Remèdes, Onguents, Poisons par Yvan Brohard

Remèdes, onguents, poisons
par Yvan Brohard

Suite d’Une Histoire de la médecine ou le souffle d’Hippocrate, ce livre raconte cette longue épopée qui depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours a transformé les apothicaires en pharmaciens… Une histoire des remèdes anciens, dont certains prêtent parfois à sourire, jusqu’aux médicaments de la médecine moderne… Une histoire marquée par les alchimistes qui transformaient, à l’aide de dosages minutieux, des poisons souvent mortels en sources de guérison ou de soulagement de la douleur… Une histoire marquée par des découvertes associées à des personnages hors du commun, et moins connus pour certains, mais tout aussi prépondérants dans la longue marche du progrès humain. Ce livre, comme le précédent, a pour partenaire l’Université Paris-Descartes et bénéficiera de son patrimoine muséal et artistique ainsi que des richesses iconographiques exceptionnelles de la Bibliothèque Interuniversitaire de médecine (BIUM).

Jean. Un homme hors du temps
par Axel Kahn

Jean Kahn-Dessertenne, enseignant et philosophe, se donne la mort à 54 ans le 17 avril 1970 en se jetant d’un train. Il laisse une lettre à son fils Axel qu’il dit « capable de faire durement les choses nécessaires ». Quarante-sept ans après,
ce dernier s’acquitte d’une dette, il obéit à l’injonction paternelle, durement, en donnant la parole à son père. Dans les instants qui précèdent le saut mortel, la vie de Jean défile à vive allure, ses engagements politiques, ses tumultueuses
relations aux femmes, son souci de sa relation à ses fils, son itinéraire intellectuel. Sont ainsi évoqués en toile de fond l’essentiel de l’histoire de la France au XXe siècle, la place qu’y prirent la bourgeoisie, le communisme et de Gaulle, les crises et ébranlements de tous ordres, économiques, guerriers, littéraires et personnels. Le sourire et la dérision ne disparaissent pas toujours à l’heure de mourir, Jean en
témoigne. Cependant, Axel Kahn a surtout écrit là un livre vibrant et déchirant.

Coup d’oeil sur les poisons et les sciences occultes
par Émile Gilbert, Ligaran,

Extrait : “Orphée, médecin et poète, est le premier auteur de l’antiquité qui, sans la nommer, se soit occupé de la science Toxicologique. En effet, dans son poème des Pierres, il parle des différents poisons tirés des végétaux, et du règne animal ; et de quelques pierres précieuses, que l’on considérait comme antidotes ; il ne nomme point l’arsenic.”

Femmes fatales
par Michèle Agrapart-Delmas

Longtemps les femmes qui ont affiché leur caractère furent diabolisées, à l’instar des sorcières ou des empoisonneuses. Mais pour la plupart, l’inconscient collectif a plutôt tendance à les croire innocentes, naïves, victimes. Il fallait un expert sans préjugés ayant rencontré des centaines de criminels pour dresser l’état des lieux du crime au féminin, par-delà les mythes et les clichés. Car aujourd’hui la criminalité féminine croît, notamment chez les mineures. Environ 166 000 femmes, dont 15 000 mineures, sont annuellement mises en cause par les services de police et de gendarmerie. Incestueuses, vengeresses, infanticides, arnaqueuses, adolescentes psychopathes, amantes passionnelles, complices de meurtriers ou de cambrioleurs : l’auteur, forte de son expérience, dresse les portraits captivants de celles qui, au fil de l’histoire et aujourd’hui, fascinent et effraient autant que les hommes, voire plus. Psychologue criminologue, expert agréé par la Cour de cassation, et la cour d’appel de Paris, chargée d’enseignement et de recherche à l’institut de criminologie de Paris (Panthéon-Assas Paris II), l’auteur a publié De l’expertise criminelle au profilage (Éditions Favre, 2001, Prix littéraire de la Gendarmerie nationale 2002).

Catégorie