Santa Claus Lane Paillettes Dorées Rouge Calendrier De L’avent À Suspendre Avec Rubans Portes 247 X 24 Five Dollar… par Gérard de Nerval

Voyage en Orient
par Gérard de Nerval

Texte intégral révisé suivi d’une biographie de Gérard de Nerval. Lorsque le futur auteur des “Filles du feu” décide en 1842 de partir pour l’Orient, c’est en partie pour se fuir lui-même, ou pour se retrouver, ayant conscience qu’il est sur le point de perdre cet équilibre si instable qui fait de lui un fou terriblement lucide. Le 1er janvier 1843, il s’embarque à Marseille. Le voilà en Grèce, prêt à tout admirer, puis en Égypte. Il séjourne longuement au Caire, dont il rapporte plusieurs chapitres de notes aussi solidement documentées que hautement poétiques. La Syrie, la Turquie, le Liban, où il étudie en profondeur la vie et les moeurs des peuples de la région. Partout, il n’est jamais simplement un touriste, mais aussi un poète et un explorateur. Dans le chapitre des “Nuits du Ramazan”, il nous donne de vives images des bazars et des théâtres d’Istanbul, recueillant ensuite de la bouche d’un conteur fameux la merveilleuse histoire de Soliman et de la Reine du Matin. Relatant son voyage qui dura près d’une année, Gérard de Nerval n’a pas les préjugés ni la soif de pittoresque de ses compatriotes, Chateaubriand, Flaubert ou Lamartine. Il est un conteur désintéressé, sensible à la beauté des choses et participant pleinement à la vie orientale sans pour autant perdre son esprit si aigu d’analyse. Sous sa forme très libre, le “Voyage en Orient” est l’une de ses plus belles oeuvres en prose.


Coup-d’Oeil Sur Beloeil…
par Charles-Joseph De Ligne (Prince De Ligne

This work has been selected by scholars as being culturally important, and is part of the knowledge base of civilization as we know it. This work was reproduced from the original artifact, and remains as true to the original work as possible. Therefore, you will see the original copyright references, library stamps (as most of these works have been housed in our most important libraries around the world), and other notations in the work.

This work is in the public domain in the United States of America, and possibly other nations. Within the United States, you may freely copy and distribute this work, as no entity (individual or corporate) has a copyright on the body of the work.

As a reproduction of a historical artifact, this work may contain missing or blurred pages, poor pictures, errant marks, etc. Scholars believe, and we concur, that this work is important enough to be preserved, reproduced, and made generally available to the public. We appreciate your support of the preservation process, and thank you for being an important part of keeping this knowledge alive and relevant.


Traité des instruments de martyre et des divers modes de supplice employés par les païens contre les chrétiens (1591)
par Antonio Gallonio

” Le Traité des instruments de martyre, œuvre de l’oratorien Antonio Gallonio, a été publié en italien en 1591 et aussitôt traduit en latin par l’auteur lui-même. La première édition française date de 1659. Ce livre, très populaire, a été maintes fois réédité au cours du XVIIe et du XVIIIe siècle. Nous reprenons la traduction française modernisée publiée en 1904. L’ouvrage n’a pas été réédité en France depuis cette date. Ce Traité qui prend appui sur les Actes des martyrs et sur les témoignages d’écrivains contemporains des persécutions, se présente comme un répertoire exhaustif, minutieusement documenté, des différents modes de torture appliqués aux chrétiens des premiers siècles. Tout l’art de l’auteur se concentre sur les appareils et les procédés mis en œuvre dans les supplices. Hors de tout pathos, l’horreur naît de l’objectivité imperturbable avec laquelle les choses sont dites. Le texte a toute la froideur d’une encyclopédie et toute l’application d’un constat d’huissier. On apprend, de cette façon, quels furent les raffinements technologiques inventés par les tortionnaires, depuis la croix qui fut l’instrument du sacrifice de Jésus jusqu’au taureau d’airain et à la série des grils et des chevalets. Tout ce que l’on peut savoir sur l’éventrement, l’égorgement, les marques de fer, l’arrachage de la langue ou des seins est ici donné à lire pour l’instruction des fidèles sans commentaires édifiants ni envolées lyriques. Les gravures de Tempesta, de superbe facture baroque, illustrent le Traité de Gallonio qu’elles entraînent dans leur sillage esthétique. ” C. L.-C.

