The Timeless Racer: Machines Of A Time Traveling Speed Junkie, Episode 1, Year 2027 par Hervé Champollion

Châteaux forts et forteresses de la France médiévale
par Hervé Champollion

Entre le Xe et la fin du \V siècle, d’innombrables châteaux forts ont été construits sur notre territoire, pour la plus grande gloire des seigneurs… Porteurs de mythes et de légendes, ils ont très fortement marqué nos imaginations, apparaissant le plus souvent comme le pivot d’un Moyen Age obscur et barbare. Nous l’avons oublié mais, aux alentours de l’an mil, ces châteaux étaient encore construits en bois : faciles et rapides à bâtir… et à détruire aussi ! Construits en pierre à partir du XIe siècle, ils ne vont cesser de s’adapter à des stratégies constamment nouvelles, jusqu’à ce que l’artillerie ne les rendent complètement inefficaces, à la fin du XVe siècle. Pendant près de cinq siècles, ils resteront au cœur d’une société fondée sur les liens de la vassalité, regroupant, outre la défense d’un territoire, des fonctions politiques, administratives, judiciaires et économiques. Empreints de mystère et de grandeur, les châteaux forts ne sont donc pas qu’une abstraction emblématique du Moyen Age : de façon palpable, ils témoignent de la civilisation médiévale, et recouvrent une réalité complexe que cet ouvrage vous propose d’aborder. Au fil des pages, à travers de multiples édifices comme Angers, Carcassonne, Culan, Montrichard, Saumur ou Vincennes, vous suivrez cette longue évolution, et vous découvrirez le cadre de vie d’une classe privilégiée mais où, parfois aussi, toute une population se réfugiait et luttait pour résister à l’ennemi.

Oui, mon commandant !
par Amadou Hampâté Bâ

Amkoullel l’enfant peul, maintenant âgé de vingt-deux ans, entame dans ce deuxième volume de Mémoires sa carrière de jeune fonctionnaire de l’administration coloniale en Haute-Volta (Burkina-Faso). Après un long voyage au cours duquel il commence à noter tous les récits oraux dont il deviendra le dépositaire, le jeune homme un peut naïf du début se marie, fonde une famille, et devient peu à peu, à travers mille aventures cocasses, émouvantes ou dramatiques,, un homme sage capable de porter sur le monde qui l’entourait un regard à la fois perspicace, subtil et rigoureux. Mais c’est la formidable énergie de ce récit qui frappe le plus : par-delà son caractère autobiographique, c’est un vaste tableau, fascinant et vivant, de l’Afrique coloniale de cette époque qu’il nous offre. On se délecte des anecdotes rapportées avec cette verve et cet humour inimitable dont l’auteur a le secret, on savoure l’extraordinaire galerie de portraits de chefs coloniaux aux surnoms évocateurs – les commandants Porte-baobab, Diable boiteux ou Boule d’épines – croqués avec lucidité et tendresse à la fois… et l’on en apprend plus que dans bien des traités. Au fil du récit se dessine une évolution spirituelle qui trouve son accomplissement à la fin de l’ouvrage, en 1933, lorsque l’auteur, de retour au Mali, reçoit de son maître spirituel Tierno Bokar les enseignements d’amour et de tolérance qui, dit-il vont féconder le reste de sa vie.

Les 110 pilules
par Magnus,

” Jamais plus d’une, et une à chaque lune ” dit le moine à Hsi-Men en lui donnant les 110 pilules. Mais qui résisterait au feu dévorant qu’elles éveillent ? Autant confier un sac de bonbons à un enfant gourmand. Voici, magistralement traité par le grand Magus, l’un des épisodes les plus sulfureux du Jin Ping Mei, le classique chinois de l’érotisme. Mais trêve de bavardages. Peut-être désirez-vous une pilule ? Il en reste quelques-unes. Ouvrez donc et dégustez. Déjà, les passions se déchaînent, la volupté vous brûle…

La Sociologie Pour les Nuls
par Jay GABLER, Alexis TREMOULINAS

La vie en société, mode d’emploi

La société est en permanente évolution, et ce sont ces éternels changements dans notre quotidien qui font de la sociologie une discipline si cruciale. Étude des interactions sociales, la sociologie traite de tous ces sujets qui touchent notre vie courante, tels que la ville, la religion, la race, le genre, la culture…

Offrant un vaste panorama des nombreuses théories de la sociologie, de ses concepts clés, de ses controverses et plus généralement de son application et de son importance dans notre vie de tous les jours, La Sociologie pour les Nuls nous permet d’avoir une meilleure compréhension des mécanismes sociaux ; pour mieux concevoir la société dans laquelle nous vivons, et la place que nous y occupons.

