Sociétés Animales Et Sociétés Humaines par Alfred Victor Espinas

Des Sociétés Animales (Classic Reprint)
par Alfred Victor Espinas

Excerpt from Des Sociétés Animales

Le fait des sometés animales est connu il n’est pas expliqué. On ne l’a rattaché à aucune loi générale de la nature: La seule conception qui dépasse à ce sujet la constatation du fait mème se rencontre comme au hasard dans les écrits des naturalistes; ils ont appelé çà et là certaines agglomérations d’animaux colonies, républiques ou royaumes. Mais cette sorte d’appella tion n’a que peu contribué à éclaircir la nature des sociétés animales; car en mème temps les politiques voulant désigner les corps sociaux par un caractère qui leur fût commun avec d’autres ètres et songeant les uns à leur industrie, les autres à leur multitude, les autres enfin à leur croissance lente et spontanée, les appelaient ici des ruches, là des fourmilières, ail leurs des polypiers ou mème des arbres. De la sorte, tandis que les naturalistes obéissaient à un besoin inconscient de généralisation en comparant les sociétés animales aux sociétés humaines, les politiques sui vaient le mème penchant en comparant les sociétés humaines aux sociétés animales. Mais comme ni les uns ni les autres ne se préoccupaient de savoir en quoi cette comparaison était rationnelle, ils augmen taient ainsi la confusion au lieu de la dissiper.

About the Publisher

Forgotten Books publishes hundreds of thousands of rare and classic books. Find more at www.forgottenbooks.com

This book is a reproduction of an important historical work. Forgotten Books uses state-of-the-art technology to digitally reconstruct the work, preserving the original format whilst repairing imperfections present in the aged copy. In rare cases, an imperfection in the original, such as a blemish or missing page, may be replicated in our edition. We do, however, repair the vast majority of imperfections successfully; any imperfections that remain are intentionally left to preserve the state of such historical works.


La société (Fiche notion)
par Natacha Cerf, lePetitPhilosophe.fr,

Devenez incollable sur la notion de société avec lePetitPhilosophe.fr !

Cette fiche propose une analyse approfondie de la notion de société, avec une introduction générale, l’analyse des diverses approches philosophiques du concept et une synthèse de ce qu’il faut en retenir. La fiche est complétée par une liste de citations clés et une sélection des principaux sujets tombés au bac de philo ces dernières années en lien avec la notion.

• L’introduction présente les principales problématiques qu’implique le concept de société.
• Ensuite, l’analyse se penche sur les approches des différents philosophes, en confrontant les points de vue de Platon, de Hobbes, de Locke, de Rousseau, de Durkheim, et de Lévi-Strauss.
• Enfin, après un bref résumé de l’analyse dans lequel on se focalise sur l’essentiel, on trouve des citations assorties d’explications, ainsi que des sujets bac sur la société.

Cette fiche est destinée avant tout à un public de néophytes et aux lycéens qui préparent le bac de philo. Retrouvez la collection complète sur lePetitPhilosophe.fr !


La société
par France Farago, Étienne Akamatsu, Gilbert Guislain

À mi-chemin entre travail philosophique et littéraire, la dissertation de culture générale nécessite un savoir-faire particulier qui en fait un véritable enjeu des concours des Grandes Écoles de Commerce. Cette épreuve peut, en effet, par les thèmes proposés, dérouter plus d’un candidat mal préparé.
L’objectif de cet ouvrage est justement d’apporter aux élèves les clés pour se préparer sereinement à cet exercice qui, une fois maîtrisé, peut vite faire la différence aux concours.

La Morale anarchiste
par Pierre Kropotkine

Après Stirner, Proudhon et Bakounine, Pierre Kropotkine poursuit le grand rêve libertaire : ce prince russe devenu géographe de renom se fait le généalogiste d’une morale anarchiste qui dénonce les fausses morales imposées depuis des lustres par « le prêtre, le juge, le gouvernant ».
Avec La Morale anarchiste (1889), livre virulent et raisonné, il montre que seul l’instinct d’entraide est le dépositaire des valeurs humaines à construire.

Catégorie