Truffaut/Paris: El París De Las Películas De François Truffaut par Gérard Haddad

Le complexe de Caïn
par Gérard Haddad

Brahim et Salah Abdeslam le 13 novembre 2015 à Paris, Abdelkader et Mohamed Merah en 2012 à Toulouse, Djokhar et Tamerlan Tsarnaev en 2013 à Boston. La liste pourrait être allongée à l’envi :
les exemples de frères soudés par un projet d’attentat terroriste ne manquent pas. Des frères qui se vivent comme exclus de la société et se solidarisent dans le meurtre d’un frère imaginaire.
Après chaque explosion de violence terroriste, des voix s’élèvent : le remède à la barbarie se trouverait dans le sentiment fraternel qui doit unir tous les hommes. Mais la fraternité est-elle vraiment la solution ?
Travaillé par cette question brûlante, Gérard Haddad s’est replongé dans les textes fondateurs, bibliques et littéraires. Il y a vu l’évidence : bien plus que le complexe d’Œdipe, c’est le complexe de Caïn, cette rivalité fraternelle à l’origine des plus grandes tragédies, qui mène le monde.
Poursuivant la réflexion entamée avec Dans la main droite de Dieu, Le Complexe de Caïn permet de mieux comprendre le phénomène à l’oeuvre dans la barbarie contemporaine.


Les Nouveaux maîtres du monde
par Jean Ziegler

Aujourd’hui dans le monde, toutes les sept secondes, un enfant de moins de 10 ans meurt de faim. Le plus souvent victime d’un impératif et d’un seul, celui des maîtres du monde : le profit sans borne.
Ces nouveaux maîtres du monde, ce sont les seigneurs du capital financier mondialisé. Qui sont-ils et d’où tirent-ils leur pouvoir ? Comment les combattre ?
Au coeur du marché globalisé, le prédateur. Banquier, haut responsable de société transnationale, opérateur du commerce mondial : il accumule l’argent, détruit l’Etat, dévaste la nature et les êtres humains. Ce livre révèle son visage, analyse son discours, dénonce ses méthodes.
Des mercenaires dévoués servent l’ordre des prédateurs au sein de l’Organisation mondiale du commerce, de la Banque mondiale, du Fonds monétaire international. Ce livre suit à la trace les satrapes de ces institutions au-dessus de tout soupçon, démonte l’idéologie qui les inspire et jette une lumière crue sur le rôle joué en coulisses par l’empire américain.
Mais un peu partout dans le monde, la résistance s’organise au sein de l’extraordinaire front qui fédère tant de refus locaux porteurs d’espérance. C’est la nouvelle société civile planétaire, dont Jean Ziegler montre ici la richesse, la diversité et la détermination.
La puissance de ce livre engagé ne doit pas surprendre : les gens dont il brosse le portrait, Jean Ziegler les a bien souvent croisés ; les institutions qu’il critique, il les connaît de l’intérieur. Tous ces mouvements de résistance, il les fréquente et les estime. Et puis il y a l’urgence.

Jean Ziegler est Rapporteur spécial des Nations unies pour le droit à l’alimentation. Auteur de nombreux ouvrages sur le tiers-monde, il a notamment publié La Suisse lave plus blanc (1990), La Suisse, l’or et les morts (1997) et Les Seigneurs du crime (1999).


Vivement Dimanche
par Charles Williams

Que se passe-t-il dans la tête des gens qui donnent des coups de téléphone anonymes ? La voix que j’entendais était celle d’une femme, et elle m’accusait tout bonnement d’avoir assassiné son petit ami par jalousie. – Quelqu’un a perdu un briquet chez lui. Un briquet plaqué or avec des initiales de fantaisie. F. et W. C’est un Dunhill. Ça ne vous rappelle rien ? Elle raccrocha. Je frissonnais. Le briquet qu’elle venait de décrire était celui de Frances, ma femme.

Séfarade
par Antonio Muñoz Molina

Séfarade, c’est la patrie de tous les accusés, exilés, bannis, chassés de leur quotidien, de leur maison, de leur terre et qui, où qu’ils se trouvent, sont à jamais des étrangers.

Séfarade, c’est la patrie de la mémoire, celle des disparus, morts ou vivants, personnages réels ou imaginaires réunis par la fraternité et la solidarité d’un écrivain.

Séfarade, ce sont dix-sept chapitres racontant chacun une histoire différente, toutes traversées par des motifs, phrases, personnages qui assemblent un discours dont le thème central est la persécution.

À travers la voix émouvante et forte d’Antonio Muñoz Molina résonnent celles de Primo Levi, Franz Kafka et Milena Jesenska, Willi Münzenberg, Evguénia Guinzbourg, Margarete Buber-Neumann, mais aussi l’attente d’une femme qui ne revit jamais son père, les nostalgies de Mateo le cordonnier, la folie amoureuse d’une nonne ou encore le souvenir d’une rescapée des geôles argentines. Autant d’êtres détruits au plus intime d’eux-mêmes par l’Histoire.

Ce livre magnifique brise les limites de la fiction en même temps qu’il les transcende. Et comme toujours sous la plume de ce grand écrivain espagnol, matière humaine et matière narrative se fondent en des pages d’une beauté inouïe.


Monsieur Hulot à la plage
par David Merveille

Après “Le Jacquot de Monsieur Hulot “qui s’inspirait en partie du film de Tati, “Mon oncle”, David Merveille prolonge avec cet album le film “Les Vacances de Monsieur Hulot”. On retrouve notre héros, avec sa silhouette légendaire, sur la plage de Saint-Marc-sur-Mer. David Merveille recrée l’univers drôle et poétique de ce personnage si attachant.

Catégorie