Découvrez :

– Le B.A.-BA de la sociologie

– La société à travers les yeux du sociologue

– Égalité et inégalité au sein d’un monde divers

– Les arcanes de l’organisation sociale

– La sociologie dans votre vie

– Dix mythes sur la société déboulonnés par la sociologie


It’s Raining Love !
par Emma M. Green

 Aristo, sarcastique, arrogant : et dire qu’elle va devoir l’épouser !

***

En allant se mettre au vert dans la campagne anglaise, Pippa espère fuir les casseroles qu’elle traîne malgré elle : son foutu ex qui l’a larguée en direct sur un plateau télé, sa mère poule qui n’a de cesse de la couver depuis vingt-quatre ans, et sa tripotée de sœurs sur qui elle ne peut jamais compter.

Alors que l’actrice londonienne vit son pire cauchemar – isolée du reste du monde, les talons aiguilles plantés dans la boue jusqu’au cou –, elle rencontre le British le plus arrogant, le plus égoïste et le plus charming qui soit. Petit problème : ils ne peuvent pas se supporter. Gros problème : Alistair Blackwood lui demande de l’épouser, de tout plaquer et de s’installer dans son manoir d’aristo. Pour de faux, juste pour une sombre histoire d’héritage et d’ego.

Une proposition qu’elle ne va pas pouvoir refuser…

***

– Si tu me fais plonger, je plongerai… ajoute-t-il plus bas. Et si je plonge… tu dois plonger aussi.

Je ne comprends ce qui m’attend qu’à la seconde où je croise son regard joueur et son petit sourire provocateur. Les grands bras musclés m’attrapent par la taille. Je me débats déjà, mais trop tard. Je hurle, je ris, je jure, et Alistair me jette dans le lac en riant.

L’eau fraîche me mord la peau avant de s’infiltrer progressivement sous tous mes vêtements. Je remonte à la surface, prête à insulter copieusement mon fiancé, mais il se jette à son tour dans un de ses plongeons parfaits. Je nage jusqu’à lui pour tenter de le couler, de le noyer, mais il m’échappe facilement. Je réalise que j’ai pied en le voyant courir. Il va voir de quoi je suis capable.

Je l’éclabousse tandis qu’il fuit. Je le rattrape alors qu’il rit. Je lui bondis sur le dos et il me fait tournoyer dans les airs. Je m’accroche à sa chemise blanche trempée et je sens qu’elle se déchire sur son torse. Je laisse mes doigts courir sur sa peau, de plus en plus déchaînée, de moins en moins furieuse. Je ne sais plus si je le déteste ou si je le désire.

Dans un grognement viril, Alistair me fait passer d’un seul geste du côté face au côté pile. Mes jambes enroulées autour de ses hanches, mes bras pendus à son cou, mes fringues collées partout sur moi, je sens mes seins se presser contre ses pectoraux. Sans échanger un seul mot, on fait semblant de se battre, comme deux gamins qui n’ont pas trouvé d’autre prétexte pour se toucher. Il me tient sous les fesses, prêt à m’envoyer valser à nouveau dans l’eau. Je m’agrippe à ses épaules, tente de lui résister d’un regard noir. Il me défie du bout des yeux, du bout des lèvres. Et je l’embrasse follement, incapable de résister plus longtemps. Nos bouches humides et fraîches se trouvent et se lient d’une façon si sensuelle qu’elles ont l’air d’avoir fait ça toute leur vie. Nos langues se goûtent et s’adorent. Nos corps se rapprochent encore, s’aimantent, s’épousent, se serrent. Et se décollent quand Alistair bondit en arrière.

 

***

It’s Raining Love ! d’Emma Green, histoire intégrale.


Catégorie