Notre prison est un royaume
par Gilbert CESBRON

François, Pascal, Hardrier, Fauchier-Delmas, tels sont les quatre mousquetaires qui règnent sur la part de rêves et de détresses secrètement entretenue dans le monde clos d’un lycée parisien. Parce que Pascal s’est donné la mort, le chahut quotidien prend pour les trois camarades l’allure d’une enquête à la fois dérisoire et pathétique. Sous le jeu des plaisanteries d’écoliers, de généreuses illusions se dissipent et les exploits saugrenus des lycéens en révolte se teintent de mélancolie. Quand François découvrira la réponse à sa question ” pourquoi Pascal s’est-il suicidé ? ” il tournera la page de l’insouciance et de la frivolité poétiques.


Psychose sur Bénodet
par Bernard Larhant

Deux disparitions inquiétantes…

Le même soir, deux jeunes femmes disparaissent à Bénodet ; l’une est la fille de Jillian Marlowe, célèbre avocate américaine, amie de Dominique Vasseur. Une semaine auparavant une autre vacancière s’était déjà évanouie dans la nature. Paul et Sarah saisissent vite que l’enquête est plus complexe qu’il n’y paraît.
Les trois disparitions sont-elles liées? Jade Marlowe aurait-elle juste fugué ? Quand débarque en Cornouaille un cow-boy de la CIA, gendarmes de Fouesnant et policiers de Quimper comprennent qu’ils vont avoir du mal à garder la main. De Sainte-Marine à Port-la-Forêt, en passant par Camaret, s’engage alors une enquête qui doit déjouer les leurres que s’avèrent être certaines évidences. Mais les enquêteurs, mêmes bretons, n’aiment pas qu’on les mène en bateau…

Accompagnez le capitaine Paul Capitaine dans le 6e tome de ses enquêtes passionnantes en Bretagne !

EXTRAIT

Une chance, pas un seul véhicule ne s’est placé devant le leur, elles peuvent quitter le parking en toute tranquillité ; la circulation est relativement fluide pour la traversée de la station balnéaire, aussi arrivent-elles rapidement au rond-point de Penfoul. Carole s’engage sans précaution particulière puisque le carrefour est libre ; elle n’a pas vu le bolide arrivant de la direction de Fouesnant, sur sa droite, qui coupe le rond-point à contresens pour remonter au plus court vers la plage. La collision est inévitable, le choc terrible, d’autant qu’il s’agit d’un robuste 4×4. Un adversaire trop costaud pour la vieille guimbarde qui vient échouer, après un ou deux tonneaux, sur le terre-plein central et, par chance, sur ses quatre roues.
Le temps pour la conductrice de recouvrer ses esprits, le chauffard a effectué un rapide demi-tour et repris la direction de Quimper, sans réclamer son reste. Carole parvient à détacher sa ceinture, elle bouge ses membres ; apparemment rien de cassé, un miracle.

CE QU’EN PENSE LA CRITIQUE

Éditions Bargain, le succès du polar breton. – Ouest France

J’ai surtout apprécié les belles descriptions de Bénodet que j’aime tant et de la région en général. Bref, un polar régional qui tient la route et se lit un sourire bienveillant aux lèvres. – Sallyrose, Babelio

À PROPOS DE L’AUTEUR

Bernard Larhant est né à Quimper en 1955. Il exerce une profession particulière : créateur de jeux de lettres. Après avoir passé une longue période dans le Sud-Ouest, il est revenu dans le Finistère, à Plomelin, pour poursuivre sa carrière professionnelle. Passionné de football, il a joué dans toutes les équipes de jeunes du Stade Quimpérois, puis en senior. Après un premier roman en Aquitaine, il se lance dans l’écriture de polars en créant un personnage de policier au parcours atypique, le capitaine Paul Capitaine. À ce jour, ses romans se sont vendus à plus de 110 000 exemplaires.


Catégorie