Pour Une Hybridation Des Armées par

Démocraties et autoritarismes – Fragmentation et hybridation des régimes
par

A l’heure de la mondialisation, l’universalisation des procédures de la démocratie représentative va de pair avec une tendance générale à la fragmentation des espaces de compétition et de légitimation. La distinction classique assignait à chaque grand type de régime, démocratie et autoritarisme, une loi de fonctionnement structurant l’ensemble d’une société politique donnée. Ces prétendus blocs se fissurent. Ils recouvrent des séries d’arrangements localisés, des "régimes partiels" de régulation, qui juxtaposent la compétition et le droit de suffrage à la clôture élitiste des lieux de décision.

L’Europe en pièces
par Carine Berberi, Alexis Chommeloux

L’Europe peut-elle exploser ? La sortie probable du Royaume-Uni de l’UE donne à la question une actualité brûlante. La multiplication des problèmes et remises en cause qu’affronte l’Europe a des répercussions sur une opinion publique de moins en moins encline à soutenir les initiatives européennes. Le « projet européen », moteur de l’Europe d’après-Guerre, ne fait plus guère rêver. Certains en arrivent même à évoquer la « destruction » de l’Europe ou tout du moins un « retour en arrière ». Pourtant, si l’Europe est en crise, elle n’est pas encore en pièces. Cet ouvrage examine les répercussions de ce désenchantement, voire de ce repli, ainsi que celles des pressions indépendantistes et séparatistes. Il étudie le rôle joué par les institutions européennes et tente de proposer des solutions alors que, sur son flanc oriental, des candidats à l’adhésion à l’UE se présentent encore. Carine Berbéri est Maître de conférences à Tours. Ses recherches, dans le cadre du groupe de recherche interdisciplinaire Interactions Culturelles et Discursives (ICD), portent sur le Royaume-Uni et l’UE et sur l’imbrication des questions européennes et de dévolution. Alexis Chommeloux est angliciste, Maître de conférences à Tours et chercheur au sein d’ICD. Il s’intéresse à des aspects de civilisation que des questions ayant trait au droit éclairent particulièrement, et notamment aux relations sociales au XXe siècle.

Le Renseignement à la française
par Pierre Lacoste

Contrairement aux pays anglo-saxons où les universitaires s’intéressent depuis longtemps aux questions relatives au Renseignement, la France se distingue par le nombre peu élevé d’études, de recherches et de formations consacrées à ce sujet. C’est un des traits, parmi d’autres, des caractéristiques de notre culture nationale, l’héritage de l’histoire, des traditions de notre peuple et de nos institutions. L’Amiral Pierre Lacoste rassemble et présente ici les textes de nombreuses personnalités, témoins et chercheurs venus d’horizons très divers. Le rapprochement de ces textes illustre le caractère pluridisciplinaire des questions liées aux activités du renseignement et au fonctionnement des services secrets. Il montre la nécessité de les aborder sous les angles les plus variés, de l’histoire au droit, de la sociologie à la technique, des sciences de l’information aux problèmes de défense et de sécurité. La publication de cet ouvrage répond donc à un objectif de sensibilisation de l’opinion française et plus particulièrement du monde universitaire. Il faut cesser de considérer que le renseignement est un sujet tabou et accepter de l’étudier sérieusement, au même titre que les autres facteurs des relations internationales et de la vie des sociétés modernes, d’autant plus que la révolution en cours dans les moyens de communication pose de nouveaux défis, tant dans les domaines traditionnels de la défense et de la sécurité, que dans celui de ” l’intelligence économique “.

Fiction narrative et hybridation générique dans la littérature française
par Hélène Baby

Les genres sont-ils des organismes vivants ? Ils naissent et meurent, se heurtent souvent et rivalisent, échangent aussi, à partir de frontières communes, d’importants territoires. Par sa plasticité, la fiction narrative, fort accueillante aux divers registres, aux vers et à la prose, à la pluralité des énonciations, se prête donc mieux qu’aucun autre genre à l’étude des phénomènes d’intergénéricité. Afin de saisir les fonctionnements contextuels de ces échanges, de ces rencontres et de ces conflits et tenter d’en tracer une histoire, l’enquête porte sur les jeux d’alliances formelles, thématiques et énonciatives, du Moyen Age au XXe siècle. Grâce aux contributions des spécialistes des différents siècles littéraires, se dessine un parcours de l’hybridation qui permet de saisir les processus de création, de remodelage, de destruction, dans leur plus grande diachronie. Du ” roumanz ” du XIIe siècle aux personnages gidiens, des nouvelles humanistes de la Renaissance aux fictions impures de Montesquieu, des bergers de L’Astrée aux récits de voyage, l’ensemble des contributions, par leur variété, montre que l’hybridation générique n’est la spécialité ni d’une époque ni d’un groupe ou d’une école rêvant de renverser les genres établis, mais constitue au contraire un véritable lieu commun des poétiques classiques, humanistes et postmodernes.

L’ État néopatrimonial
par Daniel C. Bach, Mamoudou Gazibo

Pourquoi le néopatrimonialisme est-il si fréquemment utilisé pour caractériser les systèmes politiques Africains ? Les pratiques auxquelles renvoie cette notion, qu’il s’agisse du clientélisme, de la corruption ou de la privatisation de l’État, sont pourtant présentes dans la plupart des pays, qu’ils soient ou non Africains. Afin de répondre à ce paradoxe, L’État néopatrimonial propose une exploration théorique et comparative de la diversité des trajectoires et usages contemporains du concept. À partir d’une discussion des références initiales de Max Weber au patrimonialisme, les différentes contributions abordent le néopatrimonialisme dans ses rapports avec l’analyse de la démocratisation, des relations internationales, de la sociologie des conflits et de l’économie du développement. L’ouvrage renouvelle les débats sur le néopatrimonialisme en Afrique, tout en les élargissant également à l’Asie, l’Europe et l’Amérique latine à travers des études de cas.


Catégorie