Temps (Le) Du 07/11/1929 – Bulletin Du Jour – La Crise Ministerielle En Belgique – Depeches Telegraphiques – Paroles… par Ernest Alfred Vizetelly

Emile Zola, Novelist and Reformer
par Ernest Alfred Vizetelly

This work has been selected by scholars as being culturally important, and is part of the knowledge base of civilization as we know it. This work was reproduced from the original artifact, and remains as true to the original work as possible. Therefore, you will see the original copyright references, library stamps (as most of these works have been housed in our most important libraries around the world), and other notations in the work.

This work is in the public domain in the United States of America, and possibly other nations. Within the United States, you may freely copy and distribute this work, as no entity (individual or corporate) has a copyright on the body of the work.

As a reproduction of a historical artifact, this work may contain missing or blurred pages, poor pictures, errant marks, etc. Scholars believe, and we concur, that this work is important enough to be preserved, reproduced, and made generally available to the public. We appreciate your support of the preservation process, and thank you for being an important part of keeping this knowledge alive and relevant.


Hjalmar Schacht, financier et diplomate (1930-1950)
par Frédéric Clavert

Pour Hjalmar Schacht, président de la Reichsbank, la République de Weimar a échoué dans la régulation de la crise qui a frappé l’Allemagne à la fin des années 1920. Ainsi il n’a pas hésité à collaborer avec le IIIe Reich, allant jusqu’à devenir ministre de l’Économie d’Hitler. Acquitté au procès de Nuremberg, il n’a cessé, depuis, d’interroger essayistes et historiens. Si certains l’ont qualifié d’illusionniste des finances, d’autres ont cédé à la fascination et à l’hagiographie.
L’auteur retrace ici la période nazie du banquier central, de sa première démission de la présidence de la Reichsbank en 1930 à sa dénazification en 1950. Ce livre éclaire les motivations de sa collaboration avec Hitler dans les années 1930, détaille sa politique monétaire et économique sous le régime nazi et explique comment il a échappé à toute condamnation après 1945.

Intelligence économique, compétitivité et cohésion sociale
par Bernard Carayon

Dans le cadre d’une politique publique à lancer, ce rapport analyse la compétitivité de la France et des entreprises françaises et propose de passer d’une défense économique à une sécurité économique active en repensant la politique d’influence de la France et en formant à l’intelligence économique. Etudie également les liens entre l’intelligence économique et les territoires.

Les mises en guerre de l’État
par Sylvain Berstchy

À partir de l’été 1914, les sociétés européennes paraissent brutalement saisies par la guerre et, ce faisant, saisies par l’État. C’est en son nom que des millions d’hommes vont s’affronter, sous l’uniforme, et que s’opère une gigantesque « mobilisation » des corps, des esprits et des ressources, pour reprendre le terme de l’époque toujours employé par les historiens et les historiennes. Cent ans plus tard, alors que tous les États ayant fait la guerre ont engagé de vastes programmes de commémoration, le moment semblait particulièrement opportun pour comprendre comment l’État parvient à faire la guerre et ce que la guerre fait à l’État. L’emprise de l’État est-elle immédiate, progressive, continue ou discontinue ? Connaît-elle des phases d’essoufflement, des ratés ? S’accompagne-t-elle de phénomènes parallèles de « déprise » ? Loin de toute généralité ou de toute extrapolation hasardeuse, est-il possible de repérer des formes de résistance ou d’évitement ? Interroger le processus de nationalisation des sociétés européennes, tel est l’un des enjeux de cet ouvrage pluridisciplinaire, largement ouvert dans l’espace et dans le temps autour du point de référence de 1914. Composé d’enquêtes bien circonscrites, l’ouvrage s’inscrit dans une histoire sociale de la guerre, et permet de questionner ce qui semble une évidence, au moins en France : la spectaculaire capacité de l’État à mobiliser, presque du jour au lendemain, une société tout entière.


Le fait divers criminel dans la presse quotidienne française du XIXe siècle
par Laetitia Gonon

De la rubrique des faits divers du XIXe siècle aux rapports médicolégaux, en passant par les ouvrages des aliénistes, les romans réalistes et naturalistes, les feuilletons cousus de rebondissements et de drames, jusqu’aux dictionnaires d’argot, de police ou de gendarmerie, ce livre retrace le parcours du discours criminel à travers l’exploration des écrits professionnels du siècle. Les méthodes et les outils de l’analyse du discours permettent de mener, à partir des faits divers criminels des années 1830 aux années 1880, une enquête sur la permanence et la circulation d’un interdiscours tissé de stéréotypes narratifs, lexicaux et syntaxiques, ainsi que sur la façon dont les différents scripteurs, administratifs, romanciers, journalistes, s’en saisissent, les éprouvent et les mettent à distance.


Catégorie