Un Nègre À Paris par Bernard Binlin Dadié

Un nègre à Paris
par Bernard Binlin Dadié

Dès sa parution, Un Nègre à Paris annonçait une ouverture de la conscience africaine sur le monde occidental que Bernard Dadié devait, par la suite, enrichir dans Patron de New York et La ville où nul ne meurt. Ouverture qui est aussi une confrontation animée en profondeur par une quête d’identité. Bernard Dadié va à Paris, il regarde et il juge, à la fois fasciné par cette ville, transfigurée dans l’imagination du jeune homme nourri de culture française, et critique : mesurant la réalité parisienne au mythe qu’il s’en était fait, au savoir scolaire qu’il en avait. Cet homme séduit, mais non dupe, erre dans la grande ville, c’est un homme soucieux surtout d’éprouver la consistance de son être-nègre face à ce monde blanc familier et étranger. Affaire sérieuse : cette flânerie souriante reste, sur le mode tendre et ironique une longue marche vers la reconnaissance. (J.H.)

Les etudiants africains et la litterature negro-africaine d’expression francaise
par Amady Aly Dieng

It is more than forty seven years ago that the Federation of black African students in France (FEANF) organised its first seminar in Paris on the relationship between black African literature and politics. The significance of the event came from the fact that literature served as a vehicle for unmasking traitors in Africa. This was also an opportunity for African students to define the role of literature in political struggles and to appreciate correctly and objectively the commitments of African writers in French. At no time was it a question of over emphasising the importance of this type of work in relation to the immense political challenges in the liberation struggle of African countries. Despite their ideological, religious and philosophical differences, African intellectuals were all committed to African independence and unity, and the need for a critical appraisal of the contribution of African literature in this regard. Participants at this seminar accomplished this task in serenity and with much lucidity. The young generation of pupils and students have the right to know the opinions of their elders who took part, in various degrees and for various reasons, in the struggles for independence on the African continent.

Villes coloniales/Métropoles postcoloniales
par Hans-Jürgen Lüsebrink, Sylvère Mbondobari

Les 17 contributions d’universitaires européens, africains et nord-américains réunies dans ce volume précédées d’une longue introduction des deux directeurs, Hans-Jürgen Lüsebrink (Saarbrücken, Allemagne) et Sylvère Mbondobari (Libreville, Gabon), visent un triple objectif: mettre en lumière, d’abord, les représentations et les images médiatiques des villes coloniales, qui furent les centres culturels, politiques et économiques du pouvoir colonial; analyser, ensuite, la perception littéraire et culturelle de ces métropoles postcoloniales qui sont souvent profondément marquées par leur passé colonial, mais se situent en meme temps dans l’ère nouvelle de la mondialisation; et, enfin, dégager, dans la perspective d’une histoire croisée et interculturelle, les modes de perception spécifiques occidentaux et ceux, très différents et d’une importance grandissante, des porte-parole – écrivains, cinéastes et intellectuels – du monde non-occidental postcolonial.

Essais sur les cultures en contact
par M. Elisabeth Mudimbe-boyi

L’Amérique, l’Afrique et l’Europe ont été liées indubitablement l’une à l’autre par la colonisation et l’esclavage. Dans le présent ouvrage, l’auteur envisage à la fois l’objet et le sujet des voix et des regards qui traduisent ou répercutent des éléments de ce contact dans le triangle Europe-Afrique-Amérique. Le corpus comprend des textes européens, africains et antillais considérés comme expression des voix et exercice du regard des trois parties en présence. Le projet essentiel, c’est de capter dans les divers textes les stratégies narratives, les voix et les regards de l’Europe, de l’Afrique et de l’Amérique. Ces textes sont donc témoignages de l’histoire, non seulement révélateurs de changement dans les mentalités, mais aussi véhicules d’un imaginaire social. Malgré la diversité de leurs auteurs dans le temps et dans l’espace, ils ont en commun une présence du double ou de la dualité qui apparaissent sous forme d’ambiguïté ou d’ambivalence. La perspective comparatiste adoptée permet ainsi de saisir les variations et les continuités dans la diachronie et la synchronie des contacts entre cultures et sociétés, de cerner également les zones d’interférence qui marquent ce qu’on peut appeler l’espace d’ambiguïté du discours ou d’ambivalence du sujet.

Le Negre Masque
par Stephen Alexis

[…] LE N�GRE MASQU� (1933) de Stephen Alexis est un roman o� les passions s’aiguisent, o� l’imagination, cr�atrice riche et g�n�reuse, multiplie les aventures et renouvelle sa mati�re. Ce livre est une observation, mais aussi une col�re. L’auteur s’exprime lui-m�me, pousse ses personnages et leur pr�te ses propres r�flexions. Ainsi, les longues discussions qui aboutissent � l’acceptation de la formule maurrassienne, en passant par Marx, paraissent trahir un �tat d’esprit suspendu entre des solutions extr�mes dans la volont� de r�former le pr�sent. […][…] Le roman de Stephen Alexis est… le roman du pr�jug� de couleur expos� sur deux plans. Le pr�jug� du blanc contre le n�gre est � la base du roman, puisqu’il suscite les �v�nements et leur donne son propre �clairage. […][…] L’autre plan sur lequel �volue le roman et qui introduit l’�l�ment d’observation sociale est le pr�jug� entre N�gres ha�tiens. Comment s’insurger contre le pr�jug� du blanc lorsque l’exemple est donn� en Ha�ti m�me ? Et n’est-ce pas une juste punition, que les racistes n�gres soient confondus avec leurs fr�res dans une m�me r�probation et subissent ailleurs l’effet des sentiments inqualifiables qu’ils entretiennent en eux ? […](Dr. Ghislain Gouraige in �Histoire de la litt�rature ha�tienne�)

Catégorie