Végétarisme Et Spiritualisme – Vertus Curatives Des Légumes Et Des Fruits. par Laurence Ossipow

La Cuisine du corps et de l’âme
par Laurence Ossipow

Nutritionnistes et diététiciens cherchent à savoir en quoi le végétarisme et la macrobiotique contribuent ou non à la santé physique et psychique des individus. L’ouvrage analyse les représentations et les pratiques liées à ce type d’alimentation ; il s’intéresse aux récits de vie, aux itinéraires personnels des pratiquants et à l’insertion des réseaux helvétiques de l’alimentation dite alternative. À partir de l’interdit carné observé par les végétariens et d’une classification fondée sur le yin et le yang, chère aux partisans de la macrobiotique, c’est un rapport nouveau à l’alimentation, au corps et au monde qui s’organise. Ces mangeurs non ordinaires repensent les limites entre le pur et l’impur, le consommable et l’inconsommable, entre aliments “vivants” et aliments “morts”. La cuisine des corps est aussi, par conséquent, la cuisine des âmes.

Le Catalogue de l’édition française
par

Une liste exhaustive des ouvrages disponibles publiés, en française, de par le monde.

Le jeûne
par Herbert M. Shelton

Herbert M. Shelton est le principal représentant d’un enseignement de l’Hygiène naturelle dont les assises furent posées au siècle dernier par des chercheurs et des savants parmi lesquels figurent plusieurs médecins qui s’étaient détournés de la pratique allopathique. Ces pionniers furent suivis par des praticiens qui enrichirent de leurs découvertes le mouvement naissant. De nos jours, c’est à H.M. Shelton que l’on doit de posséder une synthèse de tous ces travaux ; son oeuvre est toute consacrée aux divers aspects de la Materia Hygienica. L’Hygiène naturelle, dont il est question ici, est avant tout un mot de vie et une méthode de soins basés sur les sciences biologiques. Une véritable science de la vie, de la santé, doit être celle de l’étude et de l’application des véritables besoins de l’être vivant ; elle ne peut consister en la recherche de remèdes sans rapport avec les besoins normaux de la vie. Le jeûne est un de ces besoins, au même titre que l’air, la lumière, la nourriture, l’activité, le repos… Le Dr Shelton expose comment le rétablissement d’un organisme malade est accompli par l’opération des mêmes forces et processus qui ont donné naissance à l’organisme et l’ont amené à se développer. Le jeûne, en tant que repos physiologique, permet à la force vitale de remettre en ordre es tissus altérés et les fonctions perturbées et, partant, de revenir à une meilleure santé. Le jeûne est bien une chose merveilleuse, encore qu’il soit généralement méconnu de nos jours ; le livre du Dr Shelton nous permet d’en découvrir tous les aspects passionnants.

Histoire du naturisme
par Arnaud Baubérot

Intimement liée aux mythes de la décadence et de la dégénération de l’homme moderne, la thématique du retour à la nature joue, dans l’histoire de l’industrialisation et de l’urbanisation des sociétés occidentales, un rôle que l’on ne peut négliger. Parmi les expériences et les réalisations qu’elle a pu susciter, les programmes naturistes de réforme des modes de vie, qui apparaissent en France dans la dernière décennie du XIXe siècle, occupent une place particulière en raison de la variété des milieux sociaux qu’ils concernent et de la diversité des formes par lesquelles se manifeste leur ambition régénératrice. C’est à la genèse de ces programmes, aux enjeux culturels et sociaux de leur formulation, aux types d’organisations et aux normes de comportement auxquels ils donnent naissance qu’est consacré cet ouvrage. Il s’agit moins ici de suivre les péripéties de la vie des associations naturistes que de chercher les raisons pour lesquelles, entre la Belle Époque et les années trente, la modernité urbaine et industrielle a pu être considérée comme responsable d’un déclin qui rendait nécessaire la régénération de l’homme et de la société par le retour à la nature. L’histoire du naturisme nous offre ainsi un point d’observation pour tenter de comprendre comment une croyance, partagée par des individus venus d’horizons différents, peut produire un imaginaire collectif et susciter la formation de groupements au sein desquels s’inaugurent de nouvelles normes et de nouvelles pratiques sociales.

Les épluchures
par Marie Cochard

Jetez-vous les noyaux d’avocats ? Feuilles et troncs d’artichauts, écorces d’agrumes… Mais soupçonnez- vous les trésors que ces déchets recèlent ?

Saviez-vous, par exemple, que les pelures d’oignons peuvent devenir une farine d’appoint ou un colorant pour votre chevelure, que les poireaux repoussent à l’infini et sans effort particulier, que la peau de concombre démaquille… et passons-en des vertes et des pas mûres !

Si leur image a longtemps été écornée, plus question de les jeter : queues de fraises et fanes en tout genre, ne glissez plus sur des peaux de bananes, cirez-en vos chaussures !

Dans un style résolument positif, Marie Cochard nous livre un abécédaire de recettes et astuces incongrues appuyées de témoignages incroyables de joyeux recycleurs. Elle nous démontre ainsi que quantité d’épluchures se recyclent, nous permettant d’économiser, de réduire nos déchets, d’améliorer notre santé- mais aussi de beaucoup nous amuser ! Épluchez ce guide et saisissez l’économe !


Catégorie