Tintin Spécial N°1 Policier. par Philippe Ratte

Tintin ou l’accés à soi
par Philippe Ratte

L’universalité du succès persistant des aventures de Tintin atteste que cette oeuvre porte en elle une contribution essentielle à l’essor de chacun.

Nous sommes presque tous entrés dans la vie forts d’un roman familial donnant une origine à notre identité. Tintin non. Sa personne pose cette question en creux.

Jeté dans l’aventure, il y puise d’abord une illusion d’exister, se jouant du réel de manière quasi fantasmagorique, en simple héros de papier. Mais très vite il s’étoffe à mesure qu’il explore le mystère des origines.

Cette théodicée intime, consistant à reconstituer la fonction d’un père et celle d’une femme, profi te du contrepoint de personnages qui n’y arrivent pas : les Dupondt, Haddock, Abdallah, Milou restent tous piégés dans cette aporie.

Tintin échappe au piège de cette élucidation rétrospective impossible en osant passer outre et se fonder lui-même par la conquête de Soi que blasonne le sauvetage de Tchang, miroir de son propre statut d’enfant sans origine, jadis sauvé des eaux.

En allant l’arracher à la grotte utérine où le retient la puissance femelle que sont ensemble la terrible Yéti et les neiges qui la voilent d’une virginité nuptiale apotropaïque, il brise le scellé mortifère du secret, celui de la mère sidérée d’avoir fauté en concevant de père inavouable. Par le choix courageux de l’accès à soi, il a détruit le sceau de l’interdit et libéré la vie, enfin.

Revivre avec Tintin ce travail du passer-outre a la valeur d’une cure salvatrice de fondation de Soi, une sorte de psychanalyse homéopathique. Cet effet libérateur explique la puissance universelle et constante du succès de cette oeuvre profonde.

Car, tous, nous souffrons des fautes tues de nos ancêtres.

Vivre c’est passer outre par l’accès à soi, se fonder en s’être.


Tintin au pays du polar
par Bob Garcia

Les Aventures de Tintin ont pour moteurs l’action, le suspense et l’humour. Les cascades de Tintin surpassent celles du journaliste Jean Marais/Fandor dans ” Fantomas ” contre Scotland-Yard ou le permissionnaire Jean-Paul Belmondo/ Adrien dans ” L’homme de Rio “. Tintin saute sur le toit d’un train en marche, s’écrase plusieurs fois en avion, se fait tirer dessus à bout portant. Mais il s’en sort toujours. Mission impossible ? Pas pour un dur à cuire comme lui ! Chaque Aventure contient une foule de références au monde du Polar. ” L’Amérique ” est une histoire de gangsters dans laquelle Tintin joue le rôle d’Eliot Hess face au dangereux Scarface. ” Les Cigares ” nous embarque dans une mystérieuse Croisière sur le Nil. Dans l’ ” Affaire Tournesol “, Tintin devient espion et traverse le rideau de fer pour délivrer le professeur, comme le héros d’Alfred Hitchcock dans ” Le rideau déchiré “. Parfois l’aventure tourne à la parodie. Dans ” Les Picaros “, Tintin se fond dans un carnaval pour parvenir à ses fins, comme James Bond dans ” Moonrakor “. Et dans ” Les bijoux “, les Dupondt montrent qu’ils sont de bien piètres élèves de leur compatriote Hercule Poirot. S’appuyant sur un solide travail de documentation et de recherche, Bob Garcia montre que les ” Aventures de Tintin ” appartiennent à l’univers du Polar, avec toutes ses sensibilités, depuis le roman d’énigme jusqu’au roman noir en passant par l’enquête de police classique. Poursuivant son objectif pédagogique, Bob Garcia souhaite en outre faire découvrir aux jeunes – et moins jeunes – lecteurs le monde du Polar à travers une lecture inédite et passionnante des ” Aventures de Tintin “.

Tintin, le Diable et le Bon Dieu
par Bob Garcia

Tintin est né dans le monde très catholique de la bande dessinée franco-belge de l’entre-deux guerres. C’est donc tout naturellement qu’Hergé a distillé de multiples allusions aux grandes valeurs du christianisme, fondamentalement ancrées en lui, au fil des albums qu’il a créés. Incarnées par son héros, elles sont omniprésentes dans une oeuvre qui témoigne également d’un intérêt très documenté et respectueux du dessinateur pour les autres croyances.Après avoir resitué chaque bande dessinée dans son contexte de création, Bob Garcia s’attache à répertorier les références aux religions, mythes ou superstitions qui apparaissent dans l’oeuvre hergéenne. Il nous démontre ainsi que, contrairement aux procès d’intention dont elles ont pu faire l’objet, les Aventures de Tintin nous enseignent la tolérance, le respect et l’ouverture sur le monde.
Passionné de littérature populaire, de musique et de bande dessinée, Bob Garcia a publié une dizaine de romans et nouvelles policières, d’études tintinophiles et d’essais et articles sur le monde du jazz. Son dernier roman aux éditions du Rocher, Les Spectres de Chicago, est paru en 2016.

Territoires de l’illicite : ports et îles
par Marguerite Figeac-Monthus, Christophe Lastécouères

La fraude est traditionnellement associée aux espaces portuaires et insulaires. Depuis l’avènement du capitalisme, il n’est pas de port prospère qui ne concentre tous les trafics illicites. D’Edmond Dantès, accusé de fraude dans Le Comte de Monte-Cristo d’Alexandre Dumas (1844) au Moonfleet du BritanniqueJohn Meade Falkner (1898), dont l’adaptation cinématographique de Fritz Lang, en 1955, a popularisé la figure du contrebandier, et jusqu’aux Aventures de Tintin par Hergé, l’imaginaire collectif est marqué par ce lien supposé naturel.
La société portuaire, cosmopolite et très polarisée, développe-t-elle des formes d’organisation sociale et culturelle qui facilitent la fraude et la rendent attractive ? Ou bien celle-ci est-elle la conséquence de contraintes économiques dont les ports sont les premières victimes ? L’objet de ce livre est d’observer, à travers une large typologie de trafics illicites (fausses déclarations, fraude sur les cotonnades, les vins, les denrées coloniales, les monnaies, les produits stupéfiants et électroniques) et d’espaces maritimes (Atlantique, Manche, mer du Nord, Baltique, Adriatique, mer Noire, mer de Chine…) s’il existe un lien spécifique entre activités portuaires et pratiques illicites.
Les ports, parce que soumis au contrôle permanent des représentants de l’État, des municipalités et des organisations professionnelles, sont aussi des laboratoires où se conçoivent de nouvelles normes juridiques, de nouvelles formes de régulation sociale, et même de nouveaux modes de souveraineté. À ce titre, la fraude participe à la construction et au renouvellement des identités portuaires et insulaires.

Marguerite Figeac-Monthus, maître de conférences en histoire moderne, IUFM d’Aquitaine – Université de Bordeaux / CEMMC EA 2958.
Christophe Lastécouères, maître de conférences en histoire contemporaine, Université de Bordeaux III / CEMMC EA 2958.


Le rire de Tintin
par Thierry Groensteen

Thierry Groensteen analyse les ressorts de l’humour hergéen. On découvre, au fil d’une lecture aisée, le comique de l’insistance et de la répétition, le mécanisme du burlesque dont les Dupondt sont les champions ou le jeu du prévisible et de l’inattendu, qui crée un chaînage entre tous les albums.

Catégorie