Je ne saurais désormais être autre chose qu’une sorte d’aventurier spirituel. » Il faut le suivre dans ses multiples voyages, lire son abondante correspondance, l’entendre se plaindre d’être retenu à Pékin durant la Seconde Guerre mondiale sans aucun terrain d’action, ou encore douter que la Croisière Jaune puisse lui être utile. Il faut aussi l’écouter se plaindre que le christianisme a perdu l’esprit d’aventure et le voir s’engager lui-même dans les zones laissées en blanc, celles où le savoir comme le croire perdent pied et où le réel reprend tout son pouvoir. Une invitation à mettre les pas dans ceux de ce gentilhomme aux semelles de vent.

Petite vie de Pierre Teilhard de Chardin
par Bernard Sesé

Pierre Teilhard de Chardin (1881-1955), prêtre jésuite et chercheur scientifique de renommée internationale, peut être considéré comme l’un des plus grands penseurs du XXe siècle. Le Phénomène humain (1955), son livre majeur, comme la plupart de ses écrits, fut cependant interdit de publication de son vivant. Sa pensée, centrée sur l’Évolution de l’univers, se fonde sur cette affirmation qu’il emploiera sa vie à démontrer : “Il est une communion avec Dieu et une communion avec la Terre, et une communion avec Dieu par la Terre” (La Vie cosmique, 1916). De nombreux courants d’idées s’inspirent aujourd’hui de cette nouvelle “vision du monde”, où se réconcilient, de façon admirable, la science et la foi, annonçant l’esprit à venir dans l’Église.

Humanisme et Lumière du Christ chez Henri de Lubac
par Philippe Geneste

Henri de Lubac peut légitiment figurer dans la grande tradition des penseurs humanistes, bien des thèmes chers au P. de Lubac l’indiquent, c’est ce que démontre avec talent cet ouvrage. Encore faut-il s’entendre sur ce concept d’humanisme souvent critiqué ou contesté. Il s’agit d’un humanisme théologique, d’un humanisme plénier insistant avec force sur la vocation de l’homme et ne versant jamais dans une dérive anthropocentrique. Ensuite, il convient d’articuler cet humanisme à la figure du Christ et à sa lumière. En effet, le Christ est un sujet agissant, porteur d’un dynamisme d’accomplissement. Arrivé à ce stade, Philippe Geneste relit “La Postérité spirituelle de Joachim de Flore” et, à travers les égarements christologiques dénoncés par le théologien jésuite, apporte une contribution originale aux études consacrées au cardinal de Lubac.

Le Phénomène humain
par Pierre Teilhard de Chardin

Texte intégral révisé suivi d’une biographie de Pierre Teilhard de Chardin. Homme de science, philosophe et théologien, le Père Pierre Teilhard de Chardin a fait de la synthèse du christianisme et de la connaissance scientifique moderne l’objet constant de son étude et de sa réflexion. Dans cet essai qui ouvre de vastes horizons à tous ceux qui cherchent à comprendre le sens du monde et de la vie, il apporte une contribution magistrale à la cosmologie et à la phénoménologie de l’univers, domaines de recherche où convergent nécessairement science, philosophie et religion. Tout en restant exclusiment sur le terrain scientifique, “Le Phénomène humain” élargit le champ de la réflexion en offrant une solide synthèse sur l’évolution de l’humanité et la conscience de l’univers. Pour Teilhard de Chardin, l’Univers est une évolution qui va vers l’Esprit. La matière originaire contient en son sein la conscience comme élément organisateur, par laquelle l’évolution se présente comme un processus qui n’est pas complètement déterministe, mais aussi téléologique. L’univers, comprenant l’homme et son histoire, tend vers un point oméga identique à un alpha qui serait le corps du Christ cosmique.


Catégorie