Salut Public (Le) [No 259] Du 23/10/1920 – Roman Historique Par Louis Madelin – Dans Nos Regions Devastees – La… par Louis-Napoléon Bonaparte, Ligaran,

Des idées napoléoniennes
par Louis-Napoléon Bonaparte, Ligaran,

Extrait : “Toutes les révolutions qui ont agité les peuples, tous les efforts des grands hommes, guerriers ou législateurs, ne doivent-ils aboutir à rien ? Nous remuons-nous constamment dans un cercle vicieux, où les lumières succèdent à l’ignorance, et la barbarie à la civilisation ? Loin de nous une pensée aussi affligeante ; le feu sacré qui nous anime doit nous mener à un résultat digne de la puissance divine qui nous l’inspire.”

Napoléon, l’esclavage et les colonies
par Thierry Lentz, Pierre Branda

Oui, Napoléon Bonaparte a rétabli l’esclavage, après de longues hésitations. Oui, les généraux envoyés par lui aux Antilles ont férocement réprimé les révoltes des Noirs et des mulâtres. Mais c’est à ne pas replacer ces faits dans leur contexte que l’on perd le fil de l’histoire. C’est en oublier que le projet de Napoléon était d’abord géopolitique, que son ambition était « mondiale ». C’est ignorer que le rétablissement de l’esclavage intervient dans un monde où l’abolitionnisme balbutiait, son coût économique étant jugé insupportable par un secteur qui employait alors un Français sur dix.

Privilégier l’hypothèse « raciste », lire l’histoire à l’envers, d’aujourd’hui à hier et – pourquoi pas ? – à avant-hier, ne peut que contribuer à une utilisation déréglée d’une mémoire pourtant si utile lorsqu’elle ne se confond pas avec le militantisme partial.

Empoignant à bras-le-corps une affaire qui, c’est vrai, en a embarrassé plus d’un avant eux, Pierre Branda et Thierry Lentz ont repris le dossier de l’esclavage et des colonies pièce par pièce, à l’aide d’une documentation complète, parfois inédite. Comme toujours en histoire, ils en tirent un bilan qui n’a que faire des bons sentiments (sinon ils ne seraient pas historiens !).


Le crime de Napoléon
par Claude RIBBE

Plus d’un million de personnes vouées à la mort selon des critères ” raciaux “, un génocide perpétré en utilisant les gaz, des milliers d’hommes, de femmes et d’enfants dévorés vivants par des chiens, deux cent cinquante mille citoyens enchaînés et mis en esclavage, un plan de déportation meurtrier incluant d’anciens parlementaires, des escadrons de la mort pour traquer les résistants et les brûler sur place, des camps de triage et de concentration, des ” lois raciales “.

Cent quarante ans avant la Shoah, un dictateur, dans l’espoir de devenir le maître du monde, n’hésite pas à écraser sous sa botte une partie de l’humanité. Ce n’est pas de Hitler qu’il s’agit, mais de son modèle, Bonaparte.

Comment les exactions de ce despote misogyne, homophobe, antisémite, raciste, antirépublicain, qui détestait autant les Français du continent que les Corses, ont-elles pu, jusqu’à présent, rester ignorées du grand public ? Pourquoi une certaine France, au XXIe siècle, s’acharne-t-elle à faire du boucher des ” noirs ” un héros national ? Deux cents ans après, Claude Ribbe dénonce, témoignages et preuves à l’appui, ” le crime de Napoléon “.

Ce vigoureux pamphlet, devenu un classique de la littérature antinapoléonienne, révèle, avec la verve d’un Chateaubriand, la face sombre de Napoléon. Il s’inscrit dans un cheminement littéraire et audiovisuel, déjà riche, voué à la lutte contre le racisme.


Le Suicide français
par Eric Zemmour

« La France se couche. La France se meurt.

La France avait pris l’habitude depuis le XVIIe siècle et, plus encore, depuis la Révolution française, d’imposer ses idées, ses foucades mêmes, sa vision du monde et sa langue, à un univers pâmé devant tant de merveilles.

Non seulement elle n’y parvient plus, mais elle se voit contrainte d’ingurgiter des valeurs et des moeurs aux antipodes de ce qu’elle a édifié au fil des siècles.

Nos élites politiques, économiques, administratives, médiatiques, intellectuelles, artistiques, héritières de mai 68, s’en félicitent. Elles somment la France de s’adapter aux nouvelles valeurs.

Elles crachent sur sa tombe et piétinent son cadavre fumant. Elles en tirent gratification sociale et financière. Elles ont désintégré le peuple en le privant de sa mémoire nationale par la déculturation, tout en brisant son unité par l’immigration. Toutes observent, goguenardes et faussement affectées, la France qu’on abat ; et écrivent, d’un air las et dédaigneux, les dernières pages de l’Histoire de France.

Ce vaste projet subversif connaît aujourd’hui ses limites. Le voile se déchire. Il est temps de déconstruire les déconstructeurs. Année après année, événement après événement, président après président, chanson après chanson, film après film… L’histoire totale d’une déconstruction joyeuse, savante et obstinée des moindres rouages qui avaient édifié la France. »

Éric Zemmour se livre à une analyse sans tabou de ces quarante années qui, depuis la mort du général de Gaulle, ont « défait la France ».


Le Drap Escarlate Au Moyen Âge
par J. B. Weckerlin

This work has been selected by scholars as being culturally important, and is part of the knowledge base of civilization as we know it. This work was reproduced from the original artifact, and remains as true to the original work as possible. Therefore, you will see the original copyright references, library stamps (as most of these works have been housed in our most important libraries around the world), and other notations in the work.

This work is in the public domain in the United States of America, and possibly other nations. Within the United States, you may freely copy and distribute this work, as no entity (individual or corporate) has a copyright on the body of the work.

As a reproduction of a historical artifact, this work may contain missing or blurred pages, poor pictures, errant marks, etc. Scholars believe, and we concur, that this work is important enough to be preserved, reproduced, and made generally available to the public. We appreciate your support of the preservation process, and thank you for being an important part of keeping this knowledge alive and relevant.


Catégorie