The Concise Guide To Hip-Hop Music: A Fresh Look At The Art Of Hip-Hop, From Old-School Beats To Freestyle Rap… par Manthia Diawara

En quête d’Afrique
par Manthia Diawara

En 1996, Manthia Diawara, devenu un éminent professeur de Littérature et de Cinéma à New York, retourne en Guinée, le pays dont lui-même et sa famille ont été chassés trente-trois ans plus tôt, au lendemain de l’indépendance. L’Afrique que trouve Diawara n’est pas celle que décrit la presse occidentale, au bord de la barbarie. Ce n’est pas non plus l’Afrique de son enfance, quand la fièvre révolutionnaire semblait rendre tout possible. Les retrouvailles avec Sidimé Laye, l’ami d’hier devenu, lui, un grand sculpteur, mettent l’auteur sur la piste d’une Afrique nouvelle, capable de chasser définitivement les vieux fantômes du colonialisme et de mobiliser les forces vives de la société, tant les formidables griots de la culture traditionnelle que les artistes mondialement reconnus de la diaspora comme Spike Lee, ou Salif Kéita…

Machiavel ou l’illusion réaliste
par Maurice Bertrand

L’œuvre politique de Machiavel nous concerne aujourd’hui de façon directe parce qu’elle expose la théorie de l’asservissement des peuples et que nous sommes toujours asservis. Les formes de notre servitude ont changé, mais les méthodes qui permettent à une infime minorité de l’imposer sont toujours les mêmes. La vision du monde de Machiavel continue d’imposer une philosophie de résignation. Détruire le “faux réalisme” qui nous empêche d’y voir clair est une tâche très urgente.Š

L’homme qui a tué le cerf
par Frank Waters

Quand Martiniano, après six ans au pensionnat des Blancs, revient au pueblo, rien n’a changé : les Anciens le surnomment toujours le Fauteur-de-Troubles et chaque nuit, un animal vient fouler ses pensées. Le jeune mécréant accumule les faux pas, mais fait d’étonnantes rencontres : Panchilo-le-Poivrot, le peintre Benson, Byers, l’étrange Visage pâle qui tient une boutique indienne, et surtout Celle-qui-joue-avec-les-Fleurs. Un soir, Martiniano voit surgir devant lui une silhouette cendrée : un cerf. Égaré, comme sans légende… Plus qu’un roman initiatique au monde des Pueblo, ce livre illustre le lot de beaucoup d’Indiens aujourd’hui : le douloureux équilibre entre tradition et modernité, et le mythe de l’impossible retour au sein de la tribu.

Les aventures de Rabbi Harvey
par Steve Sheinkin

Rabbi Harvey, rabbin-shérif d’Elk Spring, est réputé pour sa sagesse et son astuce. Tout le Colorado vient le consulter, pour solliciter son arbitrage ou démêler des intrigues. Dans ce deuxième tome, la sagesse de Rabbi Harvey est encore mise à l’épreuve : il trouve un moyen de mettre définitivement hors d’état de nuire les bandits de la ville, il déjoue la ruse d’une mamie peu scrupuleuse, fait un bref passage dans la police, décode des énigmes, ramène les égarés, réconcilie les couples, dénonce l’égoïsme des nantis, le tout avec une désarmante simplicité et un humour irrésistible. Enfin, il vient en aide à la charmante Abigaïl qui avait de bonnes raisons de se plaindre du vent des Rocheuses. Chaque histoire recèle de véritables pépites sorties du Talmud ou de contes populaires juifs.

Considérations sur le malheur arabe
par Samir Kassir

Il n’est pas facile d’être arabe de nos jours. Où que l’on se tourne, du Golfe à l’Océan, le tableau paraît sombre, et plus encore quand on le compare à d’autres régions du monde, y compris les plus démunies. Pourtant, ce “malheur” n’a pas toujours été. En plus de l’âge d’or de la civilisation arabo-musulmane, il y eut un temps guère lointain où les Arabes, redevenus acteurs de leur histoire, pouvaient se projeter avec optimisme dans l’avenir. Comment en est-on arrivé au marasme actuel ? Comment est-on parvenu à faire croire aux Arabes qu’ils n’ont d’autre avenir que celui que leur destine un millénarisme morbide ? Comment a-t-on pu déconsidérer une culture vivante pour communier dans le culte du malheur et de la mort ? A ces questions qui tourmentent beaucoup d’Arabes, l’auteur cherche à apporter des réponses à la fois nuancées et originales. Revisitant l’histoire contemporaine, il remet en perspective l’irruption de la modernité en terre arabe et la faveur qu’elle reçut. Loin de se focaliser sur les élites, il montre l’ampleur des mutations qui ont bouleversé le temps social, au moins jusqu’au début des années 1970. Sans prétendre proposer une recette miracle pour sortir du malheur, Samir Kassir en montre la possibilité en soulignant que rien, et notamment leur héritage culturel, ne devrait empêcher les Arabes d’être de nouveau les sujets de leur propre histoire.

Catégorie